Rue Stephenson (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Rue Stephenson.

18e arrt
Rue Stephenson
Image illustrative de l’article Rue Stephenson (Paris)
Rue Stephenson vue en direction du boulevard de la Chapelle.
Situation
Arrondissement 18e
Quartier Goutte-d'Or
Début 23, rue de Jessaint
Fin 21 bis, rue Ordener
1, rue Marcadet
Morphologie
Longueur 590 m
Largeur 13 m
Historique
Dénomination 1867
Ancien nom Rue des Cinq-Moulins
Géocodification
Ville de Paris 8705
DGI 9092
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Stephenson

La rue Stephenson, anciennement « rue des Cinq-Moulins », est une rue du 18e arrondissement de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Cette rue va de la rue de Jessaint aux rues Ordener et Marcadet et fait partie du quartier de la Goutte-d'Or.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

George Stephenson.

Cette voie rend hommage à George Stephenson[1], ingénieur anglais qui a construit la première locomotive et a élaboré le tracé de la ligne de Paris-Nord à Lille voisine.

Historique[modifier | modifier le code]

Tracée dans la première partie du XIXe siècle dans la commune de La Chapelle, elle s’appelait à l'origine « rue des Cinq-Moulins », du nom de la butte éponyme située un plus à l'ouest (plus ou moins à l'emplacement du square Léon). Elle partait de la rue Doudeauville et finissait en cul-de-sac au nord de la rue de Jessaint[2]. Le prolongement jusqu'à la rue de Jessaint est déclarée d'utilité publique en mai 1859[3].

En 1859, la commune de La Chapelle est rattachée à Paris et, en 1863, la rue est officiellement classée dans la voirie parisienne[4].

En février 1867, elle est renommée « rue Stephenson ».

À la fin du XIXe siècle, elle est prolongée au nord de la rue Doudeauville jusqu'à la rue Ordener en passant à travers le passage Doudeauville[5]. À la même époque, elle est prolongée au sud par la rue de Tombouctou et quelques immeubles sont détruits pour permettre le percement de la rue Jean-François-Lépine[6].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 27 février 1867 [lire en ligne].
  2. Cadastre révisé des communes annexées (1830-1850). Section F dite de la Mairie, consultable sur les Archives numérisées de Paris [lire en ligne].
  3. Décret du 24 mai 1859 [lire en ligne].
  4. Adolphe Alphand (dir.), Adrien Deville et Émile Hochereau, Ville de Paris : recueil des lettres patentes, ordonnances royales, décrets et arrêtés préfectoraux concernant les voies publiques, Paris, Imprimerie nouvelle (association ouvrière), (lire en ligne), « Classement de rues dans la zone annexée à Paris », p. 341.
  5. Plan parcellaire municipal de Paris (fin XIXe), 71e quartier « Goutte-d'Or », 123e feuille, cote PP/11788/B.
  6. Plan parcellaire municipal de Paris (fin XIXe), 71e quartier « Goutte-d'Or », 123e feuille, cote PP/11788/C.