Richard Bergh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Richard Bergh
Image dans Infobox.
Fonction
Directeur de musée
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
Nacka församling (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Église de Tyresö (en) (depuis le )Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Johan Edvard BerghVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Professeur d'art, peintreVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Johan Edvard Bergh (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Amanda Helander (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Gerda Ingeborg Winkrans (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Maja Bergh Holtermann (d)
Kerstin Bergh-Bergman (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Konstnärsförbundet (d)
Q10712940
Opponenterna (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mouvement
Maîtres
Edvard Perséus (en), Jean-Paul LaurensVoir et modifier les données sur Wikidata
Genres artistiques
Distinction
Œuvres principales
The Poet Gustav Fröding (d), The Dying Day (d), Ellen. The Artist's Daughter (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Avslutad seans
Image dans Infobox.
Avslutad seans, Malmö konstmuseum.
Artiste
Richard Bergh
Date
Type
Mouvement
Localisation

Richard Bergh (né à Stockholm le , mort le ) est un peintre suédois, fils d'un artiste de renom professeur à l'Académie des Beaux-Arts, Edvard Bergh, et de Amanda Helander. Après ses études à l'Académie, il partage son temps entre son pays et la France, fidèle de la côte normande et du village de Grez-sur-Loing.

Il s'est également intéressé à la psychologie, aux suggestions et à l'hystérie, qu'il peignait : on lui doit le tableau Séance d'hypnose.

Biographie[modifier | modifier le code]

Richard Bergh au premier plan, en 1885 en compagnie des futurs fondateurs de la Konstnärsförbundet : Carl Larsson, Ernst Josephson et Per Hasselberg debout derrière lui, et August Hagborg assis au milieu

Élève de Edvard Perséus (sv) et de l’École des beaux-arts de Stockholm, il devient en 1915 surintendant et chef du Musée des Beaux-Arts de Göteborg[1]. En 1885 et 1886 il est un des meneurs du groupe d'artistes suédois installés à Paris à l'origine de la Konstnärsförbundet ("Fédération des artistes"), une organisation créée en 1886 en opposition à l'académie des Beaux-Arts de Stockholm[2]. En 1889, il est le commissaire de la section artistique suédoise non-officielle à l'exposition universelle de Paris, il y reçoit un grand prix et la légion d'honneur.

Parmi ses succès, on compte le portrait de sa femme qu'il expose au Salon de Paris puis à Stockholm en 1886, il se trouve aujourd'hui au musée des Beaux-Arts de Göteborg (Suède).

Il prend part en avril- à l'Exposition de l'art suédois organisée au Musée du Jeu de Paume à Paris[3].

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 115
  2. (sv)Georg Nordensvan, Svensk Konst och Svenska Konstnärer i nittonde århundradet. 2. Från Karl XV till sekelslutet, Stockholm, Bonnier, 1928, p. 244-263.
  3. Ibid.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Svenskt Biografiskt Lexikon : Karl Wåhlin, Richard Bergh
  • Nordensvan, Svensk Konst och Svenska Konstnärer i nittonde århundradet. 2. Från Karl XV till sekelslutet, Stockholm, Bonnier, 1928, p. 218-221.
  • Vibeke Röstorp, Le Mythe du retour. Les Artistes scandinaves en France de 1889 à 1908, Stockholm, Stockholms universitet, 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :