Schéma quinaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la littérature <adjF>
Cet article est une ébauche concernant la littérature.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le schéma quinaire est un type de schéma narratif, c'est-à-dire de construction du récit, décrit par Paul Larivaille dans «L'Analyse (morpho)logique du récit». Il a été utilisé d'abord pour décrire la structure élémentaire des contes.

Ce schéma s'inspire essentiellement des études de Vladimir Propp sur le conte que l'auteur enrichit des réflexions de Claude Bremond sur le début, le milieu et la fin. Larivaille simplifie donc le schéma de Propp jusqu'à en arriver à formuler un schéma en cinq étapes, la première et la dernière décrivant des états et les trois étapes centrales, qu'il considère comme le noyau du conte, décrivant des actions. Il précise également que certaines étapes peuvent être supprimées par l'auteur, d'autres être doublées ou triplées.

  1. Situation initiale : le décor est planté, le lieu et les personnages introduits et décrits
  2. Complication : perturbation de la situation initiale
  3. Action : moyens utilisés par les personnages pour résoudre la perturbation
  4. Résolution : conséquence de l'action
  5. Situation finale : résultante de la résolution, équilibre final

Par la suite, le schéma quinaire a été adopté par la linguistique textuelle (cf. Adam 1997) pour décrire un type de séquence prototypique organisant la textualité, à côté d'autre séquences telles que la description, l'argumentation, l'explication et le dialogue.

La narratologie post-classique (cf. Baroni 2007) est venue critiquer ce schéma en insistant sur le fait qu'il décrit davantage les différentes étapes de l'actualisation du récit par un interprète que la structure immanente du texte narratif lui-même. Selon cette approche, la complication agit comme un inducteur d'incertitude qui pousse l'interprète à se demander comment la situation narrative sera résolue, ce qui amène la production d'une tension narrative prenant la forme du suspense (dans le cas d'un récit chronologique), ou de la curiosité (quand la complication s'apparente à la difficulté de comprendre la nature exacte d'un événement présent ou passé, situation type du roman policier à énigme).

Voir aussi sur Wikipédia[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Larivaille, «L'analyse (morpho)logique du récit», Poétique, n° 19, 1974, pp. 368-388.
  • Vincent Jouve, La Poétique du roman, Paris, SEDES, 1997.
  • Jean-Michel Adam, Les Textes, types et prototypes. Récit, description, argumentation, explication et dialogue, Paris, Nathan, 1997.
  • Raphaël Baroni, La Tension narrative, Paris, Seuil, coll. «Poétique», 2007