Shilananda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Swami Shilananda
Nom de naissance Pierre Julia
Naissance (93 ans)
Gelida Drapeau de l'Espagne Espagne
Nationalité espagnole (puis indienne)
Pays de résidence Inde
Profession
Activité principale
Sannyasi, écrivain
Formation
Lettres, philosophie et théologie

Compléments

Prêtre catholique, Swami Shilananda a adopté le style de vie des religieux hindous.

Swami Shilananda (de son nom de naissance Pierre Julia) né le 17 juin 1925, à Gelida en Catalogne (Espagne), est un prêtre jésuite espagnol, missionnaire en Inde depuis 1948. Adoptant le style de vie des sannyasis hindous il fonda le Sanjivan Ashram à Nashik (Maharashtra) où il reçoit ses disciples. Il est également un écrivain spirituel en langue marathe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 17 juin 1925 à Gelida en Catalogne (Espagne) Peter Julia connut les ravages de la guerre civile dans son pays. Il entre chez les Jésuites le 14 août 1945, quelques jours après l’explosion de la première bombe atomique à Hiroshima. Ces deux expériences (guerre civile espagnole et bombe atomique au Japon) marquent profondément sa vision du monde et de l’humanité et l’orientent vers un engagement à œuvrer toute sa vie pour la paix[1]

Trois ans plus tard, en 1948 Peter Julia est envoyé comme missionnaire en Inde. Il y poursuit d’abord ses études en vue de l’ordination sacerdotale. Le 24 mars 1960 il est ordonné prêtre. Après deux ans de vie en communauté jésuite, à Nashik, il adopte l’habit d’un sannyasis hindou, et s’installe dans une petite chambre louée, à Panchavati, sur les bords du fleuve Godavari. [1]. Il ne manque pas de faire -toujours en vélo - les quatre pèlerinages traditionnels aux lieux saints de l’hindouisme : Kedarnath, Dwarka, Kanyakumari et Puri. Cela lui acquiert la haute estime des sannyasis hindous qui se rassemblent à Nashik pour la Kumbha Mela.

Après 14 ans à Panchavati il s’installe à Sinnar à quelque 20 km au sud-est de la ville de Nashik, où avec l’aide d’amis et bienfaiteurs, il acquiert un terrain sur lequel il construit un oratoire qui, architecturalement parlant, est fort semblable aux nombreux temples hindous traditionnels qui abondent aux alentours. Avec l’oratoire une modeste résidence avec bâtiment annexe pour y recevoir visiteurs et pèlerins[2]. [2]. Bien que le sol y soit ingrat et rocailleux Swami Shilananda y a développé un petit jardin, se créant même un petit bassin d’eau et plantant des arbres.

En 1988 Shilananda construit une chapelle ressemblant à un temple shivaïte où il se rend fréquemment pour y psalmodier ses prières qu’il accompagne de l’ektara, l’instrument musical monocorde traditionnel des musiciens itinérants. Il parle de Jésus-Christ aux villageois des environs qui lui rendent visite mais ne fait pas de conversion, insistant qu’une conversion est un changement total de sa vie par l’adoption des valeurs enseignées par Jésus[1].

Écrits[modifier | modifier le code]

  • The Truth will make you free, Anand, Gujarat Sahitya Prakash, 1979. Traduit en langue marathe sous le titre de Satya tumhala mukta karil.
  • A Rainbow of Feasts; an interreligious appreciation, Mumbai, Better Yourself Books, 1994 281pp.
  • Sent Forth; half a century at the service of independent India (collected writings), Bangalore, St. Peter's Pontifical Institute of Theology, 2003.
  • Hinduism and Christianity: A Comparative Study dans Divyadaan: Journal of Philosophy and Education, vol.8/3 (1999), p. 62-83.
  • Integrating Christianity and Hinduism dans Divyadaan: Journal of Philosophy and Education, vol.9/1 (1998), p. 18-40.
  • Objective Truth dans Divyadaan: Journal of Philosophy and Education, vol. 10/2 (1999), p. 226-253.
  • Principle of Polarity: Creative Tensions dans Divyadaan: Journal of Philosophy and Education, vol. 8/2 (1997), p. 162-172.
  • Justice: Secular or Transcendent? dans Divyadaan: Journal of Philosophy and Education, vol.11/2 (2000), p. 211-271.
  • Mission and Dialogue dans Divyadaan: Journal of Philosophy and Education vol.12/3 (2001), p. 397-412.
  • I've waited for 40 years, but... dans Jivan, Apr. 2008, p. 90.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Étienne Degrez: Indian Road to Truth; review of The Truth Will Make You Free dans The Calcutta Herald (18 décembre 1981).
  • E.R. Hambye: Review of The Truth Will Make You Free dans Vidyajyoti Journal of Theological Reflection (janvier 1982).
  • George Mangatt: Review of The Truth Will Make You Free dans Bible Bhasyam.
  • B.R. Patil: Book of Instruction on the Christian Religion. Review of Satya tumhala mukta karil dans Gavkari (22 avril 1984).
  • Theresa Mendonca: Review of A Rainbow of Feasts dans The Examiner (8 Jul. 1995).
  • N. Gopalakrishnan: Inter-Religious appreciation of festivals dans The Hindu.
  • George Gispert-Sauch: Review of A Rainbow of Feasts dans Vidyajyoti Journal of Theological Reflection (mars 1996), p. 215.
  • Mixing Religions. Cross on Shivling, Christian Priests Worship the Hindu Way, dansThe Week (20 October 1996), p. 30.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Spanish Missioner Praises The Lord At Christian Temple In Hindu Village », UCA News, (consulté le 25 mai 2015)
  2. "I've waited for 40 years, but..." dans Jivan: News and Views of Jesuits in India, April 2008, p. 90.