Symphonie nº 3 de Sibelius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Symphonie nº 3.
Symphonie no 3
opus 52
Image illustrative de l'article Symphonie nº 3 de Sibelius
Sibelius à Ainola en 1907.

Genre Symphonie
Nb. de mouvements 3
Musique Jean Sibelius
Durée approximative Environ trente et une minutes
Dates de composition 1904-1911
Création
Helsinki Drapeau de la Finlande Finlande
Interprètes Orchestre philharmonique d'Helsinki,
Jean Sibelius (dir.)

La symphonie no 3 en ut majeur, opus 52, de Jean Sibelius a été écrite par le compositeur entre 1904 et 1907. Elle a été créée à Helsinki le par l'Orchestre philharmonique d'Helsinki dirigé par le compositeur.

Historique[modifier | modifier le code]

La troisième Symphonie de Sibelius a été considérée comme plus classique que ses œuvres précédentes.

Des influences de la musique populaire finlandaise sont perceptibles dès les premiers accords de la symphonie. Il y a aussi quelques notions de programme derrière elles. À Paris, en janvier 1906, après une période de rencontres animées, Sibelius a joué trois thèmes au peintre Oscar Parviainen. Ceux-ci étaient: la Marche funèbre, une Prière à Dieu et un Grand festin. Le savant Markku Hartikainen a montré que ces thèmes ont probablement été conçus pour l'oratorio Marjatta sur le livret de Jalmari Finne, oratorio que Sibelius n'a pas réussi à composer malgré plusieurs tentatives. Cependant, le thème de la Prière à Dieu a fini comme un thème de chant au sein du final de la troisième symphonie.

En 1906, Sibelius a terminé la Fille de Pohjola, un poème symphonique. Les esquisses pour le travail contiennent du matériel qui se retrouve dans la troisième symphonie. Ainsi, il semble que la symphonie a reçu - comme cela est souvent le cas avec Sibelius - son stimulus initial de diverses idées de programmes. Celles-ci ont perdu leur sens au cours du processus de composition quand la matière a été retravaillée en termes purement musicaux.

Structure[modifier | modifier le code]

Elle est la plus compacte de ses symphonies, comprenant trois mouvements, le dernier étant en fait un scherzo fusionné avec le finale.

  • Allegro moderato (en ut majeur)
  • Andantino con moto, quasi allegretto (en sol dièse mineur)
  • Moderato – Allegro (ma non tanto) (en ut majeur)

Orchestration[modifier | modifier le code]

Instrumentation de la symphonie no 3
Cordes
premiers violons,
seconds violons,
altos,
violoncelles,
contrebasses
Bois
2 flûtes,
2 hautbois,
2 clarinettes si bémol et la,
2 bassons
Cuivres
4 cors en fa,
2 trompettes en si bémol,
3 trombones
Percussions
timbales


Liens externes[modifier | modifier le code]