Sado (préfecture de Niigata)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sado (Japon))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sado.
Sado
佐渡市
Vue d'une côte de Sado
Vue d'une côte de Sado
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Chūbu
Préfecture Niigata
Maire Koichiro Takano
Code postal 952-1292
Démographie
Population 63 231 hab. (2011)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 38° 01′ 00″ nord, 138° 22′ 00″ est
Superficie 85 526 ha = 855,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : préfecture de Niigata

Voir sur la carte administrative de Préfecture de Niigata
City locator 13.svg
Sado

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir la carte administrative du Japon2
City locator 13.svg
Sado

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir la carte topographique du Japon2
City locator 13.svg
Sado
Liens
Site web Sado city

Sado (佐渡市, Sado-shi?) est la municipalité située sur l'île Sadogashima (佐渡島?) dans la Mer du Japon ayant le statut de ville dans la préfecture de Niigata, au Japon. Depuis 2004, elle est administrée par une seule collectivité territoriale, la ville de Sado.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sado est la sixième plus grande île du Japon en termes de superficie derrière les quatre îles principales et l'île d'Okinawa.

L'île, de forme symétrique, est constituée de deux chaînes montagneuses orientées du sud-ouest au nord-est, délimitant une plaine centrale.

  • La chaîne d'Ōsado (大佐渡) située au nord présente les altitudes plus élevées. On y trouve notamment le mont Kinpoku (金北山), point culminant de l'île, à 1 172 mètres au-dessus du niveau de la mer, mais aussi le mont Myōken et le mont Donden.
  • La chaîne de Kosado (小佐渡) au sud de l'île fait face aux rivages de Honshu. Son point le plus élevé est le mont Ōji (大地山) culminant à 645 mètres.
  • La plaine centrale appelée Kuninaka (国中) est la région la plus peuplée. Elle s'ouvre à l'est sur la baie de Ryōtsu (両津湾) et à l'ouest sur la baie de Mano (真野湾). C'est à l'ouest que le plus long fleuve de l'île, le Kokufugawa (国府川) rejoint la mer. Le lac Kamo (加茂湖) situé sur la partie est de Kuninaka, relié à la mer par un canal est un lac salé dans lequel est pratiquée l'ostréiculture.
Oonogame1 bike A-type70km-point, Long Distance triathlon course in Sado island, Japan.jpg

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de l'île est de type subtropical humide avec des étés très chaud, des hivers froids et des précipitations importantes tout au long de l'année.

Aikawa, Sado, Niigata
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température moyenne (°C) 5,4 5,2 8,4 14,4 19 22,5 26,4 28,8 24,8 19,4 13,9 8,8 16,42
Ensoleillement (h) 50,2 74,5 140,8 180 208,5 173,5 173 215,3 152,8 152,7 91,1 52,9 1 665,3
Précipitations (mm) 137,5 101,8 89,8 102,1 99,2 125,3 161,3 137,4 160,7 127 158,8 162,3 1 563,2
Humidité relative (%) 71 70 67 69 74 81 83 80 76 71 70 71 73,6
Source : « NOAA 1961 - 1990 »


Culture du riz à Sado
Plaine de Kuninaka près de Niibo
Mine d'or de Sado
Ibis nippon près du centre de conservation des ibis nippons à Sado
Temple Myōsen-ji
Temple Konpon-ji
Temple Jisso-ji


Histoire[modifier | modifier le code]

Les poteries retrouvées près de Ogi dans le sud de l'île montrent que Sado est habitée depuis la période Jōmon.

Le Nihon Shoki mentionne que le peuple Mishihase est arrivé sur Sado durant le règne de l'empereur Kinmei (bien que nous ne sachions pas si l'île a été effectivement habitée par un peuple toungouse)

L'île constituait une province du Japon, indépendante de la province d'Echigo : la province de Sado. Celle-ci était divisée en trois gun : Sawata, Hamochi et Kamo. En 1185, à l'avénement de la période Kamakura, le shugo Osaragi désigna Honma Yoshihisa comme son shugodai pour la province. Le clan Honma gouverna Sado jusqu'à ce que Uesugi Kagekatsu prenne possession de l'île en 1589. Après la défaite du clan Uesugi à la bataille de Sekigahara et la découverte d'or sur l'île le shogunat Tokugawa prît le contrôle direct de Sado.

Pendant l'ère Meiji, l'île a été de 1871 à 1876 une préfecture japonaise indépendante, appelée préfecture d'Aikawa avant d'être rattachée à la préfecture de Niigata dont elle fait toujours partie aujourd'hui.

Exil à Sado[modifier | modifier le code]

L'île de Sado fut longtemps appelée "l'île maudite" car elle servait de lieu d'exil aux opposants. Le premier exil connu sur l'île de Sado remonte à l'an 722 fut celui du poète Hozumi no Asomi Oyu (穂積朝臣老?) qui avait critiqué l'empereur.

