Rouleaux des enfers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Détail du rouleau de Tōkyō

Les Rouleaux des enfers (地獄草紙, Jigoku-zōshi?) sont deux emaki (rouleaux peints) japonais datant de la fin du XIIe siècle et décrivant les enfers de la pensée bouddhiste. Ils ont tous deux été reconnus trésor national japonais.

Présentation[modifier | modifier le code]

De nos jours, les dates de création et les auteurs de ces emaki ne sont pas connus[1], même s’ils sont communément datés de la fin du XIIe siècle, durant l’époque Heian[2],[3]. Ils auraient à l’origine appartenu à l’empereur Go-Shirakawa et été entreposés dans le temple Sanjūsangen-dō (alors appelé Renge-ō-in)[2],[3], où seuls quelques privilégiés avaient le droit de les consulter (clergé, courtisans, etc.)[4].

Les rouleaux représentent les huit enfers brûlants et les seize enfers annexes du bouddhisme tels que décrits par le moine tendai Genshin[5],[6], et plus précisément par le sūtra intitulé Kisekyō[7] ; chaque enfer est illustré par une peinture et un texte rappelant les péchés sanctionnés. Le but était avant tout pédagogique, en manifestant la volonté d’effrayer le peuple par des promesses d’horreur s’il ne suivait pas les enseignements religieux[8]. De ce fait, les illustrations montrent un certain paradigme de l’enfer : tortures des pécheurs, créatures abominables, sang et flammes. Les Rouleaux des enfers font partie de l’ensemble connu sous le nom de Peintures des six voies (rokudo-e), tous comme le Rouleau des maladies ou les Rouleaux des êtres affamés[9].

Ces deux rouleaux ont tous deux été reconnus trésor national japonais[2],[3].

Les rouleaux[modifier | modifier le code]

Détail du rouleau de Tōkyō

Les deux emaki sont entreposés respectivement au musée national de Tōkyō et au musée national de Nara (avec les Peintures pour chasser les démons) ; en outre, il existait auparavant un troisième emaki ayant appartenu à la famille Masuda.

Rouleau de Tōkyō[modifier | modifier le code]

L'emaki du musée de Tōkyō mesure 26,1 cm de large pour une longueur de 240 cm[2]. De nos jours, il n’en reste plus qu’un rouleau ; une théorie laisse entendre que les calligraphies de ce rouleau et celles des Peintures pour chasser les démons seraient l’œuvre d’un même auteur[10]. Sa composition artistique repose sur l’usage presque exclusif des couleurs rouges et noires[2].

Rouleau de Nara[modifier | modifier le code]

L'emaki du musée de Nara mesure 26,5 cm de large pour une longueur de 454,7 cm[3]. Après avoir appartenu à l’empereur Go-Shirakawa, il a successivement été détenu par le temple Daishō-in et la famille Hara. La composition est plus poussée que pour le rouleau de Tōkyō, notamment à travers le trait des dessins et le choix des couleurs[3].

Rouleau des Enfers

Ancien rouleau de la famille Masuda[modifier | modifier le code]

On peut noter qu'un troisième emaki intitulé Rouleau des enfers de la famille Masuda (Masuda-ke-bon jigoku-zōshi) existait auparavant ; il a cependant été découpé à la fin de la Seconde Guerre mondiale en plusieurs kakemono et dispersés dans divers musées[11]. Ces principales sous-parties sont les Peintures pour chasser les démons (Hekija-e) et le Rouleau des Enfers des moines errants (Shamon jigoku-zōshi)[9].

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Öjöyöshü, Université Emory
  2. a, b, c, d et e (fr)/ (ja) 地獄草紙 (Rouleau des Enfers), musée national de Tōkyō en ligne
  3. a, b, c, d et e (fr)/ (ja) 地獄草紙 (Rouleau des Enfers), musée national de Tōkyō en ligne
  4. (en) Kinko Ito, A history of manga in the context of Japanese culture and society, Journal of Popular Culture, 2005
  5. (en) William R. LaFleur, The karma of words: Buddhism and the literary arts in medieval Japan, University of California Press, (ISBN 0520056221, lire en ligne), p. 51-52
  6. (en) Wendy Doniger, Merriam-Webster’s encyclopedia of world religions, Merriam-Webster, (ISBN 0877790442, lire en ligne), p. 571
  7. Gérard Siary et Hervé Benhamou, Médecine et société au Japon, Editions L’Harmattan, (ISBN 2738421598, lire en ligne), p. 416
  8. (en) William E. Deal, Handbook to life in medieval and early modern Japan, Oxford University Press US, (ISBN 0195331265, lire en ligne), p. 290
  9. a et b Seiichi Iwao et Hervé Benhamou, Dictionnaire historique du Japon, vol. 2, Maisonneuve & Larose, (ISBN 2706816325, lire en ligne), p. 2260
  10. (en) Mark Schumacher, Hell Scrolls, onmarkproductions.com
  11. (en) Mark Schumacher, Sendan Kendatsuba, photos on this page & below text, onmarkproductions.com