Rotrude (femme de Charles Martel)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rotrude.
Rotrude
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Conjoint
Enfants

Rotrude, Crotude, Chrotrude, Chrodtrudis ou Ruadtrud (c. 695724) est la première épouse de Charles Martel (v. 690741), maire des palais d'Austrasie et de Neustrie. Elle est la mère de Pépin le Bref, roi des Francs, et la grand-mère de Charlemagne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine familiale[modifier | modifier le code]

La seule information sûre dont on dispose au sujet de l'origine familiale de Rotrude est l'indication selon laquelle Guy, ou Wido, abbé laïc de Fontenelle assassiné[1] en 743, était un propinquus de Charles Martel. Ce terme de parenté, assez vague, désigne une parenté proche par les femmes : un beau-frère, un cousin par les femmes ou un cousin par alliance. Ce Guy est identique au comte Guy, mentionné en 715 comme frère de Milon, évêque de Trèves, et fils de saint Liévin (de), évêque de Trèves. Ce dernier est connu comme l'ancêtre des Lambertides-Widonides, dont les prénoms montrent une parenté ancienne avec les premiers Robertiens. Du reste, le prénom même de Rotrude (Hrod-trudis) atteste une appartenance à la famille des Robert (Hrod-berth)[2].

Ici s'arrêtent les certitudes. En 1989, Christian Settipani se fait l'écho des hypothèses d'Anton Halbedel, émises en 1915 et reprises par Jean Depoin, Maurice Chaume et Szabolcs de Vajay : selon eux, propinquus aurait le sens de « beau-frère », de sorte que Guy de Fontenelle serait le frère de Rotrude. Il en résulte la généalogie suivante[3] :

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Robert
duc neustrien
 
saint Lambert
abbé de Fontenelle
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Théodon II
duc de Bavière
 
Folchaïde
 
 
 
 
 
Guérin
comte de Paris
 
Gunzie
 
Basin
évêque de Trêves
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Théodebald
duc de Bavière
 
Lambert
 
Willigarde
 
 
 
 
Lévin
évêque de Trêves
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Charles Martel
maire du palais
 
Rotrude
 
Guy
abbé de Fontenelle
 
Milon
évêque de Trêves
 
Lambert
père d'un Agilolf
 
 
 
 
 

Dans son "Addenda aux Ancêtres de Charlemagne", il revient sur cette thèse et se rapproche de celle du professeur d'histoire médiévale Richard Gerberding, qui considère que rien n'oblige vraiment le rattachement de Rotrude aux Lambertides, et qu'elle se rattache peut-être directement aux Robertiens. Il signale que Charles Martel a eu trois épouses et que Guy est peut être parent d'une des deux autres. Il conteste également l'analyse de Herbert E. Lemmel qui avait proposé la parenté entre les Lambertides et les Robertiens au travers des Agilolfinges. Cela donne le stemma suivant[4] :

 
 
 
 
 
 
 
 
Robert
duc neustrien
 
Theodrade
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
N
 
 
 
Folchaïde
 
Théodon II
duc de Bavière
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Lambert
noble de Hesbaye
 
 
 
Willigarde
 
 
 
 
Lévin
évêque de Trêves
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Landrade
x Sigram
 
Robert
comte de Hesbaye
 
Rotrude
x Charles Martel
 
Guy
abbé Fontenelle
 
Milon
évêque de Trêves
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Chrodegang
évêque de Metz
cousin de Cancor
 
Cancor
comte
 
Landrade
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Enfin, dans son Addenda aux Addenda paru en 2000, Christian Settipani revoit complètement la généalogie des Robertiens et propose un nouveau stemma[5] :

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Robert
duc neustrien
 
Theodrade
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
saint Lambert
évêque de Liège
 
 
 
 
 
N
 
 
 
 
Folchaïde
x Théodon II
duc de Bavière
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Lévin
évêque de Trêves
x Willigarde
 
