Shidzue Katō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Shidzue Katō
KATO Shizue.jpg
Shidzue Katō
Fonctions
Député à la Chambre des représentants du Japon
Membre de la Chambre des conseillers
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 104 ans)
Nom dans la langue maternelle
加藤シヅエVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique

Shidzue Katō (加藤 シヅエ, Katō Shizue?), ( - ), est une féministe japonaise et une des premières femmes élues à la Diète du Japon. Katō est surtout connue en tant que pionnière du mouvement pour la contraception et fervente partisane de la réforme du droit du travail.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Katō Shidzue naît le 2 mars 1897 à Tokyo, dans une famille japonaise d'ex-samouraïs[1]. Elle effectue sa scolarité à la prestigieuse école Gakushūin dont elle sortira diplômée en 1914[2]. À 17 ans, on la marie au Baron Ishimoto Keikichi, un ingénieur minier progressiste. Peu après leur mariage, le couple s'installe dans le bassin houiller de Miike à Kyūshū. Pendant trois ans, ils seront témoins des conditions de travail épouvantables des femmes et des hommes qui y travaillent.

En 1919, ils s'envolent pour les États-Unis où Shidzue suit des cours de secrétariat à New York. Elle y rencontre Margaret Sanger, la fondatrice de l'American Birth Control League, qui influença sa lutte pour le droit à la contraceptions au Japon[2].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

À leur retour dans leur pays natal, Ishimoto travaille pour le gouvernement, part pour la Mandchourie pendant la guerre et laisse sa femme et ses deux fils. Cette séparation aura raison de leur couple. Shidzue s'éprend d'un syndicaliste marié, Katō Kanju (1892-1978). Ce ne sera que bien des années plus tard, en 1944, que l'Agence Impériale de la Famille l'autorisera à mettre un terme à son mariage et qu'elle pourra épouser son amant. Leur fille, Taki, nait en 1945[3].

Margaret Sanger

En 1922, elle sert de guide à Margaret Sanger au Japon, l'aidant à obtenir un permis de séjour et lors de ses conférences publiques sur la contraception. Shizue accompagnera Margaret lors de ces six autres visites. Jusqu'au début de la seconde guerre mondiale, Shizue se dévoue pour l'amélioration de la condition féminine au Japon et notamment pour légaliser la pratique illégale de la contraception. En tant que féministe, elle doit faire face au tabou de la contraception, sujet en principe inabordable dans les sphères où elle évolue et en tant que femme japonaise, elle se bat contre la position traditionnelle de soumission que lui impose la société[4].

En 1946, les femmes obtiennent le droit de vote au Japon et Shidzu adhère au Parti socialiste japonais. Elle est l'une des premières femmes élue à la Diète du Japon[5] (le parlement japonais). Elle y servira à la chambre basse de 1946 à 1950, puis à la chambre haute de 1950 à 1974[5].

Elle cofonde la Fédération du Planning Familial au Japon en 1948.

Retraite et décès[modifier | modifier le code]

En 1988, elle est la première japonaise à recevoir le Prix des Nations Unies en matière de population pour son engagement pour le planning familial dans les pays en développement[6].

Elle poursuivra son engagement politique bien après avoir quitté la Diète et jusqu'à sa mort, le 22 décembre 2001, à Tokyo, à 104 ans.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Helen M. Hopper, Katô Shidzue : a Japanese feminist (New York: Pearson Longman, 2004).
  • Shidzue Ishimoto, Facing Two Ways: The Story of My Life. Autobiografie, 1935, Farrar & Rinehart

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Shidzue Kato, Facing Two Ways: The Story of My Life, New York, Farrar & Rinehart, (lire en ligne)
  2. a et b (en) « Shizue Kato, 104; Japanese Legislator, Birth Control Activist », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  3. (en) Carmen Blacker, « Shizue Kato - Courageous feminist campaigner for birth control and women's rights in Japan », The guardian,‎ (lire en ligne)
  4. (en) « Shidzue Ishimoto Kato (1897-2001) », sur Museum of Contraception and Abortion (consulté le 22 février 2015)
  5. a et b (en) « Shidzue Kato », sur Britannica (consulté le 22 février 2015)
  6. (en) « Award Laureates », sur UNFPA (consulté le 22 février 2015)