Rust Never Sleeps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rust Never Sleeps

Live de Neil Young
Sortie 22 juin 1979
Enregistré Août 1976 - 1978 à Indigo Recording Studio, Malibu; Triad Recording, Ft. Lauderdale, FL; Broken Arrow Studio, Redwood City, CA et Woodland Sound Studios, Nashville.
Durée 38 min 16 s
Genre Country rock
Producteur Neil Young, David Briggs et Tim Mulligan
Label Reprise Records
Critique

Albums de Neil Young

Singles

  1. Hey Hey, My My (Into the Black)
    Sortie : 27 août 1979

Rust Never Sleeps est un album rock de Neil Young et de son groupe Crazy Horse sorti en sur le label Reprise Records.

Historique[modifier | modifier le code]

C’est un album enregistré en public (mais sans le son du public), avec une face acoustique (titres 1 à 5) et une face électrique (titres 6 à 9). Les chansons ont été enregistrées pendant la tournée américaine de 1978, à l'exception de Pocahontas, enregistré le , et de Sail Away, enregistré le pendant les séances de l'album Comes a Time[1].

La photo de la pochette est signée par la femme de Neil, Pegi Young.

La chanson Hey Hey, My My, qui ouvre l'album dans sa version acoustique (Out of the Blue) et le clôt dans le déluge de distorsion de sa version électrique (Into the Black), est devenue un standard. Composée avec Jeff Blackburn (du groupe The Ducks (en)), elle est l'unique single de l'album et s'est classée à la 79e place du Billboard Hot 100[2]. Une lettre de Kurt Cobain, qui s'est suicidé en , comprend une citation de Hey Hey, My My : « It's better to burn out than fade away » (Mieux vaut exploser en vol que s'éteindre à petit feu)[3].

Plusieurs titres sont repris dans un film du même nom sorti aussi en [4].

Titres[modifier | modifier le code]

Toutes les chansons ont été composées par Neil Young, sauf My My, Hey Hey (Out of the Blue) signée Neil Young et Jeff Blackburn.

No TitreDate et lieu d'enregistrement Durée
1. My My, Hey Hey (Out of the Blue), Boarding House, San Francisco 3:45
2. Thrasher, Boarding House, San Francisco 5:38
3. Ride My Llama, Boarding House, San Francisco 2:29
4. Pocahontas, Indigo Recording Studios, Malibu 3:22
5. Sail Away, Triad Recording, Fort Lauderdale 3:46
6. Powderfinger, McNichols Sports Arena, Denver 5:30
7. Welfare Mothers, Civic Center, St. Paul 3:48
8. Sedan Delivery, Civic Center, St. Paul 4:40
9. Hey Hey, My My (Into the Black), Cow Palace, Daly City 5:18
  • Les overdubs de ces titres ont été effectués aux Triad Recording Studios, Ft.Lauderdale, Woodland Sound Studios, Nashville, Broken Arrow Studio, Redwood City

Musiciens[modifier | modifier le code]

Titres interprétés dans le film Rust Never Sleeps[modifier | modifier le code]

  1. Introduction Star Spangled Banner / A Day in Life
  2. Sugar Mountain
  3. I Am a Child
  4. Comes a Time
  5. After the Gold Rush
  6. Thrasher
  7. My My, Hey Hey (Out of the Blue)
  8. When You Dance I can Really Love
  9. The Loner
  10. Welfare Mothers
  11. The Needle and the Damage Done
  12. A Lotta Love
  13. Powderfinger
  14. Sedan Delivery
  15. Cortez the Killer
  16. Cinnamon Girl
  17. Like a Hurricane
  18. Hey Hey, My My (Into the Black)
  19. Tonight's the Night
  • En gras, les titres tirés de l'album.

Réception et ventes[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, Rust Never Sleeps s'est classé à la 8e place du Billboard 200[5] et s'est vendu à plus d'un million d'exemplaires.

En 2003, il est classé 350e des 500 plus grands albums de tous les temps par le magazine Rolling Stone.

En 2014, le titre Powderfinger a été déclaré plus grande chanson de Neil Young dans le hors-série n°24 de Rolling Stone.

Charts album
Pays Durée du
classement
Meilleur
classement
Drapeau de l'Allemagne Allemagne[6] 7 semaines 59e
Drapeau du Canada Canada[7] 24 semaines 28e
Drapeau des États-Unis États-Unis - 8e
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande[6] 61 semaines 7e
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas[6] 8 semaines 19e
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni[8] 13 semaines 13e
Drapeau de la Suède Suède[6] 4 semaines 9e
Certifications
Pays Ventes Certification Date
Drapeau des États-Unis États-Unis[9] 1 000 000 + Disque de platine Platine 07/02/1980
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni[10] 70 000 + Disque d'argent Argent 01/02/2008

Reprises[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. neilyoung.com/discography/rust never sleeps « Copie archivée » (version du 28 juin 2008 sur l'Internet Archive)
  2. allmusic.com/neil young/awards
  3. J.-M. Leduc et J.-N. Ogouz, Le rock de A à Z, Albin Michel, 1999, page 773.
  4. (en) Présentation de Rust Never Sleeps Video/DVD, sur AllMusic
  5. allmusic.com/rust never sleeps/awards
  6. a b c et d hitparade.ch/rust never sleeps consulté 23/11/2013
  7. collectioncanada.gc.ca/rpm consulté le 23/11/2013
  8. official charts.com/neil young/albums consulté le 23/11/2013
  9. RIAA Database/goldplat/search consulté le 23/11/2013
  10. BPI website/certifiedawards/search consulté le 23/11/2013