Rougemuraille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Rougemuraille
Auteur Brian Jacques
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Fantasy animalière
Version originale
Langue Anglais britannique
Titre Redwall
Éditeur Hutchinson Children's
Lieu de parution Royaume-Uni
Date de parution 1986 à 2011
Version française
Éditeur Mango
Collection Mango Jeunesse
Lieu de parution France
Date de parution 1999
Type de média Livre papier
Série Rougemuraille

Rougemuraille (Redwall en anglais) est une suite romanesque de fantasy animalière créée en 1986 par Brian Jacques et publiée pour la première fois en France en 1999 aux éditions Mango. Elle a donné lieu par la suite à Redwall, une série télévisée d'animation.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Univers[modifier | modifier le code]

Les histoires sont centrées sur les aventures des animaux habitant l'abbaye de Rougemuraille[1]. Les personnages de Rougemuraille sont des animaux anthropomorphes qui vivent et meurent comme des humains[2]. L'univers est fortement inspiré du Moyen Âge[2]. On y trouve notamment souris, musaraignes, campagnols, rats, loutres, hermines, fouines, blaireaux, lièvres, renards, taupes, furets… Cette histoire se passe dans un monde différent du nôtre. Les proportions des tailles des espèces que nous connaissons sont totalement différentes. La notion de temps y est aussi différente. L'époque n'est pas spécifiée, bien que l'influence médiévale y soit très présente.

L'histoire[modifier | modifier le code]

Au cœur de la forêt de Mousseray, il existe une abbaye du nom de Rougemuraille. Cette abbaye fut fondée il y a bien longtemps par Martin le Guerrier et ses amis après que celui-ci libéra Mousseray d'une terrible chatte sauvage nommée Tsarmina. Le château de Castelfelis, demeure de la Reine aux Yeux Multiples, se tenait autrefois à l'endroit même où fut fondée Rougemuraille. Depuis, l'esprit de Martin le Guerrier veille sur l'abbaye. Ses habitants, frères, sœurs ou laïcs, vivent en paix. Mais la paix est souvent bouleversée par de nombreuses vermines qui convoitent l'abbaye ou d'autres biens...

Chronologie[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

NB: Les livres ne sont pas toujours parus dans leur ordre chronologique.

Par parution[modifier | modifier le code]

Les livres sont tous partagés en plusieurs tomes. En France ils paraissent tous sous la forme d'un seul et unique livre dans lequel sont regroupés plusieurs tomes. Pour certains livres les titres des tomes seront donnés à titre indicatif. (Les livres, en format poche, tome par tome ne sont plus disponibles à la vente.)

Par ordre chronologique[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

Brian Jacques a été acclamé pour Rougemuraille, qui a été décrit comme étant « l'un des meilleurs auteurs pour enfants au monde »[3]. Les livres de la série ont produit des comparaisons entre Le Seigneur des anneaux de J. R. R. Tolkien[4], Le Vent dans les saules de Kenneth Grahame, La Guerre des clans d'Erin Hunter et Les Garennes de Watership Down de Richard Adams[5].  Jacques combine « action, poésie, chansons, courage et descriptions vivantes » pour créer un style unique qui s'étend sur une série apparemment sans fin[6].

Rougemuraille a aussi reçue des éloges pour son « aventure égalitaire, dans laquelle les créatures féminines peuvent être aussi courageuses (ou aussi diaboliques) que leurs homologues masculins »[7]. Des romans comme Mariel, Les Perles de Loubia, High Rhulain et L'Odyssée de Triss mettent tous en scène des personnages féminins forts.  Jacques a également été acclamé pour son développement de langues uniques[8] propres à certaines espèces, donnant aux romans un « dialogue dialectal attachant »[9].

