Simone Hérault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hérault.
Simone Hérault
Description de l'image defaut.svg.
Naissance (66-67 ans)
Enghien-les-Bains
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession
comédienne
Activité principale
Autres activités
voix off des aéroports de Bruxelles et du Caire
Conjoint

Simone Hérault, née en 1950 à Enghien-les-Bains (Val-d'Oise), est une comédienne française voix off. Elle est connue pour être « la voix de la SNCF » depuis plus de trente ans. Sa voix est diffusée sur les quais des plus grandes et importantes gares de France, sur les supports multimédias de la SNCF (serveurs vocaux, manifestations, etc.) et à bord de certains trains pour les dessertes et arrêts.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et formation[modifier | modifier le code]

Simone Hérault est l'épouse du comédien français Guy Laporte[1].

France Inter Paris[modifier | modifier le code]

Exemple d'une annonce sonore de Simone Hérault dans un TER : Annonce SNCF TER Bordeaux-Arcachon.

Simone Hérault commença par faire entendre sa voix à partir de 1972 à la radio, sur la station France Inter Paris (FIP), où elle a été animatrice jusqu'en 2001[2].

SNCF[modifier | modifier le code]

En 1981, elle intègre la SNCF après un casting sur sa voix. Avec une autre animatrice, elle enregistre les annonces de toutes les gares de France. Souvent précédés par une suite de sons distinctifs (appelé « sonal ») permettant d'obtenir l'attention des usagers, ces messages renseignent les usagers sur les trains et les activités de la gare. Depuis l'arrivée des techniques numériques, elle n'enregistre plus les annonces par phrase, mais par mot en faisant trois versions de chaque mot : intonation de début, de milieu et de fin de phrase[3].

Simone Hérault définit sa relation avec la SNCF comme une sorte de « contrat d'honneur », par lequel la comédienne s'interdit de réaliser « des enregistrements pour des sociétés concurrentes [de la SNCF], c'est-à-dire dans l'automobile, les avions, etc. », tandis que la SNCF garantit de n'utiliser que sa voix, et uniquement la sienne, dans les gares[4].

Mouvement associatif[modifier | modifier le code]

Depuis 2001[2], elle est impliquée dans l'association « Lire autrement », qui organise de nombreuses lectures publiques d'œuvres littéraires de tous styles[5]. Sur ses autres activités, elle déclara : « Il ne vous reste guère que le bateau pour échapper à ma voix mais je n'ai pas dit mon dernier mot ! » étant également la voix de l'aéroport de Bruxelles et de celui du Caire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [vidéo] interview à Angers en 2012 sur YouTube.
  2. a et b Site liberation.fr, Société : La Voix du Rail, par Didier Arnaud, dans le quotidien Libération, publié le 6 avril 2011 lire (consulté le 15 juillet 2013).
  3. Site leparisien.fr : Simone, la voix des gares, article publié le 25 janvier 2004 lire (consulté le 15 juillet 2013).
  4. Julien Baldacchino (journaliste) et Simone Hérault, « Sur la bonne voix », Imprimatur, no 669,‎ , p. 32 (lire en ligne)
    Page 40 dans le document PDF en ligne. Imprimatur est le journal-école gratuit de l'Institut de journalisme Bordeaux-Aquitaine.
  5. Site lentrepot.fr : Simone Hérault : biographie, lire (consulté le 15 juillet 2013).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jérôme Cordelier, Simone Hérault : La voix de la SNCF, Le Point, article publié le 12 août 2004 lire
  • Didier Arnaud, La voix du rail, Libération, article publié le 6 avril 2011 lire
  • Jean-Paul Vigneaud, Elle est « la voix la plus entendue en France », Sud Ouest, article publié le 27 septembre 2011 lire
  • Julia Baudin, La voix de la SNCF a un visage, Figaro.fr (Télé), article publié le 28 janvier 2013 lire
  • Simone Hérault, Jacques Pagniez (interviewer), Claude Villers (préface), Grâce à ma voix, La Vie du Rail, , 175 p. (ISBN 978-2-915034-47-9).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :