Regain (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Regain.
Regain
Auteur Jean Giono
Genre Roman
Pays d'origine Drapeau de la France France
Lieu de parution Paris
Éditeur Éditions Grasset
Date de parution 1930
Nombre de pages 241
Série Trilogie de Pan
Chronologie
Précédent Un de Baumugnes

Regain est un roman de Jean Giono, paru en 1930 aux éditions Grasset.

L'intention de Giono était d'insérer Regain dans la trilogie de Pan juste après Colline et Un de Baumugnes.

À la fin de Présentation de Pan Giono écrit : « Il faudra que je parle de celui-là qui était tout seul au fond du plateau et puis qui a acheté une femme avec les soixante francs d'un âne et qui, de ça, a fait revivre toute sa terre, et qu'une herbe nouvelle a poussé et qu'on a pu faucher le regain. »

Résumé[modifier | modifier le code]

Au village d'Aubignane, il ne reste que trois habitants : le vieux Gaubert, la vieille « Mamèche » et Panturle, un homme dans la force de l'âge. Le jour où Gaubert part vivre chez son fils, Panturle se retrouve seul avec la Mamèche. Il souffre de cette solitude. Le jour même, la Mamèche lui dit qu'elle va lui amener une femme. Puis elle disparaît...

Panturle est désormais le seul habitant du village ; il vit essentiellement de la chasse.

Un soir, devant chez lui s'arrête un homme accompagné d'une jeune femme. Ils frappent à la porte, il n'ouvre pas. Lorsqu'ils s'éloignent, il les suit dans la nuit. En les filant, il manque se noyer en tombant dans un gros ruisseau. Ils le sauvent, et le traînent sur la berge, inconscient mais sauf. Lorsqu'il reprend conscience, la femme est près de lui. Ils parlent longuement, puis « elle se renverse dans ce bras [...] et se couche dans l'herbe ».

Au matin, Panturle dit « Viens, on va à la maison ». Elle s'appelle Arsule, elle le suit.

Ils vivent ensemble, Panturle devient cultivateur. Une foi nouvelle l'anime. Arsule est maintenant la femme dans le logis de l'homme, qui n'est plus solitaire. L'amour est là, sans déclarations, tranquille et solide.

Au grand marché, ils vendent des boisseaux de grains de blé, un blé magnifique né des soins laborieux de Panturle.

Un jour l'homme, Gédémus, un rémouleur, reparaît à Aubignane et réclame un dédommagement parce qu'il va devoir acheter un âne pour tirer sa meule, à la place d'Arsule. Panturle lui donne l'argent qu'il demande, ils trinquent ensemble, et Gédémus disparait.

Finalement, une deuxième famille s’installe dans le village, qui va renaître grâce au labeur et à la volonté des hommes.

Arsule attend leur premier enfant.

Commentaires sur l'œuvre[modifier | modifier le code]

Ce village imaginaire, Aubignane, serait le village de Redortiers (Haute-Provence) devenu désert après la mort de son dernier habitant, un berger. Jean Giono écrit en 1945 dans un essai sur la désertification des villages de Haute-Provence : « Tout le long du XIXe siècle et pendant la première partie du XXe siècle, les villages de montagne de Haute Provence et du Dauphiné se sont dépeuplés. Certains comme Redortiers (canton de Banon), qui avait eu en 1750 sept notaires, ne sont plus aujourd'hui qu'une tâche blanche sur les contreforts de la montagne de Lure : toutes les maisons se sont écroulées et le vent en a emporté la poussière : il n'en reste strictement rien. »[1]

Une autre explication sur l'origine du nom Aubignane a été proposée par Pierre Kyria. Dans son avant-propos d'une édition de Regain, il écrit : « D'autres villages étaient appelés à connaître un sort semblable ; le nom même d'Aubignane vient peut-être d'une contraction entre Simiane, situé sur la route de Banon à Apt, et Aubignosc, qui se trouve à sept kilomètres et demi de Sisteron. »[2]

La renaissance d'un village mort et délaissé par ses habitants est un thème majeur de l'œuvre de Giono. On le trouve aussi au cœur de la nouvelle L'Homme qui plantait des arbres.

Édition[modifier | modifier le code]

  • Regain, Paris, éditions Bernard Grasset, 1930 ; réédition Grasset, collection Les Cahiers rouges, 2011, ISBN 9782246123392

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bulletin des Amis de Jean Giono, n°20, 1983
  2. Regain, France-Loisirs, 1982, ISBN 2-7242-1444-7.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Étude[modifier | modifier le code]

  • Anne-Marie Marina-Mediavilla, Laurent Fourcault, Regain de Jean Giono, Éditions modernes média, collection Étude d'une œuvre, 2000, ISBN 978-2853980869

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]