Schématisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Schématisme est un mouvement artistique né en 1960. Il a été fondé par Jacques Caux, Robert Estivals, Jean-Charles Gaudy et Gabrielle Vergez. Dans les années 1970, Gabrielle Vergez a quitté le groupe dans lequel s’est alors intégré Luciano Lattanzi, promoteur de la peinture sémantique.

Définition du schématisme[modifier | modifier le code]

Le Schématisme se définit comme une avant-garde artistique avec le sens que ce mot avait au XIXe siècle. C’est dire qu’il inclut dans ses postulats de base, non seulement des idées artistiques, mais aussi une théorie politique. Historiquement, il se situe après le Lettrisme et l’Ultralettrisme et est contemporain de Support/Surface.

Postulats de base[modifier | modifier le code]

  1. Refus du marché de l’art. Cette position a été constamment maintenue avec rigueur et persévérance. Elle a comme conséquence obligée que le groupe n’est pas reconnu par les sphères habituelles, malgré les nombreuses expositions et manifestations qui se sont tenues ou se tiennent dans des lieux discrets ou institutionnels. Une autre conséquence est que chacun des acteurs de cette aventure assume sa propre autonomie financière
  2. Le Schématisme considère le langage courant comme insuffisant pour traduire la complexité du monde. Il est donc nécessaire de penser l’élaboration d’un langage à la fois global, analytique, symbolique et esthétique. C’est à la création de ce langage que s’est consacré le Schématisme.
  3. Pour ce faire, il a eu recours à une théorie scientifique de la communication appelée la Schématisation. Le champ de cette science se situe dans celui des sciences sociales.
  4. Le Schématisme a pris acte des bouleversements sociaux et artistiques survenus depuis le XIXe siècle. Sur le plan artistique, en particulier, il a pris acte de l’obsolescence des idées forces en cours depuis la Renaissance, ainsi que de l’apparition de nouvelles manières de dire et de voir le monde (exemple, l’abstraction en peinture).

Qu’est-ce qu’un schéma ?[modifier | modifier le code]

Pour répondre à cette question fondamentale il est d’abord nécessaire de dresser la liste des différentes étapes de réalisation :

  1. L’intention. Sans elle, rien n’existe : les schématistes ne peignent que s’ils ont quelque chose à dire.
  2. La réflexion. L’art est « cosa mentale ». C’est une chose sérieuse qui demande une élaboration. Et il ne suffit pas de « proclamer la primauté du geste pur ». Aussi, chacune des œuvres schématistes tente de faire le point, de clarifier, de proposer, de poser des questions, etc.
  3. Le tableau est donc une construction pour communiquer. Il a besoin d’éléments de langage propres au monde pictural. Par analogie avec le langage courant, il y a d’abord :
    • Le titre qui situe l’intention ;
    • Le sous-titre qui propose une équivalence dans le monde de l’image ;
    • Les cartouches qui fonctionnent comme les paragraphes d’un texte, dessinent la vision d’ensemble et abordent la vision de détail ;
    • Les relations utilisant divers moyens pour relier entre eux les éléments picturaux et aider à la lecture à la fois globale et analytique ;
    • Les « symboles » qui permettent d’ajouter une autre dimension de lecture : la dimension symbolique. Ces symboles peuvent revêtir différentes formes : pictogrammes, « gestes de base », calligraphies, etc.

La vie du groupe[modifier | modifier le code]

Il est resté stable durant plus de quarante ans et il a exploré la plupart des modes du « travailler ensemble » en respectant l’idée fondatrice de l’égalité des personnes et des échanges comme de l’acceptation du regard des autres et de la critique.

Les expositions[modifier | modifier le code]

Elles furent nombreuses. Voici quelques-unes des plus importantes :

  • 1959 : Le Signisme, Le Soleil dans la tête, Paris, 6e
  • 1966 : Exposition: Schémas et colloque, Centre Charles Péguy, Orléans
  • 1968 :Exposition Schémas, Bratislava, Tchécoslovaquie
  • 1972 : Exposition Schémas, Bibliothèque municipale, Bordeaux
  • 1986 à 1989 : Participation régulière du groupe Schémas au Salon Figuration critique, Grand Palais, Paris
  • 1990 : Le Schématisme, exposition rétrospective 1959-1989, galerie Jurgens und Bosesky fur modern Kunst, Francfort
  • 1991 : Participation à l'exposition "Il post-informale in Europa" (1955-1965) Villa Contarini - Fondazione G.E. Ghirardi, Piazzola Sul Brenta, Italia wwww.villacontarini.eu)
  • 1993 : Ouverture de deux salles, Musée de la Fondation Ghirardi, Villa Contarini, Piazzola sul Brenta, Italie.
  • 1995 : Exposition à la Fondation Ghirardi, Villa Contarini, Piazzola sul Brenta, Italie.
  • 1996 : Ouverture de la Maison du Schématisme. Noyers sur Serein ( 89310 ).
  • 2005 : Exposition à Reggio Emilia (Italie) 2010 Exposition rétrospective du Schématisme. Museo dei Principi. Correggio (Italie
  • 2012 : Exposition « Écritures plurielles » au musée de l’Abbaye Saint-Germain d’Auxerre

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :