S. M. Krishna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Somanahalli Mallaiah Krishna
Illustration.
ministre des Affaires extérieures, S.M. Krishna à New Delhi
Fonctions
Ministre des Affaires Étrangères
Gouverneur de Maharashtra
Biographie
Date de naissance (88 ans)
Lieu de naissance Somanahalli, Mandya, État de Mysore
Nationalité Indienne
Parti politique Bharatiya Janata Party
(2017-actuel)

Congrès national indien
(1971–2017)
Praja Socialist Party
(1962–1971)

Somanahalli Mallaiah Krishna (né le ) est un homme politique indien qui a occupé le poste de ministre des Affaires extérieures de l'Inde de à [1]. Krishna, membre du parlement indien du Rajya Sabha, a été le 16e ministre en chef du Karnataka de 1999 à 2004 et le 19e gouverneur du Maharashtra de 2004 à 2008.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

S. M. Krishna est le fils de S.C. Mallaiah. Il est né dans un village nommé Somanahalli dans le Maddur Taluk du district de Mandya dans une famille Vokkaliga.

Il a obtenu son baccalauréat en arts du Maharaja's College à Mysore et a obtenu un diplôme en droit à l'University Law College à Bangalore, qui s'appelait à l'époque Government Law College. Krishna a étudié aux États-Unis, obtenant son diplôme à Southern Methodist University de Dallas, au Texas, et à la George Washington University Law School à Washington DC, où il était boursier, profitant du programme Fulbright.

Peu de temps après son retour en Inde, il a été élu à l'Assemblée législative du Karnataka en 1962[2].

Vie privé et famille[modifier | modifier le code]

Il est marié avec Prema avec qui il a deux filles[3]. Son beau-fils est Siddarth Hegde, qui est un homme d'affaires[4],[5]

Carrières politique[modifier | modifier le code]

Krishna a commencé sa carrière politique avec le Parti socialiste Praja en 1962. Il avait gagné contre un éminent politicien du Congrès national indien pour lequel Jawaharlal Nehru avait fait campagne à Maddur. Il a servi plusieurs mandats en tant que député du district de Mandya du Karnataka à partir de 1968 dans les 4e, 5e, 6eet 8elégislature Lok Sabha.

En 1968, il était influent dans la réconciliation entre les membres du Congrès national indien et le Parti socialiste Praja. Plus tard, il a rejoint le Congrès et a servi comme ministre sous Indira Gandhi entre 1983 et 1984 et Rajiv Gandhi entre 1984 et 1985 en tant que ministre d'État pour l'industrie et la finance. De 1989 à 1992, il a été président de l'Assemblée législative du Karnataka et vice-ministre en chef du Karnataka. Il a été membre du Rajya Sabha en 1996 et en 2006 membre, à différents moments, de l'Assemblée législative et du conseil du Karnataka.

En 1999, il est président du Comité du Congrès du Karnataka Pradesh, il a mené son parti à la victoire aux élections législatives et a été nommé Premier ministre du Karnataka, poste qu'il a occupé jusqu'en 2004. Il a également joué un rôle déterminant dans la création de réformes du pouvoir avec l'ESCOMS et la numérisation des registres fonciers (BHOOMI) et de nombreuses autres initiatives citoyennes.. Il a encouragé la participation du public privé et a été le précurseur du groupe de travail de Bangalore Advance. Il devint plus tard le gouverneur du Maharashtra.

Krishna démissionné du poste de gouverneur du Maharashtra le . Il a été rapporté que cela était dû à son intention de retourner à la politique active au Karnataka[6]. Le président Pratibha Patil a accepté sa démission le lendemain[7]. Krishna est devenu membre du Rajya Sabha et a ensuite prêté serment en tant que ministre des Affaires étrangères du Conseil des ministres auprès du Premier ministre Manmohan Singh le . Il démissionné une nouvelle fois de son poste de ministre des Affaires étrangères le , indiquant encore un retour à la politique de l'État du Karnataka[1],[8].

Somanahalli Mallaiah a quitté le Congrès national indien le , citant que le parti était dans un "état de confusion" quant à savoir s'il avait besoin de dirigeants de masse ou non. Il se plaignait également d'avoir été mis sur la touche par le parti et que le parti était «dépendant des gestionnaires et non des gens éprouvés comme [lui-même]»[9]. Après des spéculations sur son entrée dans le parti de Bharatiya Janata, il le rejoint officiellement en mars.[réf. nécessaire]

Listes des postes occupés[modifier | modifier le code]

  • Membre de la 3e Assemblée Législative du Karnataka (1962-1967).
  • Membre de la délégation parlementaire indienne au Commonwealth Conférence parlementaire, Nouvelle-Zélande (1965).
  • Membre, 5ème Lok Sabha (1971-1976).
  • Membre, 7e Lok Sabha (1980-1984).
  • Membre du Conseil législatif du Karnataka (1972-1977)
  • Ministre du commerce et des industries et des affaires parlementaires, gouvernement du Karnataka (1972-1977)
  • Membre de la délégation indienne auprès des Nations Unies (1982)
  • Ministre d'État à l'industrie de l'Union (1983-1984)
  • Ministre d'État aux Finances de l'Union (1984-1985)
  • Membre de la 9e Assemblée législative du Karnataka (1989-1992)
  • Président, Assemblée législative du Karnataka, (1989-1993)
  • Délégué au Séminaire parlementaire du Commonwealth au ministre de l'Ouest, Royaume-Uni ()
  • Premier ministre adjoint du Karnataka (1992-1994)
  • Élu à Rajya Sabha ()
  • Premier ministre du Karnataka (-2004)
  • Réélu à l'Assemblée législative du Karnataka (2004)
  • Gouverneur, Maharashtra (2004-2008)
  • Membre du Rajya Sabha du Karnataka (2008-2014) [10]
  • Ministre des affaires étrangères, gouvernement de l'Inde (-)

Liens et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b PTI, « S M Krishna resigns ahead of Cabinet reshuffle; Soni, Wasnik too 'offer' to quit », The Times of India, New Delhi,‎ (lire en ligne, consulté le 17 janvier 2013)
  2. « S.M. Krishna: US-educated, experienced politician », sur thaindian.com, (consulté le 8 août 2016)
  3. « How SM Krishna finally made it », sur deccanherald.com, Deccan Herald, (consulté le 8 août 2016)
  4. BASU MEGALKERI, « NO, THANK YOU, MR SM KRISHNA », sur talkmag.in, (consulté le 8 août 2016)
  5. « Divya Spandana lashes out! - Times of India », sur timesofindia.indiatimes.com, The Times of India, (consulté le 8 août 2016)
  6. "S. M. Krishna quits as Governor", The Hindu, 6 March 2008.
  7. "Krishna resignation accepted, Jamir in charge of State", Sify.com, 6 March 2008.
  8. « Krishna quits, rejig to focus on youth », Hindustan Times, New Delhi,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 17 janvier 2013)
  9. « Veteran leader S.M. Krishna quits Congress », Livemint, (consulté le 22 mars 2017)
  10. « member profile »

Voir aussi[modifier | modifier le code]