Slade Gorton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gorton.

Slade Gorton
Illustration.
Portrait officiel de Slade Gorton au Sénat.
Fonctions
Sénaeur des États-Unis
pour l'État de Washington

(12 ans)
Prédécesseur Daniel J. Evans (en)
Successeur Maria Cantwell

(6 ans)
Prédécesseur Warren Magnuson (en)
Successeur Brock Adams
Biographie
Nom de naissance Thomas Slade Gorton III
Date de naissance (90 ans)
Lieu de naissance Chicago
Nationalité Américaine
Parti politique Parti républicain
Diplômé de Dartmouth College
Columbia Law School

Thomas Slade Gorton III, né le à Chicago, est un homme politique américain, membre du Parti républicain et sénateur de l'État de Washington de 1981 à 2001 (avec une interruption de deux ans).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts en politiques[modifier | modifier le code]

Après avoir servi dans la United States Army en 1945-1946, Slade Gorton est diplômé du Dartmouth College en 1950 puis de la Columbia Law School en 1953. Il rejoint alors la United States Air Force pendant trois ans, avec le grade de lieutenant. Il reste réserviste jusqu'en 1980[1].

Avocat à Seattle, il est élu à la Chambre des représentants de l'État de Washington de 1959 à 1969 et y dirige la majorité républicaine les deux dernières années de son mandat. En 1969, il devient procureur général de l'État[1]. Il est réélu deux fois à ce poste[2].

Sénateur des États-Unis[modifier | modifier le code]

En 1980, Slade Gorton est élu au Sénat des États-Unis face au démocrate Warren Magnuson (en), sénateur depuis 36 ans[3]. Il est battu six ans plus tard par Brock Adams[2] et redevient avocat[1].

Il se représente au Sénat en 1988, pour l'autre siège de sénateur de Washington. Il est élu de justesse[2] face à Mike Lowry (en). Il est facilement réélu lors de la révolution républicaine de 1994[2].

Durant sa carrière au Sénat, Slade Gorton défend particulièrement les intérêts des industries agricole, minière et sylvicole face aux associations de protection de l'environnement, qu'il qualifie d'« extrémistes »[4].

Lors des élections de 2000, il affronte la démocrate Maria Cantwell. Pour la première fois, des organisations amérindiennes lèvent des fonds contre un candidat au Sénat. Slade Gorton, qui préside la commission contrôlant les fonds fédéraux affectés aux tribus, se voit reprocher ses positions contre certaines exceptions en faveur des amérindiens[5]. Le , après plusieurs semaines de dépouillement et de recomptage des bulletins, Maria Cantwell est déclarée vainqueur l'élection avec 2 229 voix d'avance sur plus de 2,5 millions. Gorton remporte 34 des 39 comtés de l'État mais est largement distancé dans le plus peuplé d'entre eux, le comté de King[2].

Après le Sénat[modifier | modifier le code]

Après son mandat de sénateur, Slade Gorton est notamment membre de la commission nationale sur les attaques terroristes contre les États-Unis puis de la commission d'enquête sur l'exposition d'une raffinerie (en) à Texas City[6].

Lors de l'élection présidentielle américaine de 2016, il soutient l'indépendant Evan McMullin au détriment du candidat républicain Donald Trump[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) « GORTON, Thomas Slade, III (Slade), (1928 - ) », sur bioguide.congress.gov (consulté le 7 août 2017).
  2. a b c d et e (en) David Ammons, « Cantwell Wins Washington Senate Recount », sur abcnews.go.com, (consulté le 7 août 2017).
  3. (en) David Shribman, « Senator Who Defeated Magnuson Works To Escape His Shadow », sur nytimes.com, (consulté le 7 août 2017).
  4. (en) Timothy Egan, « Cantwell Declared Washington Victor », sur nytimes.com, (consulté le 7 août 2017).
  5. (en) Timothy Egan, « Indians Unite Against a Senator Despite His Grip on Tribal Funds », sur nytimes.com, (consulté le 7 août 2017).
  6. a et b (en) Joel Connelly, « Ex-Sen. Gorton submits presidential electors for independent Evan McMullin », sur seattlepi.com, (consulté le 7 août 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]