Rivière Rouge (Laurentides)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Rivière Rouge (Québec))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rivière Rouge et Rouge (homonymie).
Rivière Rouge
Rivière Rouge à Rivière-Rouge (L'Annonciation)
Rivière Rouge à Rivière-Rouge (L'Annonciation)
Caractéristiques
Longueur 161 km
Bassin 5 543 km2
Bassin collecteur Fleuve Saint-Laurent
Débit moyen ?
Régime nivo-pluvial
Cours
Source Lac de la Fougère
· Localisation Lac-Matawin, (Québec), Canada
· Altitude 549 m
· Coordonnées 47° 04′ 41″ N 74° 25′ 41″ O / 47.078055, -74.428055 (Source - Rivière Rouge)
Confluence Rivière des Outaouais
· Localisation Grenville-sur-la-Rouge (Québec), Canada
· Altitude 41 m
· Coordonnées 45° 38′ 34″ N 74° 41′ 30″ O / 45.642777, -74.691666 (Confluence - Rivière Rouge)
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche rivière Beaven, ruisseau Larose, rivière du Diable, rivière Macaza et rivière Lenoir
· Rive droite rivière Maskinongé, ruisseau Noir, rivière Nominingue
Pays traversés Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région administrative Laurentides
Municipalité régionale de comté (MRC) Argenteuil
Régions traversées CA-QC
Principales localités Rivière-Rouge

La rivière Rouge est une rivière située dans les Laurentides, dans la municipalité de Grenville-sur-la-Rouge, dans la municipalité régionale de comté (MRC) de Argenteuil, dans la région administrative des Laurentides, dans l'ouest du Québec, au Canada. Cette rivière de 161 km prend sa source au lac de la Fougère et coule vers le sud pour se jeter dans la rivière des Outaouais dont elle est un tributaire de la rive gauche. Ses 10 derniers kilomètres sont renommés pour le rafting[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La vallée de la rivière Rouge a servi de voie de pénétration aux pionniers répondant aux appels à la colonisation du nord de Montréal émis par le curé Antoine Labelle. Au Canada français, les diocèses catholiques exerçaient le rôle de planification pour l'implantation des paroisses et d'organisation des paroisses des territoires de colonisation.

Une carte de Franquelin, datée de 1699, indiquait la "rivière Rouge" comme le prolongement de la "rivière du Nord". Des hypothèses ont été émises par les historiens quant à l'origine de cet hydronyme. L'hypothèse la plus vraisemblable fait le lien avec la teinte légèrement rougeâtre des eaux de la rivière, dû à l'oxydation de certains types de roches du Bouclier canadien que traverse la rivière[2]. Cependant, son eau serait plus claire que celle des rivières avoisinantes[1]. Une autre explication viendrait d'un gisement de craie rouge située au lac Nominingue que les Algonquins et les Iroquois utilisaient pour se peindre.

Coulant à la lisière ouest de la réserve faunique Rouge-Matawin, le terme "rouge" de cette rivière a été transposée à cette dernière[3].

Le toponyme « Rivière Rouge » a été officialisé le 5 décembre 1968 par la Commission de toponymie du Québec[4].

La rivière a entre autres donné son nom à la réserve écologique de la Rivière-Rouge, à la réserve faunique Rouge-Matawin et aux communautés de Rivière-Rouge et de Grenville-sur-la-Rouge.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les principaux versant hydrographiques voisins de la "Rivière Rouge" sont:

La Rouge prend sa source au lac de la Fougère, situé à l'extrémité nord du canton de Dupont, dans le territoire non organisé de Lac-Matawin à environ 550 m d'altitude.

À partir du lac Fougère, la rivière Rouge s'écoule vers le sud en traversant le lac Rouge formé par l'élargissement de la rivière. La rivière serpente sur toute la longueur de la limite ouest de la réserve faunique Rouge-Matawin qu'elle sépare de la zec de la Maison-de-Pierre. À la sortie de la réserve faunique, elle a déjà perdu plus de 275 m d'altitude.

Le paysage change aussi passant d'un plateau rocheux à une plaine sablonneuse et croise son premier village, L'Ascension, puis Labelle et La Conception. À une vingtaine de kilomètres en aval, celle-ci rencontre la rivière Nominingue et elle change alors son cours en direction sud-sud-est.

Un tronçon de chemin de fer du Canadien Pacifique longe cette rivière sur une trentaine de kilomètres. Au terme d'un parcours de 161 km, la rivière Rouge se déverse sur la rive nord de la rivière des Outaouais entre le village de Calumet et la municipalité de Pointe-au-Chêne, sur le territoire de la municipalité régionale de comté (MRC) d'Argenteuil.

Dans le dernier segment long de 10 kilomètres, la rivière comporte plusieurs chutes et rapides, dont les Premier, Deuxième et Troisième rapides Nigger-Eddy. Parmi ses principaux tributaires, la rivière Rouge reçoit les eaux du:

Le versant hydrographique de la rivière Rouge couvre 5 543 km². Le cours de la rivière est généralement paisible (sauf le dernier segment de 10 km) comportant de nombreux méandres en U et en S.

Histoire[modifier | modifier le code]

La région fut habitée par les iroquois jusqu'à la fin du XIXe siècle. Sous la pulsion du curé Antoine Labelle, la rivière servit de chemin de colonisation qui vit naître la plupart des communautés le long de son cours et de ses affluents. La Centrale de la Chute Bell fut installée à 15 km de son embouchure en 1915[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Qualité des eaux de la rivière des Outaouais - 1979-1994: Rivière des Outaouais, secteur de la Rivière Rouge (secteur E) » (consulté le 12 octobre 2008)
  2. « Topos sur le web: Rivière Rouge »,‎ (consulté le 12 octobre 2008)
  3. Source: "Noms et lieux du Québec", ouvrage de la Commission de toponymie du Québec, paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire
  4. Commission de toponymie du Québec - Banque des noms de lieux - Toponyme: "Rivière Rouge"
  5. « Topos sur le web: Centrale de la Chute-Bell »,‎ (consulté le 12 octobre 2008)

Voir aussi[modifier | modifier le code]