Certaines critiques ont été formulées au sujet des romans pour leur vision trop simpliste du Bien et du Mal[9]. Les caractéristiques des animaux des romans sont fixées par leur espèce, ce qui les rend assez « prévisibles »[10], bien qu'il y ait eu quelques tomes comme Solaris et Les Perles de Loubia dans lesquels la « vermine » a agi de manière désintéressée, l'un se prenant une lance dans le thorax et le dos destinée à son ancienne nounou, l'autre en sauvant l'abbé de Rougemuraille de lézards. Une autre exception se trouve dans Joseph, où un rat de mer s'est efforcé d'être bon au lieu de mauvais et a abandonné sa vie de pirate pour vivre seul. Dans certains cas, différents membres d'une même espèce possèdent des principes moraux différents. Par exemple, les chats sauvages de Martin le guerrier présentent chacun des caractéristiques différentes : alors que Dame Tsarmina est cruelle et vicieuse, son père le Seigneur Verdelet est considéré comme dur mais juste, et son frère Cajolin est gentil et rejoint finalement le côté des habitants des bois. En règle générale, cependant, les personnages ont tendance à « incarner leurs origines de classe », en s'élevant rarement au-dessus d'eux[11].

De nombreux critiques ont également reproché à Rougemuraille sa répétition et sa prévisibilité, évoquant des intrigues [12] et la tendance de Brian Jacques à suivre un « modèle au point près »[13]. D'autres critiques font remarquer que ces « ingrédients » prévisibles peuvent être ce qui « rend la recette de Rougemuraille si populaire de façon constante »[10].  Bien que la série n'ait pas continué à innover, elle offre des aventures satisfaisantes avec « des conclusions réconfortantes et prévisibles pour ses fans »[14].

Postérité[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Influences[modifier | modifier le code]

L'influence de la série se retrouve dans plusieurs œuvres de fiction. C'est ainsi le cas des Légendes de la garde, une série de comics créée par David Petersen[2]. Celle-ci se retrouve également dans le jeu vidéo avec le jeu indépendant Ghost of a Tale[16].

Adaptations[modifier | modifier le code]

Série télévisée d'animation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Redwall.

Jeu vidéo[modifier | modifier le code]

Rougemuraille reçoit pour les années à venir une sélection de titres de jeux vidéo sous licence officielle, dont le premier épisode intitulé The Lost Legends of Redwall (en) est sorti sur PC le 14 septembre 2018[17],[18],[19].

Traductions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Anne Besson, La Fantasy, Paris, Klincksieck, coll. « 50 Questions », , 205 p. (ISBN 978-2-252-03638-9), p. 72
  2. a b et c André-François Ruaud (dir.) et Thierry Sportouche, Panorama illustré de la fantasy & du merveilleux, Bordeaux, Hélios, (1re éd. 2015), 640 p. (ISBN 9782361835118 et 2361835118, OCLC 1062387743, lire en ligne), p. 310
  3. Harrison, Susan, Amazon.com reviews (1992). Editorial review of Salamandastron.
  4. Publisher’s Weekly (1987). Editorial review of Redwall.
  5. Chang, Margaret, School Library Journal (1990). Editorial review of Mattimeo.
  6. Saecker, Tasha, School Library Journal (2005). Editorial review of High Rhulain.
  7. Publisher’s Weekly (1995). Editorial review of The Bellmaker.
  8. Kirkus Reviews (1998). Editorial review of The Long Patrol.
  9. a et b Estes, Sally, Booklist (1995). Editorial review of The Bellmaker.
  10. a et b Publisher’s Weekly (1996). Editorial review of Outcast of Redwall.
  11. Kirkus Reviews (1992). Editorial review of Mariel of Redwall.
  12. Publisher’s Weekly (1996) Editorial review of The Pearls of Lutra.
  13. Kirkus Reviews (1994). Editorial review of Martin the Warrior.
  14. Shook, Bruce, School Library Journal (1998). Editorial review of The Long Patrol.
  15. (en) Rachel E. Schwedt, Core collection for children and young adults, Scarecrow Press, (ISBN 9780810861152, OCLC 212328264, lire en ligne), p. 55
  16. (en-US) Brendan Caldwell, « Premature Evaluation: Ghost of a Tale », Rock Paper Shotgun,‎ (lire en ligne)
  17. (en-US) Alec Meer, « Get A New Mouse: Redwall Game Is Go (Again) », Rock Paper Shotgun,‎ (lire en ligne)
  18. (en-US) « The Lost Legends of Redwall : The Scout -Press Kit - Soma Games », Soma Games,‎ (lire en ligne)
  19. (en-US) « The Lost Legends Of Redwall: The Scout Leaves Early Access - Niche Gamer », Niche Gamer,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]