 
 
Chariveus
comte de Laon
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Lambert
noble de Hesbaye
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Guy
abbé Fontenelle
 
Chrolanda
 
N
x Bertrade
de Prüm
 
Rotrude
x Charles Martel
 
 
 
 
Robert
comte de Hesbaye
 
Landrade
x Sigram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Chrotais
x Charles Martel
 
 
 
Caribert
conte de Laon
 
 
 
 
 
Landrade
 
Cancor
comte
 
Chrodegang
évêque de Metz
cousin de Cancor
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bertrade
 
Pépin le Bref
 
 
 
 
 

On voit par ce dernier stemma que Guy de Fontenelle est propinquus de Charles Martel, mais par Chrotais, la troisième épouse de Charles Martel[notes 1]. Rotrude, elle est rattachée directement aux Robertiens, comme d'ailleurs Rothilde, et rapprochée de la mère de Saint Chrodegang, qui porte le même prénom qu'une fille de Rotrude. Le lien entre les Robertiens et les Lambertides-Widonides ne se fait plus par Willigarde, mais par Chrolanda ou Rolande, mariée à un fils de saint Liévin.

Époux[modifier | modifier le code]

Aucun document contemporain ne la nomme comme épouse de Charles Martel. En 724, les Annales mosellani mentionnent le décès d'une Ruadtrud. Que le décès d'une femme soit mentionné à cette époque ne peut signifier qu'une seule chose, c'est que cette femme est l'épouse d'un roi mérovingien ou d'un des principaux princes du royaume. Plusieurs faits parlent en faveur de l'hypothèse selon laquelle cette Ruadtrud est la femme de Charles Martel. Tout d'abord, ce dernier se remarie peu après, en 725, avec la bavaroise Swanahilde, ensuite, le prénom de Rotrude apparait régulièrement dans la descendance de Charles Martel[notes 2]. Enfin une litanie du Liber confraternitatum augiensis donne une liste de huit noms masculins, qui correspondent aux huit premiers souverains carolingiens (« Karolus major domus, Pippin rex, Karlomannus major domus, Karolus imperator, Karlomannus, Karolus rex, Pippin rex, Bernardus rex ») suivie de neuf prénoms féminins (« Ruadtrud, Ruadheid, Svanahild regina, Bertha regina, Hiltikart regina, Fastrat regina, Luitkart regina, Ruadheid[6], Irminkar regina »). La présence de Bernard († 817) et d'Ermengearde († 818) et l'absence de Pépin Ier d'Aquitaine († 838) et de Louis le Pieux († 840) permettent de dater l'élaboration de liste entre 818 et 838. Ruadtrud figure dans les trois premiers noms, dont on sait que le troisième est une épouse de Charles Martel[7],[8].

Enfants[modifier | modifier le code]

De son mariage c. 705 avec Charles Martel, Rotrude a donné naissance à[9] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pour la qualité d'épouse attribuée à Chrotais, voir l'article dédiée à cette dernière. Elle découle principalement du Liber confraternitatum augiensis, qui donne une liste de souverains et souveraines carolingiens, à l'exclusion des princes, princesses et concubines de rois.
  2. Voir la page d'homonymie Rotrude pour la diffusion de ce prénom parmi la descendance de Charles Martel
  3. a et b La question de la filiation de Landrade et d'Alda est développée dans l'article Aude de France

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alain J. Stoclet, École pratique des hautes études (France). Section des sciences historiques et philologiques, Autour de Fulrad de Saint-denis, Droz, (lire en ligne), p. 134
  2. Settipani 1989, p. 25-28.
  3. Settipani 1989, p. 34-37.
  4. Settipani 1990, p. 1-4.
  5. Settipani 2000, p. 18.
  6. L'épouse de Pépin d'Italie.
  7. Settipani 1989, p. 20.
  8. Settipani 1993, p. 167-171.
  9. Settipani 1993, p. 173-6.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]