René Arcos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un écrivain image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un écrivain français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

René Arcos (Clichy, 16 septembre 1880 - Neuilly-sur-Seine, 16 juillet 1959) est un poète et écrivain français associé au groupe de l'Abbaye.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il rencontre Georges Duhamel, en 1906, avec lequel il participe à l'expérience de « l'Abbaye de Créteil ». L'Abbaye, villa en bord de Marne ouverte aux artistes, cesse ses activités dès 1908[1]. René Arcos s'installe alors à Paris. Il donne aussi des conférences sur la poésie à travers toute l'Europe.

Réformé, il est le correspondant de guerre du journal américain Chicago Daily News durant la Première Guerre mondiale. Il fonde en 1918 les Éditions du Sablier à Genève puis participe avec Romain Rolland à la fondation de la revue Europe dont il reste le rédacteur en chef jusqu'en 1929.

Une rue porte son nom à Créteil.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L'Ame essentielle, Maison des Poètes, 1903
  • La Tragédie des espaces, L'Abbaye, 1906
  • L'Ile perdue, Mercure de France, 1913
  • Le Mal 1914-1917, Éditions d'Action Sociale, 1918
  • Le Bien Commun. Récits, Éditions du Sablier, 1919
  • Pays du soir, Éditions du Sablier, 1920
  • Caserne, Rieder, 1921
  • Autrui, Rieder, 1926
  • Médard de Paris (gravures de Frans Masereel), Rieder, 1928
  • De source, Éditions du Sablier, 1948
  • Romain Rolland, Mercure de France, 1950

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marie-Louise Bidal, Les écrivains de l'Abbaye, Georges Duhamel, Jules Romains, Charles Vildrac, René Arcos, Luc Durtain, Georges Chennevière, Boivin, 1938

Lien externe[modifier | modifier le code]