Rue des Maronites

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rue de Constantine.

20e arrt
Rue des Maronites
Situation
Arrondissement 20e
Quartier Belleville
Début 20, boulevard de Belleville
Fin 17, rue Julien-Lacroix
Morphologie
Longueur 266 m
Largeur m
Historique
Création 20 juillet 1836
Dénomination 26 février 1867
Ancien nom Rue de Constantine
Géocodification
Ville de Paris 6033
DGI 6116

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue des Maronites
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue des Maronites est une rue située dans le 20e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La rue des Maronites est desservie par la ligne (M)(2) aux stations Couronnes et Ménilmontant, ainsi que par la ligne de bus (BUS) RATP 96 à Belleville-Ménilmontant.

La station Vélib' la plus proche est au 29, rue Étienne-Dolet.

La nuit, ce sont les Noctiliens N12 et N23 qui desservent la rue grâce à l'arrêt Belleville.

Voies rencontrées

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle porte le nom des Maronites, une communauté catholique orientale du Liban, de rite syriaque antiochien, ayant pour fondateur saint Maron, vivant au IVe siècle. Le chef religieux des Maronites a le titre de patriarche d’Antioche et de tout l’Orient et réside à Bkerké au Liban.

Historique[modifier | modifier le code]

Elle est ouverte en tant que rue, sur l'ancienne commune de Belleville par une ordonnance du 20 juillet 1836 sous le nom de « rue de Constantine », en souvenir de la prise de Constantine en 1837, sur l'emplacement d'un chemin tracé sur le plan de Roussel de 1730.

Classée dans la voirie parisienne en vertu d'un décret du 23 mai 1863, elle prendre sa dénomination actuelle par un arrêté du 26 février 1867.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • No 42 : la façade de l'ancienne école maternelle, désormais occupée par un service administratif de la Mairie de Paris[1]. Cette belle école en brique, typique des « écoles de Jules Ferry » formait un groupe scolaire avec l'école élémentaire Étienne-Dolet attenante qui, elle, accueille toujours des élèves.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Bernard Stéphane, Dictionnaires des noms de rues, Paris, Édition Mengès, 1977, 786 p. (ISBN 2-8562-0454-6).

Références[modifier | modifier le code]