René Magloire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

René Magloire
Illustration.
René Magloire, lors d'une conférence à Santiago.
Fonctions
Président d'Inite

(2 ans, 2 mois et 8 jours)
Élection
Prédécesseur Josué Pierre-Louis
Successeur Jean-Max Bellerive
Ministre de la Justice et de la Sécurité publique
Président Jean-Bertrand Aristide
Gouvernement Claudette Werleigh
Prédécesseur Jean-Joseph Exumé
Successeur Pierre-Max Antoine
Ministre de la Justice et de la Sécurité publique
Président René Préval
Gouvernement Jacques-Édouard Alexis
Prédécesseur Henri Marge Dorléans
Successeur Michèle Pierre-Louis
Biographie
Date de naissance (81 ans)
Lieu de naissance Port-au-Prince
Nationalité Haïtienne
Parti politique Fanmi Lavalas (1991-2005)
Front de l'Espoir (2005-2010)
Inite (depuis 2010)
Père Paul Magloire
Mère Yolette Leconte
Enfants Alain Magloire
Pierre Magloire
Johanne Magloire
Profession Avocat

René Magloire
Ministre de la Justice et de la Sécurité publique

René Magloire, né le 13 janvier 1937 à Port-au-Prince, est un avocat et un homme politique haïtien. Il a été ministre de la Justice d'Haïti à deux reprises.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de l'ancien président Paul Magloire, il grandit au Palais national sous la présidence de son père. Membre du Barreau de Cap-Haïtien, René Magloire est devenu ministre de la Justice et de la Sécurité publique dans le gouvernement de Claudette Werleigh, du au .

Émigré au Québec, il est avocat criminaliste au Barreau de Montréal puis est nommé comme Procureur de la Couronne.

Le , il entre au gouvernement de Jacques-Édouard Alexis comme ministre de la Justice et de la Sécurité publique. À ce poste, il lance un ambitieux plan de réforme judiciaire. En mars 2008, alors que le débat sur la double nationalité des politiciens conduit à l'exclusion de deux sénateurs, le cas de René Magloire, soupçonné d'être devenu Canadien, fait l'objet de controverse[1]. Le ministre occupe toutefois son poste jusqu'au remplacement du gouvernement, le .

Après son retrait de la vie politique, il œuvre comme consultant auprès de l'Institut des États-Unis pour la paix (USIP)[2].

Vie privée[modifier | modifier le code]

René Magloire est le père d'Alain Magloire, chercheur au CNRC avant de devenir itinérant, tué par un policier de Montréal[3].

Références[modifier | modifier le code]