Laure des Grottes de Kiev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Laure des Grottes de Kiev
Києво-Печерська лавра, вид з мосту Патона.jpg
Présentation
Type
Diocèse
Kyiv Eparchy (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Style
Architecte
Construction
diverses époques, nombreux bâtiments du XVIIIe siècle
Religion
Statut patrimonial
Site web
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial
Désignation
cathédrale Sainte-Sophie et ensemble des bâtiments monastiques et laure de Kievo-Petchersk
Type de bien
Culturel
Date d'entrée
Identifiant
Critères
Localisation
Adresse
Coordonnées


La laure des Grottes de Kiev ou Laure de Kyiv-Petchersk[1] (en ukrainien : Києво-Печерська лавра, en russe : Киево-Печерская лавра, Kievo-Petcherskaïa lavra) est un important un monastère ukrainien orthodoxe (laure) situé dans la ville de Kiev.

Elle est le lieu de résidence du primat de l'Église orthodoxe ukrainienne rattachée Patriarcat de Moscou.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le monastère troglodytique est fondé en 1051 par des moines venus du mont Athos en Grèce, saint Antoine l'Athonite et saint Théodose de Kiev. Il devient par la suite un centre important de l'orthodoxie dans la Rus' de Kiev. En 1096, le monastère est pillé par les Polovtses dirigés par le khan Boniak. Ce sont des moines de ce monastère, et en premier lieu Nestor, qui entreprennent la rédaction des Chronique des temps passés aux alentours de 1111, affirmant l'origine Varègue de la première dynastie russe des Riourikides[2]. Cette origine ne fait pas l'unanimité parmi les historiens.

Le y est fusillé le métropolite Vladimir de Kiev. Cet évêque qui, fait exceptionnel, a occupé successivement les sièges de Saint-Pétersbourg, Moscou et Kiev, est tenu symboliquement pour le premier martyr de la Révolution russe.

En mars-avril 2020, lors de la pandémie de Covid-19 en Ukraine, le monastère devient un important cluster, avec plusieurs dizaines de moines infectés. En mars, alors que des mesures de confinement étaient imposées par les autorités, le chef du monastère, le métropolite Paul, avait appelé les fidèles à « se précipiter dans les églises », à n’avoir « peur de rien » et à se donner des « accolades »[3].

Patrimoine artistique[modifier | modifier le code]

L'ensemble architectural de la laure des Grottes de Kiev est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1990.

La laure des Grottes de Kiev est également l'un des plus grands musées ukrainiens.

Dans la ligne des réalisations monumentales des rives du Dnepr[modifier | modifier le code]

Il s'inscrit dans une série de monuments ponctuant la ligne des collines escarpées des rives du Dnepr (de l'amont vers l'aval): monument de Saint Vladimir, monument aux droits de Magdebourg, arche de l'amitié entre les peuples, monument aux morts de la Seconde Guerre mondiale, et statue de la Mère-Patrie. Si le sommet des collines était surtout occupé par de multiples églises et monastères, nombreux sont ceux qui ont été dynamités par les autorités soviétiques dans les années 1920 et 30. On compte aujourd'hui (de l'amont vers l'aval) le monastère de Saint-Cyrille, l'église Saint-André et de la dîme (détruite), le monastère Saint-Michel-au-Dôme-d'Or (détruit pour laisser place à un ensemble monumental à Lénine et reconstruit), la tombe d'Askold, la Laure des Grottes et le monastère Saint-Michel-de-Vydoubytch.

Sépulture[modifier | modifier le code]

Reposent dans ce monastère :

Galerie[modifier | modifier le code]

La Laure des Grottes

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rapport des décisions adoptées lors de la 43e session du Comité du patrimoine mondial (Bakou, 2019), 30 juin-10 juillet 2019 (lire en ligne [PDF]), partie 2, « Décisions 43 COM 8 à 43 COM 17 », p. 2.
  2. Bernard Féron, La Galerie des tsars, Éditions Noir sur Blanc, , p. 19-20.
  3. « Coronavirus : le principal lieu saint orthodoxe de Kiev, foyer de contamination », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :