Louis William Graux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Louis William Graux
Graux LW-Lac-Jura-mvidal.jpg
Louis William Graux, Lac Brenet, Jura, huile sur toile, 150 × 90 cm, coll. particulière
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
Nationalité
Activité
Lieu de travail
Distinction


Louis William Graux, né le 23 juillet 1889 à Saint-Denis et mort le 22 novembre 1962 à Paris, est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis William Graux est l'élève d'Ernest Laurent, d'Auguste Leroux, de Luc Olivier Merson et de H. Grosjean à l'École des beaux-arts de Paris. Il expose dès 1908, notamment au Salon des artistes français où il est plusieurs fois primé (médaille d’or, hors-concours en 1928). Plusieurs de ses œuvres ont été acquises par l’État, dont un tableau de grand format en 1935, Les Méandres de la Seine, qui décorait le Salon des dames sur le Paquebot Normandie et qui est conservé à l’EcoMusée de Saint-Nazaire

Officier de l’instruction publique, il est nommé chevalier de la Légion d’honneur en qualité d’artiste peintre pour l’ensemble de son œuvre, par décret du 25 août 1937.

Louis William Graux - Côte du Morbihan, 40 × 25 cm, coll. particulière

Peintre paysagiste, aux tonalités subtiles, influencées par les paysages écossais, pays d’origine de sa mère, Louis William Graux exprime aussi par des coloris chaleureux certains effets de soleil. Peu de portraits, plus souvent réservés à ses illustrations de livres. Ses tableaux de grand format, parfois plus stylisés, sont plus proches du courant Art déco, dont il est contemporain.

Pour des raisons de santé, Louis William Graux n’a que partiellement poursuivi son activité de peintre. Mais parallèlement à sa carrière de peintre et à son enseignement du dessin à l'école J.B. Say et au collège Lavoisier, il illustre de nombreux ouvrages, souvent selon la technique des bois. De façon régulière pour les éditions À l'enseigne du pot cassé, pour la Librairie Arthème Fayard, pour les Éditions J. Ferenczi et fils, collection « Le Livre moderne illustré » et de façon ponctuelle par ailleurs.

Deux regards sur son œuvre[modifier | modifier le code]

Coloriste précis et sensible, Louis William Graux, « a painter of integrity and sincerity » d'après Douglas Young[1], est aussi un dessinateur dont le trait réaliste, parfois tragique, sait évoquer la quotidienneté des travaux et des jours.

Louis William Graux - Arbre dans la campagne, huile sur bois, 52 × 34 cm, coll. particulière


En 1934, à l'occasion d'une exposition à Dijon, Auguste Bailly fait une analyse du talent de Louis William Graux :
" ... talent dont la première caractéristique et certainement la sincérité : ses toiles sont vraies ". Il loue la sensibilité de l’artiste, son interprétation face aux grands aspects de la nature, note son inspiration variée : paysages, ou édifices bourguignons, impressions bretonnes, évocations du terroir jurassien, et la diversité des formes utilisées. Sont évoquées ses "synthèses vigoureuses, aux constructions simples, puissantes, parfaitement intelligibles, qui ne soumettent pas le sujet à un plan préconçu, élimine le détail inutile, anecdotique". Bailly insiste sur la grandeur simple du dessin de Graux " si évocateur, et même si révélateur, et l’harmonie infiniment délicate et nuancée de sa peinture (à) l’étonnante richesse de demi-teintes sourdement chatoyantes ".


Œuvres [2][modifier | modifier le code]

Salon des artistes français[modifier | modifier le code]

