Statue de la Mère-Patrie (Kiev)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Statue de la Mère-Patrie (Батьківщина-Мати) est située à Kiev, capitale de l'Ukraine. Érigée le à l'époque de l'ère soviétique, elle fait partie du Musée de la Grande Guerre patriotique de Kiev. Elle a été inaugurée par Léonid Brejnev, le secrétaire général du Parti communiste de l'Union soviétique.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Armoiries soviétiques (faucille et marteau) sur le bouclier de la Statue de la Mère-Patrie de Kiev.

Conçue par Evgueni Voutchetitch, la statue, haute de 62 m, est faite d'acier inoxydable et repose sur un piédestal de 40m de haut. Elle se trouve au sommet du Musée de la Grande Guerre patriotique.

L'épée que brandit le personnage est longue de 16 m et pèse 9 tonnes ; elle a été raccourcie, car sa pointe était plus haute que la croix du monastère Laure des Grottes de Kiev[1].

Son autre main porte un bouclier de 13 m par 8 m, sur lequel figure l'emblème de l'Union soviétique (voir photo ci-contre).

Dans le hall du Mémorial du musée se trouvent des plaques de marbre avec les noms gravés de plus de 11 600 soldats et 200 ouvriers du front honorés durant la guerre du titre de « Héros de l'Union soviétique » et « Héros du travail socialiste ».

En , dans une tentative de décommunisation du pays (l'Ukraine a été sous domination russe puis soviétique depuis le milieu du XVIIIe siècle), le parlement ukrainien interdit les symboles soviétiques et communistes et change les noms des rues et des monuments. Cependant, les monuments de la Seconde Guerre mondiale sont épargnés.

Dans la ligne des réalisations monumentales des rives du Dnepr[modifier | modifier le code]

Il s'inscrit dans une série de monuments ponctuant la ligne des collines escarpées des rives du Dnepr (de l'amont vers l'aval) : monument de Saint Vladimir, monument aux droits de Magdebourg, arche de l'amitié entre les peuples, monument aux morts de la Seconde Guerre mondiale, et statue de la Mère-Patrie. Si le sommet des collines était surtout occupé par de multiples églises et monastères, nombreux sont ceux qui ont été dynamités par les autorités soviétiques dans les années 1920 et 30. On compte aujourd'hui (de l'amont vers l'aval) le monastère de Saint-Cyrille, l'église Saint-André et de la dîme (détruite), le monastère Saint-Michel-au-Dôme-d'Or (détruit pour laisser place à un ensemble monumental à Lénine et reconstruit), la tombe d'Askold, la Laure des Grottes de Kiev et le monastère Saint-Michel-de-Vydoubytch.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Motherland Monument », sur Ukrainian State Museum of the Great Patriotic War of 1941-1945

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :