Simone Colombier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Colombier.
Simone Colombier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
(à 80 ans)
Bordeaux
Nationalité
Drapeau : France Française
Activités
Autres activités
décoratrice de théâtre, professeur de dessin
Formation
Maître
Jean Artus
Mouvement
Art abstrait à Bordeaux
Distinctions

Simone Colombier (née à Bordeaux le 1er mai 1903, morte à Bordeaux le 1er mars 1984) est une peintre française appartenant à l'école abstraite bordelaise, ayant vécu au 128, boulevard du Président-Wilson à Bordeaux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Simone Colombier est née le à Bordeaux[1].

Elle est élève, à l'École des beaux-arts de Bordeaux[2], de Jean Artus (1868-1931) qui durant trente années fut décorateur du Grand Théâtre de Bordeaux et dont elle devient l'assistante. Elle est ainsi elle-même initialement créatrice de décors de théâtre avant de devenir professeur de dessin[3], au collège technique de Metz de 1930 à 1934, puis à celui de Bordeaux à partir de 1934. Membre de la société des artistes de Metz et de Moselle (1931), puis des artistes mosellans, elle a participé à plusieurs expositions à Metz (1932-1935), à Bordeaux au Salon de I'Œuvre (1936-1940), au Salon des indépendants bordelais (1942-1954), à Paris au Salon des Provinces françaises qui se tient au Musée Galliera en février 1944[2].

Elle devient en 1948 sociétaire du Salon des réalités nouvelles à Paris où elle expose tous les ans entre 1947 et 1954[3]. Elle est présente au Salon d'automne de 1945 avec Les oignons rouges.

C'est en 1952, restitue Françoise Taliano des Garets, que les Indépendants bordelais se subdivisent en sous-groupes, les partisans de l'abstraction géométrique se retrouvant ainsi au sein du groupe « Structure » pris en main par Jean-Maurice Gay et où se côtoient Simone Colombier, Jean-André Lourtaud et Louis Teyssandier[4].

Simone Colombier est faite Officier des Palmes académiques en 1956. Elle s'est retirée du monde après sa retraite, en 1968, et s'est éteinte le 1er mars 1984.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Son œuvre ne manifeste aucune préoccupation de tendance et, à partir de 1946, l'artiste a évolué vers l'abstraction pure.

Dans son œuvre figurative, Simone Colombier a peint des paysages de Moselle, des vues du bassin d'Arcachon, des natures mortes, des compositions religieuses : Le voile de Véronique, Annonciation, etc. Printemps, date de 1946.

Dans son œuvre abstraite, elle a peint : 14 juillet à Paris, Méditation[5], Carrefour, Héroïque, Menaçante, La grâce en péril, Mouvement dans l'espace et Le Carrosse volant[6].

Autres expositions[modifier | modifier le code]

  • Exposition des peintres bordelais de la Société Regard, Institut français de San Sebastian, 1957.
  • Simone Colombier, rétrospective : l'œuvre d'une vie, galerie de France, Bordeaux, mai-juin 1983.
  • Gilles Néret-Minet et Olivier Coutau-Bégarie, commissaires-priseurs, Vente de l'atelier Simone Colombier, Hôtel Drouot, Paris, 26 juin 1989[7].
  • L'art abstrait à Bordeaux, église Saint-Vincent de Mérignac, décembre 2009 - janvier 2010.

Conservation[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « L'artiste s'attache parallèlement à accorder des couleurs primaires avec leurs complémentaires et à enrichir les tons par leur nuancement. Tous ces problèmes auxquels, à des titres divers, répondront ou tenteront de répondre tant d'ouvrages non figuratifs des années 1950, Il était bon que Simone Colombier se les posât et leur donnât une solution, sa solution... Bien plus encore dans sa période abstraite, l'artiste reste toujours éprise de formes énergiquement dessinées et d'une composition solidement construite. Quel que soit le lyrisme de son coloris, quelle que soit l'intensité avec laquelle elle amène ses accords à nous toucher, la forme ne cesse jamais d'être pour elle un élément essentiel. » - Thierry Saumier[9]
  • « Ses œuvres, franches dans la forme et la couleur, rappellent parfois Herbin. » - Dictionnaire Bénézit[3]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Extrait de la notice de Simone Colombier dans le dictionnaire Bénézit sur le site Oxford Index. 2006, (ISBN 9780199773787)
  2. a et b H Cotation, Simone Colombier
  3. a, b et c Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, tome 3 page 800.
  4. Françoise Taliano des Garets, « Les sociétés de peinture à Bordeaux de 1945 à 1975 », Annales du Midi, tome 105, n°201, 1993, pages 93-106.
  5. Hommage à J-S. Bach
  6. Le Carrosse volant
  7. La Gazette de l'Hôtel Drouot, vendredi 23 juin 1989.
  8. « Joconde - catalogue - dictionnaires », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 12 janvier 2018)
  9. Thierry Saumier, Les courants de la peinture abstraite à Bordeaux, 1945-1980, Université de Bordeaux, 1994.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catalogue de l'exposition Simone Colombier, rétrospective : l'œuvre d'une vie, Bordeaux, galerie de France, 31 mai - 15 juin 1983.
  • Thierry Saumier, Les courants de la peinture abstraite à Bordeaux, 1945-1980, Thèse, Université de Bordeaux, 1994.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Thierry Saumier et Dominique Dussol, L'art abstrait à Bordeaux, 1940-1970, Le Festin, , 128 p. (ISBN 9782360620043, OCLC 498939876, lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]