  • 1914 Ancien laboratoire Curie
  • 1916 achat par la Ville de Paris
  • 1918 Le Canal de Bourgogne
  • 1919 Les ormes rouges
  • 1920 Soir en Bourgogne, Avant l’orage (Normandie), Notre Dame matin de printemps mention honorable, achat par la Ville de Paris. Prix Henri Zuber
  • 1921 Val Suzon (Bourgogne), La bourrasque
  • 1922 Fin d’été
  • 1923 Le Canal de Bourgogne près de Dijon, Les arbres dépouillés (Picardie), médaille de bronze
  • 1923 Les arbres dénudés : prix des Paysagistes Français
  • 1924 Après l’averse, Temps gris sur Chenôve (Bourgogne), médaille d’argent
  • 1925 Les eaux mortes (Hurepoix)
  • 1926 Le fond du parc, Les pins d’Arny
  • 1927 La vallée de l’Ouche (Bourgogne), prix Raigecourt Goyon
  • 1928 Ville-Louvette (Hurepoix), médaille d’or - hors concours au Salon des artistes français, acheté par l’État, Musée d'art Sarret de Grozon, Arbois
  • 1929 La Maladrerie (Hurepoix), Silence
  • 1930 La Maladière (Bourgogne), La Vallée (Saint-Seyne l’Abbaye)
  • 1931 Montoillot, Chateauneuf
  • 1932 Le canal de Bourgogne
  • 1933 Morbihan, Voyenbraz
  • 1934 Au pied du Mont Noir (Jura), Près de Valmijoux (Jura)
  • 1935 Le lac de Joux (Suisse), Sommets
  • 1935 Les Méandres de la Seine réalisé en 1935 à partir d’une première œuvre datant de 1933 pour la décoration du Paquebot Normandie sur commande des architectes Bouwens van der Boijen[3] et Roger-Henri Expert. Après l’incendie du Paquebot Normandie en 1939 dans le port de New York, ce tableau que l’on pensait disparu réapparaît en 1991 lors d’une exposition intitulée « Paquebots de légendes » au musée de la Marine, mais amputé d’une large partie haute et sur le côté gauche, probablement à la suite de son installation sur un autre paquebot (l’Île-de-France, pour sa remise en service en 1949 ?), ou chez un particulier. Il mesure actuellement 2,33 m × 2,95, mais était plus haut d’environ un quart (le ciel et le haut des arbres ont disparu), et le bandeau découpé à gauche a fait disparaitre le prénom de l’artiste.

Les Méandres de la Seine ont été acquis à une date inconnue par le collectionneur Louis-René Vian, puis légué au Musée des Arts Décoratifs en 2004, où il fait partie des collections. Après une restauration par Aurélia Chevalier[4], il est actuellement conservé à l’écomusée de Saint-Nazaire. Une œuvre précédente de Louis William Graux, Paysage de Bourgogne, exposée au Salon du Cercle des Gobelins, avait été acquise en 1925 par l’État pour un navire, le croiseur-cuirassé Jules Michelet

La première version de Les Méandres de la Seine, 1933, huile sur bois (0,70 × 0,60 m)
Le salon des Dames sur le Paquebot Normandie en 1935, tableau de L.W. Graux sur le mur à droite. Source : collection Chantiers de l’Atlantique / Ecomusée de Saint-Nazaire
Les Méandres de la Seine, esquisse originale, 1933, et tableau en situation dans le Salon des dames du Paquebot Normandie, 1935
  • 1936 Miral (Cévennes)
  • 1937 La vallée de la Sioule
  • 1938 Le Val-Borgne (Barre des Cévennes)
  • 1939 Poulconcq (Bretagne), La voile brune (Bretagne)
  • 1941 Vallée de la Sioule à Chateauneuf
  • 1943 Blajoux (Gorges du Tarn)
  • 1944 Les vieilles salines (Morbihan)
  • 1948 La Chapelle (Grandjean, Allier)

Expositions particulières[modifier | modifier le code]

  • 1919 Exposition particulière à la Galerie André
  • 1925 Salon du Cercle des Gobelins, dont le tableau Paysage de Bourgogne, acheté par l’État pour le croiseur-cuirassé Jules Michelet
  • 1929 Exposition Galerie Mona Lisa – dont L'allée de Billy, (Hurepoix)- acheté par l’État
  • 1930 Exposition à Nantes
  • 1934 Exposition à Dijon, Galerie « Art et exposition », 42 rue des Forges, Dijon, du samedi 23 juin au jeudi 12 juillet 1934, 50 œuvres sur thèmes de la Bourgogne, du Jura, du Morbihan.
  • 1936 Exposition particulière à la Galerie Charpentier inaugurée par MM Huisman, Directeur Général des Beaux-Arts et Darras, Directeur des Beaux-Arts de Paris. Cf. cartons Collection Jacques Doucet,bibliothèque de l’INHA – 40 œuvres sur les thèmes des Cévennes, de la Lozère, du Jura, de la Bourgogne et du Morbihan

Illustrations de livres[modifier | modifier le code]

