Stéphane Brosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Stéphane Brosse
Image illustrative de l’article Stéphane Brosse
Contexte général
Sport ski-alpinisme
Biographie
Nom dans la langue maternelle Stéphane Brosse
Nationalité sportive Drapeau de la France France
Nationalité France
Naissance
Lieu de naissance Pont-de-Beauvoisin
Décès (à 40 ans)
Lieu de décès Aiguille d'Argentière
Palmarès
Compétition Or Arg. Bro.
Championnats du Monde 3 1 0
Championnats d'Europe 1 1 0
Championnats de France 1 0 0

Stéphane Brosse, né le à Pont-de-Beauvoisin (Isère) et mort le près de l'aiguille d'Argentière, est un skieur-alpiniste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Stéphane Brosse est le fils de Daniel Brosse et de Elisabeth Brosse Pin. Arrivé à Annecy en 1980, il découvre le ski de piste et la compétition de ski alpin ainsi que la voile au club de la SRVA. Mais la passion du ski est la plus forte. Il commence le ski-alpinisme en 1990 et participe pour la première fois à la course Miage Contamines Somfy en 1995. En 1996, il devient membre de l'équipe nationale.
Il a détenu avec Pierre Gignoux le record de la course du Mont-Blanc le , avec un temps total de h 15 min 47 s (h 7 min pour la montée et h 7 min pour la descente)[1], record repris depuis par Bruno Brunod puis par Kilian Jornet. Depuis 2003, il est également co-détenteur avec Lionel Bonnel du record de la Haute Route Chamonix-Zermatt en 21 h 11 min[2].

Le , Stéphane Brosse trouve la mort dans la traversée du massif Mont-Blanc, des Contamines à Champex, à la suite de la rupture d'une corniche de neige dans le couloir Barbey de l'aiguille d'Argentière (3 900 m) et d'une chute d'environ 600 m[1]. Il était accompagné de Kílian Jornet, Sébastien Montaz-Rosset et Bastien Fleury qui ont été les témoins directs de son accident.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

  • 2006
    • Médaille d'or, monde Médaille d'or par équipes
    • Médaille d'argent, monde Médaille d'argent en relais
  • 2004
    • Médaille d'or, monde Médaille d'or en relais
  • 2002
    • Médaille d'or, monde Médaille d'or en individuel
    • Médaille d'argent, monde Médaille d'argent au combiné

Championnats d'Europe[modifier | modifier le code]

  • 1999
  • 2001
    • Médaille d'or, monde Médaille d'or par équipes (avec Pierre Gignoux)
  • 2003
    • Médaille d'argent, monde Médaille d'argent en individuel
    • Médaille d'argent, monde Médaille d'argent en combiné
    • 4e par équipes (avec Pierre Gignoux)

Championnats de France[modifier | modifier le code]

  • 1997
  • 1999:
    • Médaille d'or, monde Médaille d'or par équipes (avec Patrice Bret)[3]

Autres compétitions[modifier | modifier le code]

  • Coupe du monde
  • Coupe de France
    • 1997
    • 1998:
    • 1999
      • 3e au classement national français[5]
    • 2000:
      • 3e au classement national français[6]
    • 2001
      • 2e au classement national français[7]
  • Pierra Menta
    • 1997 : 10e, avec Patrice Bret
    • 1998 : 7e, avec Patrice Bret
    • 1999 : 3e, avec Patrice Bret
    • 2000 : 3e, avec Patrice Bret
    • 2001 : 1er, avec Pierre Gignoux
    • 2002 : 2e, avec Pierre Gignoux
    • 2003 : 2e, avec Pierre Gignoux
    • 2005 : 1er, avec Patrick Blanc
    • 2006 : 1er, avec Patrick Blanc
  • Patrouille des Glaciers
    • 2000 : 5e, (et 3e au classement "seniors I"), avec Francis Bibollet et Pierre Gignoux
    • 2004 : 1er et record de la course, avec Jean Pellissier et Patrick Blanc
    • 2006 : 1er et record de la course, avec Patrick Blanc et Guido Giacomelli
  • Autres courses
    • 2002 : 1er, Tour du Rutor avec Pierre Gignoux[8]
    • 2003 : 1er, Dolomiti Cup team avec Pierre Gignoux[9]

Hommage[modifier | modifier le code]

Le a eu lieu une compétition de Ski-alpinisme "Araviski" en hommage à Stéphane Brosse [10]. Trois parcours étaient proposés aux participants dans le "jardin" de Stéphane, les Aravis :

  • un grand parcours (3100D+) qui partait du Parking des Confins pour monter à Tête Pelouse, puis descente jusqu'aux ruines, montée au trou de la mouche et descente de la combe de Paccaly, pour enchaîner avec la montée de Tardevent et la descente sur le Lac de Tardevant. La fin du parcours consistait à redescendre la combe de Paccaly pour remonter au trou de la mouche (avec crampons et baudrier) et redescendre sur les confins ;
  • un parcours moyen (1400D+) qui montait directement au trou de la mouche, pour redescendre à mi-chemin de la combe de Paccaly, remonter au trou de la mouche et redescendre aux confins ;
  • un petit parcours (600D+) qui montait jusqu'aux ruines pour redescendre aux confins.

Notes et références[modifier | modifier le code]