Sous-préfectures du Japon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les sous-préfectures du Japon (支庁, shichō?) sont des subdivisions du Japon faisant partie de certaines préfectures afin de servir de relais administratifs aux autorités publiques de ces dernières lorsque celles-ci ont à encadrer un territoire particulièrement vaste (Hokkaidō) ou très reculés (les îles de l’archipel d'Izu et d'Ogasawara rattachées à la métropole de Tōkyō, les îles Oki à la préfecture de Shimane, les îles Ōsumi et Amami à la préfecture de Kagoshima, les îles Tsushima, Iki et Goto à la préfecture de Nagasaki, les îles Miyako, Yaeyama et Senkaku à Okinawa). Elles forment dans ces cas un échelon intermédiaire entre la préfecture et les municipalités, mais ne sont pas des entités politiques à proprement parler : elles n'ont ni conseil ni exécutif élu.

Hokkaidō[modifier | modifier le code]

Carte des sous-préfectures de Hokkaidō
1. Ishikari
2. Sorachi
3. Shiribeshi
4. Oshima
5. Hiyama
6. Iburi
7. Hidaka
8. Kamikawa
9. Rumoi
10. Sōya
11. Abashiri
12. Tokachi
13. Kushiro
14. Nemuro

Hokkaidō est la seule à être entièrement subdivisée en quatorze sous-préfectures[1]. Elles sont elles-mêmes divisées en villes ou districts ruraux (qui regroupent villages et bourgs) :

Tōkyō[modifier | modifier le code]

Tōkyō a quatre sous-préfectures insulaires de l'archipel (au sens large) de Nanpō :

Shimane[modifier | modifier le code]

La préfecture de Shimane a une sous-préfecture, la sous-préfecture d'Oki, couvrant l'archipel du même nom dans la mer du Japon[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]