Silvesterklaus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Beaux Silvesterklaus à Schwellbrunn

Un Silvesterklaus ou Silvesterchlaus est une personne masquée et costumée qui agit ainsi dans le cadre des Silvesterklausens ou Silvesterchlausen (en allemand), une coutume religieuse du Canton d'Appenzell Rhodes-Extérieures en Suisse. Elle fait partie des traditions vivantes de Suisse.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1582, le pape Grégoire XIII introduit le calendrier grégorien (présentant une différence de 13 jours avec le calendrier julien), certains cantons protestants de Suisse le rejettent[1],[2],[3],[4], le canton suisse allemand d'Appenzell Rhodes-Extérieures l'adopte entre 1724 et 1798 selon les communes[5]. La première mention des Silvesterklaus remonte à 1663. Ils existent aussi bien en Appenzell Rhodes-Extérieures qu'en Appenzell Rhodes-Intérieures, qui les interdit de 1776 à 1808. Ils y ont alors une existence souterraine, jusqu'à leurs disparitions vers 1900. On suppose que les Silvesterklaus ne sont pas d'origine païenne, mais remontent à une tradition d'étudiants monastiques du nord de la France à la fin du Moyen Âge[6].

Aujourd’hui, perpétuant la tradition, certains villages du canton d'Appenzell Rhodes-Extérieurs continuent à célébrer 2 fois la veille du nouvel an, le et le [1],[2],[3],[4].

Au 19e siècle, elle permettait de régler les querelles entre les habitants des villages et ceux des vallées[3].

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, à Urnäsch, elle est devenue une importante attraction touristique[4].

Description[modifier | modifier le code]

Beaux Silvesterklaus, entonnant leur « Zäuerli » à Urnash.

Il y a trois cliques de Silvesterklaus:

  • les vilains, portent un costume fait de brindilles de sapin, de lierre, de mousse et portent des masques effrayants[1],[2],[4]. Elle est la plus ancienne des cliques[3].
  • les beaux, ont une coiffe ornée avec de scènes de la vie paysanne, des coutumes domestiques, de l'artisanat, ou de la vie de famille. Leurs costumes ressemblent à des tenues traditionnelles typiques d'Appenzell, ils nécessitent des centaines d'heures de travail. Bien que les costumes représentent des hommes ou des femmes, les individus qui les portent sont exclusivement des hommes (les femmes ne participent pas du tout à la tradition des Klaus)[1],[2],[4]. Cette clique est apparue au début du 19e siècle[3].
  • les beaux-vilains, portent un costume semblable à ceux des vilains, ils portent, néanmoins, des coiffes de formes similaire à celle des Beaux, Leurs masques sont confectionnés avec des matériaux naturels[1],[2],[3]. Ils sont apparus durant les années 60[4].

Les Silvesterklaus, par groupes de six, s'arrêtent à chaque ferme souhaiter la bonne année, en sonnant leurs cloches et en chantant un « Zäuerli » (yodel naturel polyphonique typique d'Appenzell) dans le but d'éloigner les mauvais esprits. Ils sont récompensés avec du vin[1],[2] ou de l'argent[3],[4].

Les enfants, eux, revêtent des costumes fabriqués en matériaux naturels mais ne portent pas de masques. Ils ne font pas non plus le même périple que les adultes[1],[2],[3].

Influences[modifier | modifier le code]

De figures similaires se trouvent un peu partout en Europe, notamment dans les régions de montagne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Éric Schwabe, Fêtes et traditions de Suisse, Tome 1, éditions Avanti, 1985, p 30 à 34
  • Paul Hugger, Les Suisses : modes de vie, traditions, mentalités, Tome 2, Payot, 1992, p 647 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel Cellier, Appenzeller Zäuerli (Jodel d’Appenzell) (1976) LP/ CD DC 009

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Découverte de la Suisse: Silvesterklause, reportage de Jean-Jacques Lagrange, Radio Télévision Suisse, 1978, 35 min
  • Passe-moi les jumelles: Portrait du Nouvel An Urnäsch, Radio Télévision Suisse, 2009, 10 min
  • Passe-moi les jumelles: Appenzell, les esprits du Nouvel An, reportage de Raphaël Engel, Radio Télévision Suisse, 2016, 26 min

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Passe-moi les jumelles, « Appenzell, les esprits du Nouvel an », (consulté le 27 avril 2019)
  2. a b c d e f et g « Portrait du Nouvel An d'Urnasch - Vidéo », sur Play RTS (consulté le 27 avril 2019)
  3. a b c d e f g et h « Silvesterklause », sur rts.ch, (consulté le 27 avril 2019)
  4. a b c d e f et g Hugger, Paul., Les Suisses : modes de vie, traditions, mentalités, Lausanne, Payot, , 1524 p. (ISBN 2-601-03088-7 et 9782601030884, OCLC 27989303, lire en ligne), Tome 2, p 647
  5. « REFORME GREGORIENNE », sur web.archive.org, (consulté le 3 juillet 2019)
  6. (de) « Wenn ein Schöner in den Regen kommt | NZZ », Neue Zürcher Zeitung,‎ (ISSN 0376-6829, lire en ligne, consulté le 3 juillet 2019)