Slim Riahi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Riahi.
Slim Riahi
سليم الرياحي
Slim Riahi invité à la séance inaugurale de l'assemblée constituante, en 2011.
Slim Riahi invité à la séance inaugurale de l'assemblée constituante, en 2011.
Fonctions
Président de l'Union patriotique libre
En fonction depuis le
(6 ans, 2 mois et 27 jours)
Prédécesseur Fondation du parti
Biographie
Date de naissance (45 ans)
Lieu de naissance Bizerte (Tunisie)
Nationalité tunisienne
Parti politique Union patriotique libre
Conjoint Sabah Aloui[1]
Diplômé de Université de Tripoli
Profession Homme d'affaires

Slim Riahi (سليم الرياحي), né le 13 juillet 1972 à Bizerte, est un homme d'affaires et homme politique tunisien. Il est le fondateur et président de l'Union patriotique libre (UPL) ; il préside également le Club africain.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1980, sa famille s'exile en Libye car son père, un nationaliste arabe, est opposé au président Habib Bourguiba, puis à son successeur Zine el-Abidine Ben Ali. Slim Riahi grandit donc en Libye, où il étudie le management à l'Université Al Fateh de Tripoli[2]. Par la suite, il se lance dans la production pétrolière, l'énergie, l'aviation et l'immobilier, ce qui lui permet de bâtir sa fortune[3]. Il s'installe ensuite à Londres, où il acquiert la nationalité britannique[2].

Revenu en Tunisie après la révolution de 2011, il fonde un parti politique, l'UPL, qui présente un programme moderne et économiquement libéral, se positionnant au centre du spectre politique[4]. Le parti fait toutefois l'objet de controverses pour son mélange des intérêts politiques et économiques, sa coûteuse campagne et ses ressources financières d'origine trouble[2],[5]. En août 2011, Riahi annonce son intention de se lancer dans le secteur des médias en acquérant 20 % des parts du groupe de presse Dar Assabah[5].

Slim Riahi dépose par ailleurs sa candidature à la présidence du Club africain le 9 juin 2012, présentant par la même occasion les grandes lignes de son programme aux médias[6] et annonçant définitivement sa liste pour les élections du comité directeur[7]. Seul à avoir présenté sa candidature, il est élu le 16 juin[8].

Il présente sa candidature à l'élection présidentielle de 2014 en tant que candidat de l'UPL[9]. À l'issue du premier tour, il termine cinquième avec 5,55 % des voix.

Le 28 juin 2017, un juge d’instruction au sein du pôle judiciaire, économique et financier décide le gel de ses avoirs basé sur des soupçons de corruption et de blanchiment d'argent. Riahi indique pour sa part être victime d’un chantage et estime que la campagne anticorruption du gouvernement est « une opération sélective »[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les épouses et époux des candidats (te) à la présidentielle », sur directinfo.webmanagercenter.com, (consulté le 30 juin 2017)
  2. a, b et c (en) Yasmine Ryan, « Tunisian newcomer spends big on campaign », sur english.aljazeera.net, (consulté le 30 juin 2017)
  3. Radhouane Somai, « Tunisie - Qui est Slim Riahi et que pèse-t-il sur l'échiquier politique », sur businessnews.com.tn, (consulté le 30 juin 2017)
  4. (en) Sam Bollier, « Who are Tunisia's political parties? », sur english.aljazeera.net, (consulté le 30 juin 2017)
  5. a et b (en) Eileen Byrne, « Tunisia party runs into controversy », sur ft.com, (consulté le 30 juin 2017)
  6. « Slim Riahi : "je vise les titres" », sur mosaiquefm.net, (consulté le 30 juin 2017)
  7. « Club Africain : les membres du comité directeur du candidat Slim Riahi », sur mosaiquefm.net, (consulté le 30 juin 2017)
  8. « Le club : Mr Slim Riahi élu président du Club Africain », sur clubafricain.com,
  9. « Slim Riahi présente officiellement sa candidature à l’élection présidentielle », sur businessnews.com.tn, (consulté le 30 juin 2017)
  10. « Tunisie : gel des avoirs de l’homme d’affaires et patron du Club africain Slim Riahi », sur jeuneafrique.com, (consulté le 30 juin 2017)

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Slim Riahi » (voir la liste des auteurs).