Rue Perronet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

7e arrt
Rue Perronet
Voir la photo.
La rue en août 2021.
Voir la plaque.
Situation
Arrondissement 7e
Quartier Saint-Thomas-d'Aquin
Début 32, rue des Saints-Pères
Fin 11, rue Saint-Guillaume et 15, rue du Pré-aux-Clercs
Morphologie
Longueur 65 m
Largeur 10 m
Historique
Création Avant 1502
Dénomination 1865
Ancien nom Chemin conduisant de la maladrerie Saint-Germain à la chapelle Saint-Pierre
Chemin du Cimetière Saint-Père
Chemin qui va de Saint-Père à la Maladrerie
Rue du Plessis
Rue Neuve des Rosiers
Rue des Rosiers
Rue de la Butte
Géocodification
Ville de Paris 7244
DGI 7294
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Perronet
Géolocalisation sur la carte : 7e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 7e arrondissement de Paris)
Rue Perronet
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Perronet est une voie située dans le quartier Saint-Thomas-d'Aquin du 7e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

D'une longueur de 65 m, la rue Perronet, débute 32, rue des Saints-Pères et se termine 11, rue Saint-Guillaume et 15, rue du Pré-aux-Clercs.

Le quartier est desservi par la ligne (M)(12) à la station Rue du Bac et par les lignes de bus RATP 273995N12N13.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Jean-Rodolphe Perronet.

La voie porte le nom de Jean-Rodolphe Perronet (1708-1794), ingénieur et premier directeur de l'École royale des Ponts et Chaussées, dans la rue adjacente, concepteur notamment du pont de Neuilly (pont de pierre de 1772, remplacé en 1942 par un pont métallique) puis du pont de la Concorde (pont de pierre de 1791).

Historique[modifier | modifier le code]

Cette rue existait en 1530, elle faisait partie de la rue Saint-Guillaume[1].

En 1865, à l'occasion des travaux de percement du boulevard Saint-Germain, la partie qui se trouve après le retour d'équerre que formait autrefois la rue Saint-Guillaume prend le nom de « rue Perronet »[2].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • No 3 : le tibétologue Philippe-Édouard Foucaux y travailla ; une plaque lui rend hommage.
  • No 10 : commissariat de police.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gustave Pessard : Nouveau dictionnaire historique de Paris
  2. Jacques Hillairet : Dictionnaire historique des rues de Paris

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]