San Remo Apartments

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir San Remo.
San Remo Apartments
The San Remo & The Lake jeh.jpg

The San Remo & The Lake jeh
vus depuis Central Park.

Présentation
Destination initiale
Immeuble d'habitation
Destination actuelle
Immeuble d'habitation
Architecte
Construction
Hauteur
122 m, 121,9 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Statut patrimonial
New York City Landmark (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de l’État de New York
voir sur la carte de l’État de New York
Red pog.svg
Localisation sur la carte des États-Unis
voir sur la carte des États-Unis
Red pog.svg

San Remo Apartments (ou parfois The San Remo) est un immeuble d'appartements de luxe en coopérative d'habitation, situé au 145 et 146 Central Park West dans l'Upper West Side de Manhattan, à New York. Le bâtiment est situé immédiatement au bord de Central Park, au nord du non moins célèbre Dakota Building.

Historique et style[modifier | modifier le code]

Les San Remo Apartments doivent leur nom à la résidence hôtelière les ayant précédés (celle-ci, construite en 1891, comptait 11 étages et 90 appartements, loués 200 $ par mois[1]). Leur construction a débuté en 1929, quelques semaines avant le début de la Grande Dépression.

L'architecte du bâtiment, Emery Roth, a tiré profit des nouvelles réglementations de l'époque de la construction pour construire le premier bâtiment de New York pourvu de tours jumelles. Chacune des deux tours de dix étages s'achève par un luxueux appartement d'inspiration baroque, dans un style proche de celui de l'architecte britannique John Vanbrugh. Les toits des deux tours s'inspirent quant à eux du monument de Lysicrate à Athènes. Il a également été l'architecte d'autres bâtiments célèbres de l'Upper West Side, comme le Beresford, situé plus haut sur Central Park West.

Le bâtiment a deux adresses, 145 et 146 Central Park West, car il a été conçu de telle sorte que chaque moitié de la structure soit desservie par des entrées distinctes, ce qui élimine la nécessité de longs couloirs aux étages.

Appartements[modifier | modifier le code]

À l'origine, le San Remo proposait une large gamme d'appartements souvent luxueux. Il y a encore des cabinets médicaux au premier étage mais plusieurs des espaces professionnels ou commerciaux ont récemment été vendus à des locataires résidant dans l'immeuble pour être utilisés comme bureaux[réf. souhaitée].

Tours[modifier | modifier le code]

Au 18ème étage, l'édifice se divise en deux tours de 10 étages, emblématiques de l'immeuble, inspirées du tambour du monument chorégique de Lysicrate et aboutissant à des temples corinthiens de style Renaissance couronnés par des lanternes de cuivre de 22 pieds de haut[réf. souhaitée].

Roth avait découvert cette architecture antique à l'occasion de la World Columbian Exposition de Chicago en 1893.

Notoriété et occupation[modifier | modifier le code]

La journaliste du New York Times Glen Justice le décrivait en 2004 comme « un immeuble éblouissant, avec des vues imprenables sur Central Park »[2].

L'immeuble compte ou a compté parmi ses occupants de nombreuses personnalités, parmi lesquelles Steven Spielberg, Donna Karan, Steve Jobs, Demi Moore, Dustin Hoffman, le chanteur de U2 Bono, Steve Martin, Bruce Willis, Eddie Cantor, Robert Stigwood, Don Hewitt, Rita Hayworth (qui y passa la dernière année de sa vie) ou encore des hommes d'affaires reconnus tels que Dodi Al Fayed, Luke Knightly, Jack Sherwall, Pete Jihan, Hedy Lamarr, Aaron Spelling ou Liz McCowell.

Selon l'article de Glen Justice dans le New York Times, le bâtiment serait celui de tout le pays dont les occupants ont fait le plus de dons à la campagne du candidat démocrate John Kerry lors de l'élection présidentielle de 2004[2].

Anecdote[modifier | modifier le code]

Les San Remo, comme d’ailleurs le Beresford, abritent également un couple de résidents inattendus : des faucons[3] !

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Namesake Precursors of Central Park West’s Towers, Christopher Gray, The New York Times, 14 septembre 1997.
  2. a et b (en) A Politician Looking for Funds? Here Are Two Useful Addresses - Glen Justice, The New York Times, 23 juin 2004
  3. (en) Urban Hawks and Other Wildlife in Central Park and NYC

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]