Société nationale d'électricité du Burkina Faso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le Burkina Faso image illustrant une entreprise
Cet article est une ébauche concernant le Burkina Faso et une entreprise.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Société nationale d’électricité du Burkina Faso
Image illustrative de l'article Société nationale d'électricité du Burkina Faso

Création 1984
Dates clés 1954 : Création d'AOF Énergie
1960 : AOF Énergie devient SAFELEC
1968 : SAFELEC devient VOLTELEC
1984 : VOLTELEC devient SONABEL
Forme juridique Société d'État
Siège social Ouagadougou Ouagadougou
Direction Drapeau du Burkina Faso PCA : Mme Madiara Sagnon(2017)[1]
Activité Énergie
Produits Électricité
Effectif 1530 (2011)[2]
Site web www.sonabel.bf

Fonds propres 46 000 000 000 CFA (2011)[2]
Chiffre d’affaires 99 933 451 CFA (2011)[2]

La Société nationale d'électricité du Burkina Faso (SONABEL) est la compagnie nationale d'électricité du Burkina Faso.

Historique[modifier | modifier le code]

L'entreprise voit le jour en 1954 lorsque AOF Énergie démarre son activité de production-distribution d'énergie électrique à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso. En 1956, l'AOF Énergie démarre également la distribution d'eau dans ces deux villes. En 1960, AOF Énergie devient la SAFELEC, détenue en partie par la Caisse centrale de coopération économique (CCCE) et des actionnaires publiques et privés d'autre part[3].

En septembre 1968, l'entreprise devient Société Voltaïque d’Electricité (VOLTELEC) dotée d’un capital réparti entre la CCCE, la SAFELEC et divers actionnaires. En 1970, l'activité de distribution d'eau est rétrocédée à la Société nationale des eaux (SNE), qui deviendra l'ONEA[3].

En septembre 1976, la VOLTELEC se rapproche du statut publique en prenant la forme d’un Établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), se voyant accordé au passage l’exclusivité de la production, du transport et de la distribution de l’électricité dans le pays[3].

En 1984, suite à l'avènement du CNR, l'entreprise devient la Société nationale d’électricité du Burkina (SONABEL). En 1995, elle passe du statut d'EPIC au statut de société d'État. En 2001, l'Assemblée Nationale vote en faveur de la privatisation de la SONABEL[3].

En juin 2014, la Banque mondiale approuve un financement de 85 millions de dollars pour développer les infrastructures d'électricité et d'agriculture dans le pays. Outre l'élargissement de son réseau de distribution, la SONABEL bénéficie également d'une assistance technique pour moderniser sa base de clients[4].

En mai 2016, face aux nombreux délestages qui perturbent la distribution de courant dans le pays, le gouvernement a affirmé être en processus de sélection d'un prestataire pour la construction de 5 centrales solaires photovoltaïques dans le pays[5].

Activités[modifier | modifier le code]

En novembre 2015, la SONABEL s'est dotée de sa première centrale électrique à biogaz produite par FASOGAZ[6].

Direction[modifier | modifier le code]

En juillet 2014, Jean Christophe Ilboudo est nommé directeur général de la SONABEL[7], mais il est remercié quelques mois plus tard, en novembre 2014, accusé d'avoir saboté la cérémonie de signature de la Charte de la transition[8],[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://burkina24.com/2016/08/25/compte-rendu-du-conseil-des-ministres-du-25-aout-2016/ modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant
  2. a, b et c « Données et chiffres », sur Sonbel.bf (consulté le 23 décembre 2016)
  3. a, b, c et d « Historique », sur Sonabel.bf (consulté le 23 décembre 2016)
  4. Justin Yarga, « La Banque mondiale appuie l’accès à l’électricité et la diversification agricole au Burkina Faso », sur Burkina24.com,‎ (consulté le 23 décembre 2016)
  5. Abdou Zoure, « Burkina : Le gouvernement veut construire cinq centrales solaires », sur Burkina24.com,‎ (consulté le 23 décembre 2016)
  6. Noufou Kindo, « Développement durable : Le Burkina dispose désormais d’une centrale électrique à biogaz », sur Burkina24.com,‎ (consulté le 2 novembre 2015)
  7. Abdou Zoure, « SONABEL : Jean Christophe Ilboudo, nouveau directeur général », sur Burkina24.com,‎ (consulté le 23 décembre 2016)
  8. Stella Nana, « SONABEL : Le DG Jean-Christophe Ilboudo limogé », sur Burkina24.Com,‎ (consulté le 23 décembre 2016)
  9. Abdou Zoure, « La SONABEL, la SONABHY, le FESPACO, la CAMEG et le CENOU changent de patrons », sur Burkina24.com,‎ (consulté le 23 décembre 2016)

Lien externe[modifier | modifier le code]