Bertrade de Prüm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bertrade.
Bertrade de Prüm
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Conjoint
Martin of Laon (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Parentèle
Thierry III (père putatif)
Clotilde dite Doda (père putatif)Voir et modifier les données sur Wikidata

Bertrade de Prüm ou Bertrade l'Ancienne

Vie[modifier | modifier le code]

Est connue par plusieurs actes :

  • Elle fait d'importantes donations de terres pour la fondation du monastère de Prüm (721), pour le repos de ses fils décédés, en présence de son fils survivant Caribert et de trois autres parents : Bernier, Rolande et Thierry.
  • la même année, et toujours en présence de Caribert, elle fait une donation de terres à l'abbaye d'Echternach, fondée en 697 par Irmina d'Oeren.

Son fils Caribert est le père de Bertrade de Laon, reine des Francs par son mariage avec Pépin le Bref. Sa fille Rolinde, née c. 705, épousa Thierry d'Autun (705 - 752), les parents d'une fille née en 730, mariée avec Bernard de Herstal, comte de Saint-Quentin, né en 731, avec descendance.[1],[2]

Famille[modifier | modifier le code]

Faits attestés[modifier | modifier le code]

Pour préciser sa famille, plusieurs faits sont mis en avant :

  1. la donation à Echternach faite la même année que la fondation de l'abbaye de Prüm (laquelle aurait dû monopoliser toutes ses libéralités), est le signe d'une proche parenté avec Irmina d'Oeren.
  2. la présence des prénoms Caribert et Thierry dans sa famille, ainsi que l'apparition des prénoms de Louis (=Clovis) et de Lothaire (=Clotaire) parmi les Carolingiens après le mariage de Pépin le Bref et de Bertrade de Laon sont le signe d'une parenté avec les Mérovingiens. Bertrade serait également à rapprocher de Bertrude, femme de Clotaire II et mère de Dagobert Ier.
  3. Pépin le Bref et Bertrade de Laon possédaient en commun deux propriétés à Rommersheim et à Rumbach, dont chacun tenait sa moitié de leur père respectif. On sait par l'acte de fondation de Prüm que Caribert tenait sa moitié de sa mère. Cela indique une parenté entre Bertrade de Prüm et les Pippinides.

Hypothèses[modifier | modifier le code]

À partir de ces faits, plusieurs hypothèses ont été proposées :

  • Considérant que Plectrude, fille du sénéchal Hugobert et probablement d'Irmina d'Oeren, épousa Pépin de Herstal, une première généalogie s'appuyant sur les faits 1 et 3 avait été établie, faisant de Bertrade une fille d'Hugobert et d'Irmina. C'est la généalogie classique des Hugobertides qui apparaît encore dans les livres d'histoire sur l'époque carolingienne.
    • fait 1 : Bertrade est la fille d'Irmina
    • fait 3 : les propriétés de Rommersheim et de Rumbach ont été partagées entre Bertrade et Plectrude. La part de Plectrude est passée à ses fils, puis a été usurpée par son beau-fils Charles Martel qui l'a transmis à son fils Pépin le Bref.
  • En 1975, une autre filiation, reprise par Christian Settipani en 1989 dans son œuvre Les Ancêtres de Charlemagne, tenant compte des trois arguments a été proposée : Bertrade est fille de Thierry III et de Clotilde Doda, donc sœur de Clovis IV et de Clotaire IV. Cette Dode serait elle-même fille d'Ansegisel et de Begga, et petite-fille de saint Arnoul et de sainte Dode.
    • fait 1 : c'est l'époux anonyme de Bertrade qui est apparenté aux Hugobertides
    • fait 2 : en tant que fille de Thierry III, Bertrade est mérovingienne
    • fait 3 : les propriétés de Rommersheim et de Rumbach ont été partagées entre Pépin de Herstal (qui transmet ses parts à Charles Martel) et Dode (qui transmet ses parts à Bertrade)

En 2010, une troisième filiation, dans une thèse de François Doumerc : "Essai de construction d'un espace princier...", la fait fille de Chariwic, Chariveus ou Hervé, comte de Laon (c. 650 - après 692-694), et d'une soeur de Saint Lambert de Maastricht et d'autre frère unconnu.

    • fait 1 : Bertrade de Prüm était soeur de Bernarius, décédé après 721, Chrodegaire ou Roger (c. 675 - c. 735), duc du Maine (en 720-723), marié et avec descendance, une soeur et Thierry (? - d. 723), comte, marié et avec descendance
    • fait 2 : Saint Lambert était petit-fils paternel d'Erlebert en Ternois et neveau paternel de Robert, comte du palais, décédé vers 677-678, et de Lambert (près de Thérouanne - c. 690), abbé de Fontenelle, métropolitain de Lyon, archevêque de Lyon, primat des Gaules (681-690)
    • fait 3 : Erlebert en Ternois était frère de Haldebert, moine de Fontenelle, et de Robert, référendaire et père d'Angadrisme, abbesse d'Oroer
    • fait 4 : Chariwic, Chariveus ou Hervé, comte de Laon, était fils de père unconnu et de Chrotilde ou Rothilde, décédée après 673, et soeur de Chagneric, optemas, vir illuster, décédé après 694-697, Chaino, diacre vers 677 ou 679, abbé de Saint-Denis en 688-702, décédé après 702, et Chrodegaire, diacre de Saint-Denis, témoin pour Wandemar en 690 ou 691, décédé après 693
    • fait 5 : le père unconnu était frère de Gauzbert, évêque de Chartres (660-667), et fils de Chagnulf, comte de Meaux, décédé en 641
    • fait 6 : Chrotilde ou Rothilde était soeur de Charihard, vir iluster, décédé après 673, et Chrodegaire, diacre de Saint-Denis, abbé de Sainte Marie de Blois et de Bruyères, décédé après 673, nièce paternelle de Charihard, duc, décédé après 638, et petite-fille paternelle de Chrodegaire

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Pascal Arnoux, Histoire des rois de France
  2. Annales Regni Francorum