Limamou Thiaw

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laye (homonymie).
Seydina Limamou Lahi
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion

Limamou Thiaw, plus connu sous le nom de Seydina Limamou Laye (ou Lahi) (1843-1909), est une grande figure de l'islam au Sénégal, qui s’est proclamé l'imam du mahdi. Il est le fondateur de la confrérie soufie layène (venant du nom dont s'est rebaptisé Limamou Thiaw, « Laye », qui est une déformation d’Allah en wolof[1]).

Biographie[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative sur une maison de l'île de Gorée où Seydina Limamou séjourna en 1887.

Limamou naquit en 1843 dans la région de Dakar, à Yoff. Sa mère est Mame Coumba Ndoye et son père Mame Alassane Thiaw. Ce pêcheur et agriculteur Lébou de Yoff[1] commence sa prédication le 24 mai 1883, à l'âge de 40 ans.

En 1883, déjà orphelin de père, Limamou perd sa mère et s'enferme trois jours sans boire ni manger. Au terme de ces trois jours, selon le récit fondateur[1], il dit être l'envoyé de Dieu, disant : Adjibo dahiya laye ya marsaral ins wal djin ini raasouloulahi ileykoum (« Venez à l'appel de Dieu vous, hommes et djinns, je suis l'envoyé de Dieu. L'Arabe blanc s'est noirci »).

Laye, devenu aveugle, meurt en 1909. Il laisse un livre en six parties, connu sous le nom de Sermon, qui a été dicté en wolof à ses disciples – au premier rang desquels Matar Lo[1]. Son mausolée est bâti à Yoff, face à la mer[1].

Hommages[modifier | modifier le code]

Mausolée Seydina Limamoulaye à Yoff, près de la plage.

Un lycée de Guédiawaye (région de Dakar)[2] porte son nom, ainsi que l’autoroute de Dakar[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Jean-Pierre Bat, « Seydina Limamou Laye : le Mahdi sénégalais (1843-1909) », sur http://libeafrica4.blogs.liberation.fr/, (consulté le 16 juin 2018).
  2. Lycée Seydina Limamou Laye
  3. Autoroute Seydina-Limamoulaye, Dakar, Rues du Sénégal [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Phyllis G. Jestice, « Seydina Limamou Laye (Libasse Thiaw) », in Holy People of the World: A Cross-cultural Encyclopedia, volume 1, ABC-CLIO, Santa Barbara (Calif.), 2004, p. 509-510 (ISBN 9781576073551)
  • Cheikh Mahtar Lô, « La vie de Seydina Mouhamadou Limâmou Laye, traduite et annotée par El-Hadji Mouhamadou Sakhir Gaye et Assane Sylla », Bulletin de l'IFAN, y. XXXIV, série B, no 3, juillet 1972, p. 497-523
  • El Hadji Malick Ben Mouhamadou Sarr, « Ajibou da iya llah » ou la vie exemplaire de Limamou Laye, Imprim. nouvelle, Dakar, 1966, 34 p.
  • (en) M. Singleton, Seydina Mouhamoudou Limamou Laye, 1845-1909: The Black Mahdi, Centre for the Study of Islam and Christian-Muslim Relations, Selly Oak Colleges, Birmingham (UK), 1990, 26 p.
  • Assane Sylla, « Les persécutions de Seydina Mouhamadou Limamou Laye par les autorités coloniales », Bulletin de l'IFAN, série, B, tome XXXIII, no 3, juillet 1971, p. 590-641
  • Assane Sylla et Mamadou Sakhir Gaye, Le Mahdi, Seydina Mouhamadou Limamou Laye du Sénégal, Imprimerie Nationale, Rufisque, 1985, 133 p.
  • (en) Douglas H. Thomas, Sufism, Mahdism and Nationalism: Limamou Laye and the Layennes of Senegal, Bloomsbury Publishing, 2012, 176 p. (ISBN 9781441163516)

Liens externes[modifier | modifier le code]