Retzien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Retzien est une culture du Mésolithique final documentée entre environ 5600 et 5200 av. J.-C. Son nom provient des découvertes effectuées sur des sites côtiers au sud de Nantes, dans le pays de Retz, où l’on note une évolution du mode de fabrication des pointes de flèches.

Principales caractéristiques[modifier | modifier le code]

L'aire d’extension du Retzien est centrée sur la Loire-Atlantique et la Vendée, mais couvre également les départements actuels de Maine-et-Loire, Indre-et-Loire, Deux-Sèvres et Vienne.

Bien que proche géographiquement du Téviécien (Bretagne intérieure), il s’en distingue par quelques éléments techniques (amincissement des outils par retouches rasantes, adaptation de nouveaux outils venus de cultures orientales[1].

Les porteurs de cette culture sont des chasseur-cueilleurs et résistent à l’introduction de l’agriculture et de l’élevage, sans se fermer toutefois aux influences. Le Retzien est essentiellement une culture d’interface entre les nouvelles cultures néolithiques et le Téviecien, mésolithique, qui se replie sur lui-même. On note ainsi de multiples aller-retours entre systèmes et la cohabitation de plusieurs techniques de production[2]. Le site de l’Essart, à Poitiers, témoigne d’un habitat peut-être destiné à la conservation des prises (fumage des poissons ou dépeçage du gibier).

La céramique imprimée s’y répand vers 5400 av. J.-C.[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles de Wikipédia[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Grégor Marchand, « Les zones de contact Mésolithique/Néolithique dans l'ouest de la France : définition et implications », paru dans Muita gente, poucas antas?. Origens, espaços e contextos do Megalitismo., Trabalhos de Arqueologia ; 25, actes du Deuxième colloque international sur le mégalithisme, Lisbonne, Institut portugais d'archéologie, p. 181-197. (cf. p. 184 et p. 186)
  2. Grégor Marchand, « La disparition des chasseurs-cueilleurs », in L’origine des sociétés, Sciences humaines n° 9, décembre 2007-janvier-février 2008, p. 60-62.
  3. Marchand, op. cit., p. 193.