L'empereur Juntoku fut lui aussi envoyé à Sado du fait de son rôle dans la révolte de Jōkyū en 1221. Il vécut sur l'île pendant vingt ans jusqu'à sa mort. À cause de cet épisode, il fut connu de manière posthume sous le nom de Sado-no-in (佐渡院?). Il est enterré au mausolée de Mano Goryo sur la côte ouest [1]

Le moine bouddhiste Nichiren a aussi vécu à Sado, près de l'actuel village de Niibo dans la plaine de Kuninaka de 1271 à 1274. Au XVIIe siècle, le temple Konpon-ji fut construit à l'endroit où il avait vécu. À la fin de son exil, Nichiren vivait à l'emplacement de l'actuel temple Myosho-ji et avait l'habitude de méditer à l'endroit de l'actuel temple Jisso-ji.

On notera également l'exil du dramaturge de théâtre nô, Zeami Motokiyo, pour une raison inconnue en 1434.

Le dernier bannissement à Sado a eu lieu en l'an 1700, près d'un millénaire après le premier

L'exil forcé de ces lettrés a laissé aux habitants un goût prononcé pour les arts. Depuis près de cinq siècles, une trentaine de théâtres proposent des représentations de , théâtre traditionnel joué avec des masques, et des spectacles de marionnettes (« bunya ningyo »).

Mines d'or[modifier | modifier le code]

Sado a connu une croissance économique soudaine pendant l'époque d'Edo après que de l'or ait été découvert en 1601 à Aikawa (相川). Cet or a constitué une source majeure de revenus pour le shogunat Tokugawa. Elle devint ainsi « l’Eldorado » japonais et ses mines d’or produisirent jusqu’à 400 kilos par an, la plus grosse production mondiale de l'époque.

La pénurie de main d'œuvre mena à une seconde vague d'exils. Il ne s'agissait plus cette fois d'envoyer des opposants ou des personnes ayant commis un crime, puisque ce sont des sans-abris (dont le nombre augmentait dans les villes japonaises à cette époque) que le shogunat envoya sur Sado pendant le XVIIIe siècle. Le travail dans les mines se faisait dans des conditions extrêmement difficiles et l'espérance de vie était courte.

L'île atteignit rapidement une population d'environ 100 000 habitants. Sado avait également un position sur la route maritime de Nishimawari reliant le Kansai et le nord de l'archipel, et Ogi en devint un point de passage majeur.

La mine a fermé en 1989.

Économie[modifier | modifier le code]

L'île de Sado voit sa population décliner depuis 1950, date à laquelle la population était de 125 597 habitants. Des tendances similaires ont été observées dans d'autres régions isolées du Japon. En effet depuis la seconde guerre mondiale, les jeunes générations tendent à se déplacer dans des régions plus urbaines. Et ce d'autant plus qu'il n'existe pas d'université à Sado. En octobre 2008, 36,3% de la population était âgée de plus de 65 ans, soit une proportion supérieure à la moyenne nationale. La tranche d'âge des plus de 65 ans est d'ailleurs la seule tranche démographique en augmentation sur l'île. De nos jours l'île est même moins peuplée qu'elle ne l'était au XVIIIe ou au XIXe siècle.

L'agriculture et la pêche sont les deux principales sources de revenu pour Sado. En 2000, 22,3% de la population active était employée dans le secteur primaire et 25% dans le secteur secondaire. Les activités liées à la pêche sont principalement basées à Ryotsu et Aikawa

Tourisme[modifier | modifier le code]

Sado est une des destinations touristiques majeures de la préfecture de Niigata. Son passé historique et ses nombreuses possibilités d'activités en plein air sont ses principaux atouts.

Sado est également connue comme étant le principal lieu de ponte de l'ibis nippon, oiseau qui est un des symboles majeurs de l'île. Le dernier individu né au Japon est mort en captivité en 2003 sur l'île. Actuellement des oiseaux issus de la Chine sont élevés en captivité dans la région de Niibo et un programme de réintroduction a débuté depuis 2008. Des nichées sauvages sont observées sur l'île depuis 2012.

De nombreux petits festivals locaux ont lieu sur l'île. Depuis 1988 un festival annuel appelé la "célébration de la terre" a été lancé par le groupe de taiko Kodō

Le tourisme a explosé au début des années 1990 pour atteindre 1,2 million de visiteurs annuels. Puis ce nombre a ensuite diminué jusqu'à une valeur d'environ 650 000 visiteurs annuels au milieu des années 2000. Le secteur du tourisme a souffert de façon indirecte des dommages du séisme de 2004 de Chūetsu lors duquel les routes d'accès au sein de la préfecture de Niigata avaient été coupées

Personnalités liées à Sado[modifier | modifier le code]

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Bande dessinée et manga[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bornoff, Nicholas. (2005). National Geographic Traveler Japan, p. 193.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]