Charles Robert Jenkins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charles Jenkins (homonymie) et Jenkins.
Charles Robert Jenkins
Charles Jenkins à Niigata, Japon, en 2007
Charles Jenkins à Niigata, Japon, en 2007

Naissance (77 ans)
Rich Square, Drapeau des États-Unis États-Unis
Allégeance United States Army seal Armée américaine
Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord
Arme 1re division de cavalerie
Garde nationale
Grade Army-USA-OR-05.svg Sergent
Années de service 1955-1965
Distinctions Déserteur
Autres fonctions Acteur

Charles Robert Jenkins, né le à Rich Square en Caroline du Nord, a été soldat de l'armée de terre des États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a déserté une nuit de janvier 1965 alors qu'il était stationné en Corée du Sud, traversant la Zone coréenne démilitarisée et se présentant aux soldats nord-coréens. Il expliquera plus tard avoir craint d'être déployé à la guerre du Viêt Nam. Il a vécu retenu en Corée du Nord de 1965 à 2004. Il est l'un des quatre déserteurs américains y vivant ensemble, avec Larry Abshier, James Dresnok et Wayne Parrish. Les quatre hommes sont contraints d'étudier le Juche, l'idéologie du régime. Par ailleurs, ils jouent le rôle de « méchants Américains » dans des films de propagande du cinéma nord-coréen, et deviennent des célébrités dans le pays. Jenkins incarne ainsi le rôle du « Dr Kelton » dans le film Des héros sans nom, diffusé par épisodes entre 1978 et 1981. Il apparaît également dans le film Pueblo en 2000, qui relate la capture du navire américain USS Pueblo par la Corée du Nord[1],[2]. N'ayant accès qu'à une chaîne de radio d'État nord-coréenne, il parvient à la configurer pour capter et écouter la BBC et Voice of America[3].

En 1980, les autorités lui présentent Hitomi Soga, une jeune femme japonaise kidnappée par le régime pour enseigner le japonais à des espions nord-coréens. Il l'épouse quelques semaines plus tard ; le couple aura deux filles. En 2002, le gouvernement nord-coréen autorise les Japonais retenus dans le pays à retourner au Japon. Hitomi Sogo retourne à son pays natal avec ses deux filles. En 2004, Charles Jenkins est autorisé par la Corée du Nord à se rendre en Indonésie pour y retrouver son épouse et ses enfants. Le couple et leurs enfants se rendent au Japon. Jenkins s'y présente à une base militaire américaine, et plaide coupable pour désertion et pour aide apportée à l'ennemi. Bien qu'il eût pu encourir la peine de mort, il est condamné à trente jours de détention, et libéré au bout de 25 jours. Dans ses entretiens accordés aux médias, puis dans son livre écrit au Japon, il décrit la dureté de sa vie en Corée du Nord, et la brutalité des gardes à son encontre[4],[3],[2]. Larry Abshier et Wayne Parrish sont décédés en Corée du Nord, le premier d'une crise cardiaque en 1983 et le second d'une insuffisance rénale en 1998. James Dresnok demeure en Corée du Nord jusqu'à sa mort en 2016. Lors d'un entretien auprès de journalistes britanniques à Pyongyang pour le film documentaire Crossing the Line, il affirme qu'il y a été bien traité et accuse Charles Jenkins de mensonge[1],[5].

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • The Reluctant Communist: My Desertion, Court-Martial, and Forty-Year Imprisonment in North Korea, coécrit avec le journaliste Jim Frederick (ISBN 978-0-520-25333-9), University of California Press, 1er mars 2008.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]