Santiago Espinosa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un philosophe
Cet article est une ébauche concernant un philosophe.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Espinosa.

Santiago Espinosa, né en 1978 à Mexico, est traducteur, docteur et professeur de philosophie. Son master, publié en 2007, porte sur la philosophie de la musique de Schopenhauer (L'Ouïe de Schopenhauer. Musique et réalité). Inspiré par la philosophie de Clément Rosset, il écrit une thèse sur la musique où il soutient qu'elle n'exprime rien qu'elle-même, c'est-à-dire des rapports exclusivement musicaux, suscitant des émotions purement musicales. Il tire la conclusion que ce que la musique et le "réel" — ce qui existe — ont en commun est leur insignifiance essentielle, ne renvoyant à rien d'autre qu'eux-mêmes, mais surtout que l'affirmation inconditionnelle de leur "inexpressivité" peut produire, paradoxalement, la joie de vivre (au sens "tragique" de Nietzsche). Cette première partie, publiée en 2013 (L'Inexpressif musical) a été saluée vivement par la presse. La deuxième partie de cette étude, Voir et entendre. Critique de la perception imaginative, publiée en 2016, étend les vues d'Espinosa aux autres arts et à d'autres domaines (il montre par exemple que la physique contemporaine adopte la perspective critiquée lorsqu'elle s'efforce de produire une "image du réel"). À cette tendance invétérée qui assimile depuis longue date la vue et le savoir, Espinosa oppose la perception auditive, toujours prompte à saisir le caractère éphémère et singulier, non interprétable des objets, qu'elle n'échange pas, comme la vue, contre leur image stable. De la perception auditive du réel s'ensuit une pensée du devenir, qu'Espinosa oppose à la pensée de l'être, entendu comme un "rendu en image du réel". À l'encontre de la "perception imaginative", dont la logique fait penser que tout se répète, suscitant les affections de la mélancolie, l'angoisse et la nausée, la philosophie de l'écoute qui résulte de l'attention à l'ouïe se rapporte quant à elle à l'allégresse de ne percevoir dans le réel qu'une surprenante et incessante nouveauté.

Santiago Espinosa est le lauréat 2015 de la Bourse Cioran du Centre National du Livre pour son projet Traité des apparences.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L'Ouïe de Schopenhauer, suivi de L'Oreille de Nietzsche, Paris, L'Harmattan, 2007 (rééd. 2012).
  • L'Inexpressif musical, suivi de Question sans réponse de Clément Rosset, Paris, Les Belles Lettres, coll. Encre Marine, 2013.
  • Voir et entendre. Critique de la perspective imaginative, Paris, Les Belles Lettres, coll. Encre Marine, 2016.

Ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • Avec N. Delon. Clément Rosset, Faits divers, Paris, P. U. F., 2014 (Présentation et choix de textes).

Traductions en espagnol[modifier | modifier le code]

  • Ch. Buci-Glucksmann, La estética de lo efímero, Madrid, Arena, 2007 (Esthétique de l’éphémère, 2003).
  • E. M. Cioran, Antología del retrato. De Saint-Simon a Tocqueville, Santiago du Chili, Hueders, 2016 (Anthologie du portrait, 1996).
  • J. Clair, De Immundo, Madrid, Arena, 2007 (De Immundo, 2004).
  • D. Hume, Historia natural de la religión, Mi vida, Buenos Aires, El cuenco de plata, 2015 (A Natural History of Religion, 1757; My own Life, 1777. Traduction, introduction et notes).
  • E. de La Boétie, Discurso sobre la servidumbre voluntaria, Santiago du Chili, Hueders, 2012 (Discours de la servitude volontaire, 1576. Traduction et notes).
  • J. O. de La Mettrie, El hombre-máquina, El hombre-plante y otros escritos, Buenos Aires, El cuenco de plata, 2014 (L'homme-machine, 1747 ; L'homme-plante, 1748, etc. Traduction, introduction et notes).
  • R. Pinget, Alguien, Santiago du Chili, Hueders, 2013 (Quelqu'un, 1965. Traduction et postface).
  • C. Rosset, Conferencias de México, Zacatecas, Ed. de Medianoche, 2010 (Tropiques, 2010).
  • C. Rosset, El demonio de la tautología, Madrid, Arena, 2011 (Le Démon de la tautologie, 1997).
  • C. Rosset, La elección de las palabras, Santiago du Chili, Hueders, 2012 (Le Choix des mots, 1995).
  • C. Rosset, Lógica de lo peor, Buenos Aires, El cuenco de Plata, 2013 (Logique du pire, 1971. Traduction et notes).
  • C. Rosset, El objeto singular, Madrid, Sexto Piso, 2007 (L'Objet singulier, 1979).
  • C. Rosset, Principios de sabiduría y de locura, Barcelone, Marbot, 2008 (Principes de sagesse et de folie, 1991).
  • C. Rosset, Lo real y su doble, Santiago du Chili, Hueders, 2015 (Le réel et son double, 1976. Traduction et notes).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Site personnel de l'auteur.