Tétrapode (structure)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Tetrapoda
Entrepôt de tétrapodes
Un brise-lames essentiellement constitué de tétrapodes

Le tétrapode est une structure, plus particulièrement, utilisée en ingénierie hydraulique pour lutter ou résister à la houle et aux vagues[1] .

Description[modifier | modifier le code]

Un tétrapode est Elle est composée de quatre doigts ouverts où chaque doigt est à 120° des 3 autres.

Fait de béton, il est doté de quatre membres dont le profil courbe est calculé de telle sorte qu'il minimise l'impact des flux marins. Le dessin de la structure permet une imbrication des blocs qui, utilisés en masse, permettent de renforcer une protection côtière voire de gagner des superficies hors d'eau sur la mer.

Histoire[modifier | modifier le code]

La conception au début des années 1950 des tétrapodes est due au Laboratoire dauphinois d'hydraulique de Grenoble, devenu depuis ARTELIA en collaboration avec l'entreprise Neyrpic. Les études ont été menées par l'ingénieur Pierre Danel[2].

Utilisation[modifier | modifier le code]

L'utilisation de tétrapodes est notamment très répandue au Japon, comme l'illustrent les aéroports gagnés sur la mer du Kansai et du Chūbu.

Ce type de structure est également utilisé dans la construction de ponts et viaducs. L'un des ouvrages du LGV Rhin-Rhône, le viaduc de la Savoureuse, près de Belfort, est construit sur ce modèle.

Accropode[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Dans les années 1980 la Sogreah a commercialisé un modèle différent appelé accropode (en)[réf. nécessaire]. Ce terme est un nom commercial déposé, mais utilisé en génie civil[réf. souhaitée].

Sur l'île de La Réunion, la « route du Littoral » utilise cette structure pour la digue de protection[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « Tétrapode » (sens II) du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  2. (en)Chapitre 23 - Recent advances in coastal structure design, Coastal structures and related problems, Charles E. Lee, 1963
  3. La pose du premier accropode, sur nouvelleroutedulittoral.re, consulté le 27 décembre 2016.