Rik Slabbinck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Rik Slabbinck
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
BrugesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Lieu de travail

Rik Slabbinck est un peintre belge né à Bruges le [1] et décédé dans sa ville natale le [2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Rik Slabbinck est élève à l'Académie de Bruges, dont il suit les cours du soir en 1933-1935, et à Saint-Lucas à Gand[3]. Travaille dans l'atelier de Constant Permeke (1936-1938)[4]. Cet expressionnisme flamand a dominé son travail jusqu'en 1945.

Il renonce à la déformation de l'expressionnisme et aux tonalités monochromes avec un clair-obscur subtil pour une brillante palette de couleurs chaudes. Les jeux d'ombres et le relief de la surface peinte sont déjà traités avec soin.

À Bruxelles, il a fréquenté régulièrement les membres du groupe La Route Libre et a participé aux expositions Apport[5]. En 1945, il est l'un des fondateurs du mouvement la Jeune Peinture belge, dont il démissionnera en 1947[6] ,[7]. Il tente de renouveler la forme plastique en donnant plus d'attention à la structure. L'absence de perspective et des aplats presque monochromes montrent une influence du mouvement abstrait.

À partir des années cinquante, ses couleurs ne sont plus issues de la réalité, mais déterminées par la composition. Il montre une préférence pour l'utilisation du couteau à palette - ce qui est idéal pour travailler sur de vastes couches de peinture. Les pinceaux sont utilisés pour créer des esquisses à l'huile. De cette manière, il crée des œuvres qui exhalent une forte force de synthèse.

De 1963 à 1979, il tient une master class à l'Institut Supérieur de l’Académie des beaux-arts d’Anvers (NHISKA)[8].

Prix[modifier | modifier le code]

  • Deuxième Prix de Rome, 1940, 1943[5].
  • Prix Oleffe, 1984

Sociétés artistiques[modifier | modifier le code]

  • Apport, Cofondateur, 1941
  • La Jeune Peinture Belge, Cofondateur, 1945-1947
  • Académie Royale de Belgique, 1958[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La Nappe à carreaux, 1947
  • Nuages rouges, 1963
  • Stilleven met druiven, 1963
  • La Bouteille de champagne, 1975
  • Zomer in mijn land, 1988

Muséographie[modifier | modifier le code]

  • Civica Galleria d’Arte Moderna, Milan
  • Collections de la Chambre des représentants et du Sénat, Bruxelles
  • Groeningemuseum, Bruges
  • Koninklijk Museum voor Schone Kunsten, Anvers
  • MPAM et MBA, Oostende
  • Musée des beaux-arts, Liège
  • Musées royaux des beaux-arts, Bruxelles
  • Museum voor Schone Kunsten, Gand
  • Stedelijke Musea, Dendermonde
  • Walraff-Richartzmuseum, Cologne[9]

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions individuelles[modifier | modifier le code]

  • Anvers, 1936
  • Retrospective, Groeningemuseum, Brugge, 1964[10].
  • Rik Slabbinck, peintre soleil de Flandres, Candelaerhuys, Bruxelles, 2002
  • Rik Slabbinck, Galerie Albert I, Bruxelles, 2011

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • Salon annuel Apport, Bruxelles, 1940-1943
  • La Jeune Peinture Belge, Galerie Plaats, LavHaye , 1946
  • La Jeune Peinture Belge, Galerie Van Lier, Amsterdam, 1947
  • Biennales de Venise, 1948 et 1958
  • Biennale de Sao Paolo, 1951
  • Biennale de Menton, 1953
  • Belgische schilderkunst van 1890-heden, Centraal Museum Utrecht, 1966[10].
  • Slabbinck - André Lopez, Casino Kursaal Oostende, 1994

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rik Slabbinck, Jozef Muls, Sikkel, Anvers, 1953
  • Rik Slabbinck, Peintre Solaire, Caso Paul, Lucien de Meyer éditeur, Bruxelles, 1966
  • Slabbinck Gaby Gyselen, Tielt, Belgique, 1979 (ISBN 978-9020908442) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • L'Art en Belgique depuis 1945, Wim Van Mulders, Fonds Mercator, Anvers, 1983 (ISBN 978-9061535126) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • L'Art en Belgique depuis 1975, Flor Bex, Fonds Mercator, Anvers, 2001 (ISBN 978-9061534822) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Slabbinck Gaby Gyselen, cf. Biblio, p. 11
  2. « La disparition de Rik Slabbinck : de l'expressionnisme au fauvisme cinquante ans de peinture », sur http://archives.lesoir.be/ (consulté le 10 novembre 2010)
  3. Gaby Gyselen op. cit. p. 15
  4. Gaby Gyselen op. cit. p. 17
  5. a b et c Gaby Gyselen op. cit. p. 27
  6. Robert L. Delevaoy: La jeune peinture Belge. Formes. Paris-Bruxelles, 1946 p. 127. et suiv.
  7. Gaby Gyselen op. cit. p. 42
  8. Gaby Gyselen op. cit. p. 106
  9. « Rik Slabbinck », sur http://www.maesfinepaintings.com (consulté le 10 novembre 2010)
  10. a et b Gaby Gyselen op. cit. p. 175-178