René Foucachon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
René Foucachon
Image dans Infobox.
Thierry Marie et René Foucachon au Critérium de Lèves 1993
Informations
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (55 ans)
BezonsVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Équipes amateurs
1988CM Aubervilliers
1990-1991CSM Puteaux-JPS
Équipes professionnelles

René Foucachon, né le à Bezons, est un coureur cycliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

René Foucachon commence sa carrière professionnelle au sein de l'équipe suisse Mosoca-Chazal-Westwood-Eurotel en 1991. C'est par l'apport d'un financement de la société Eurotel dont le patron était Yvan Raphanel qu'il se retrouve professionnel et qu'il le sera de nouveau en 1992 après la création de l'équipe Eurotel-Bio-Technica-Samro. Il s'était distingué chez les amateurs en prenant notamment la 3e place de Paris-Mantes-en-Yvelines en 1989 et la 2e place du classement général du Tour d'Auvergne en 1990. En 1995, alors qu'il évolue au sein de l'équipe monégasque Aki-Gipiemme, il participe à son premier Tour de France, lors duquel il est contraint à l'abandon lors de la 3e étape en arrivant hors délai[1]. La même année, il gagne le Critérium de Mussidan avant de mettre un terme à sa carrière.

En 2003, René Foucachon est condamné par le tribunal correctionnel de Grasse à huit mois de prison avec sursis et 7 000 euros d'amendes pour avoir revendu de l'EPO à quatre coureurs professionnels français, Pascal Lino, Franck Morelle, Pascal Peyramaure et Jean-Jacques Henry, entre 1996 et 1998[2].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

1 participation

  • 1995 : hors délais (3e étape)

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

1 participation

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

1 participation

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « René Foucachon », sur letour.fr (consulté le ).
  2. Blandine Hennion, « Peine au finish pour un trafiquant d'EPO », Libération, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]