Symphonie nº 6 de Sibelius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Symphonie nº 6.
Symphonie no 6 en ré mineur
op. 104
Image illustrative de l'article Symphonie nº 6 de Sibelius
Jean Sibelius en 1923

Genre Symphonie
Nb. de mouvements 4
Musique Jean Sibelius
Effectif Orchestre symphonique
Durée approximative 28 minutes
Dates de composition 1919-1923
Création
Helsinki
Interprètes Orchestre philharmonique d'Helsinki sous la direction du compositeur

La symphonie no 6, op. 104, de Jean Sibelius est commencée en 1919 et achevée en 1923. La partition ne mentionne pas la tonalité, mais habituellement, elle est désignée comme la symphonie en ré mineur. Elle est créée le par l'Orchestre philharmonique d'Helsinki dirigé par le compositeur.

Historique[modifier | modifier le code]

Les troisième et sixième symphonies sont les symphonies les moins souvent jouées de Sibelius. Après l'héroïsme de la cinquième symphonie, le lyrisme et le manque apparent de drame dans la sixième symphonie ont surpris le public. Pourtant, l'œuvre était plus accessible que la quatrième symphonie qui avait été composée onze ans plus tôt.

En 1919-1920, Sibelius a rétabli ses contacts à l'étranger dans une Europe qui sort d'un conflit sanglant. Maintenant, il peut donner des concerts au Danemark, en Norvège et en Grande-Bretagne. Ses sept années d'abstinence d'alcool sont oubliées, et il est vu à nouveau en ville avec ses amis comme aux beaux jours de sa jeunesse. Cependant, après chaque excès de boisson, il s'enferme dans sa chambre pendant des jours et se consacre à la composition.

Sibelius a trouvé les thèmes pour la sixième symphonie tout en travaillant à la cinquième, et une partie du matériel a été rédigé à l'origine pour un concerto pour violon. Plus tard Sibelius a envisagé une œuvre appelée Kuutar (Lune): les matériaux thématiques de cette œuvre ont été incorporés dans le sixième symphonie.

La sixième Symphonie de Sibelius est un chef-d'œuvre, même si certaines de ses dimensions sont restées inaperçus pendant des décennies. Mais dans les esquisses composées pendant la Première Guerre mondiale, il y avait encore matière à un autre ouvrage. Son écriture a suivi très rapidement l'achèvement de la sixième symphonie. La septième symphonie sera le point culminant de la musique symphonique de Sibelius.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Orchestration[modifier | modifier le code]

Instrumentation de la sixième symphonie
Cordes
premiers violons,
seconds violons,
altos,
violoncelles,
contrebasses
1 harpe
Bois
2 flûtes,
2 hautbois,
2 clarinettes en si,
1 clarinette basse en si,
2 bassons
Cuivres
4 cors en fa,
3 trompettes en si,
3 trombones
Percussions
timbales

Analyse[modifier | modifier le code]

Elle est composée de quatre mouvements :

  1. Allegro molto moderato
  2. Allegretto moderato
  3. Poco vivace
  4. Finale. Allegro molto

Allegro molto moderato[modifier | modifier le code]

Le premier mouvement est un Allegro molto moderato, à 2/2. Ce mouvement commence avec une phrase lyrique des cordes, à laquelle répondent les hautbois et les flûtes. Ce simple dialogue dournit le thème principal. Les notes de l'ouverture appartiennent au mode dorien, ré-mi-fa-sol-la; il ne manque que les notes si et do.

Allegretto moderato[modifier | modifier le code]

Le deuxième mouvement est un Allegretto moderato, en sol mineur.

Poco vivace[modifier | modifier le code]

Le troisième mouvement est noté « Poco vivace », à 6/8.

Finale[modifier | modifier le code]

Le Finale est noté « Allegro molto », à 4/4.

Liens externes[modifier | modifier le code]