  • Éditions À l'enseigne du pot cassé, collection « Antiqua »
    • Martial, Épigrammes. Traduit du latin par Victor Verger. Paris, A L'Enseigne du Pot Cassé, Collection « Antiqua », 1933. Illustré par Louis William Graux.
    • De Rhodes (Apollonius), Jason et Médée ou la conquête de la Toison d'Or, Paris, à l'Enseigne du Pot Cassé, Collection « Antiqua », vers 1930. Illustrations de Louis William Graux
  • Éditions À l'Enseigne du Pot Cassé, collection « Scripta Manent »
    • Goethe,Faust, Paris, à l'enseigne du Pot Cassé, Collection « Scripta Manent », vers 1930. Traduit de l'allemand par Gérard de Nerval. Gravures sur bois de Louis William Graux
    • Schiller, Friedrich Von, Guillaume Tell, Traduit de l'allemand par M. de Barante, Paris, À l'Enseigne du Pot Cassé, collection « Scripta Manent », 1929, illustrée de nombreuses compositions dans le style Art Déco dessinées et gravées sur bois par Louis William Graux
  • Éditions À l'Enseigne du Pot Cassé, collection « Lumen Animi »
    • More Thomas (Thomas Morus), La pitoyable vie du roi Edouard V et les cruautés horribles du roi Richard III, Paris, À l'Enseigne du Pot Cassé, Collection « Lumen Animi », 1932. Illustré par Louis William Graux
    • Palissy, Bernard, De l’Art de la Terre, suivi de la Recette Véritable par laquelle tous les hommes de la France pourront apprendre à multiplier et augmenter leurs trésors. Paris, A l'enseigne du Pot Cassé. Collection « Lumen Animi », 1930. Ouvrage illustré par Louis William Graux
    • Machiavel, Le Prince suivi du Traité des Conspirations et du Régicide, Paris, A l'enseigne du Pot Cassé. Collection « Lumen Animi ». 1935. Illustrations in et hors texte par Louis William Graux.
  • Librairie Arthème Fayard, Collection « Le Livre de demain »
    LW Graux, une illustration dans Regain de Giono
    • Anet Claude, Mayerling, Paris, Librairie Arthème Fayard. « Le livre de demain », 1947. 41 bois originaux de Louis William Graux.
    • Bailly Auguste, La Carcasse et le Tord-Cou, Paris, Arthème Fayard et Compagnie Éditeurs, Collection « Le Livre de Demain », 1931, 33 bois originaux de Louis-William Graux
    • Blond, Georges, Prométhée délivré, Arthème Fayard et Compagnie Éditeurs, Collection « Le Livre de Demain », 1942, 28 bois originaux de Louis William Graux.
    • Corthis, André, Le Printemps Sous L'orage, Arthème Fayard et Compagnie Éditeurs, Collection « Le Livre de Demain », 1940, 25 bois originaux de Louis William Graux
    • Chérau Gaston, Le Grelet de Marius, Paris, Librairie Arthème Fayard & Cie, collection « Le livre de demain », 1936, Illustré de 24 bois originaux de Louis-William Graux.
    • Duhamel, Georges, Les Maîtres, Paris, Arthème Fayard & Cie, collection « Le livre de demain » , 1941. Illustré de 45 bois originaux de Louis-William Graux.
    • Giono Jean, Regain, Paris, Arthème Fayard et Compagnie Éditeurs, Collection « Le Livre de Demain », 1935, 35 bois originaux de Louis William Graux
    • Jaloux Edmond, Soleils disparus, Paris Librairie Arthème Fayard, collection « Le livre de demain », 1933. 40 bois originaux de Louis-William Graux.
    • Maeterlinck Maurice, L’hôte inconnu, Paris, Librairie Arthème Fayard, collection « Le livre de demain », 1941, 34 bois originaux de Louis-William Graux
    • Martet Jean, Le colonel Durand, Paris, Librairie Arthème Fayard, collection « Le livre de demain », 1934, 19 bois originaux Louis-William Graux
    • Pesquidoux, Joseph de, Le livre de raison, Paris, Librairie Arthème Fayard, collection « Le livre de demain », 1928, 34 bois originaux de Louis-William Graux
    • Prévost, Marcel, Marie Des Angoisses, Paris, Librairie Arthème Fayard, collection « Le livre de demain », 1937, 60 bois originaux de Louis William Graux.
    • Vandérem Fernand, La victime, 26 bois originaux de Louis-William Graux, Paris, Librairie Arthème Fayard, collection « Le livre de demain », 1934
  • Éditions J. Ferenczi et fils, collection « Le Livre moderne illustré »
    • Le Franc Marie, Grand-Louis l'innocent, bois et dessins de Louis William Graux, Paris, J. Ferenczi et fils, « Le livre moderne illustré », 1929
    • Le Franc Marie, Le poste sur la Dune, bois originaux de Louis William Graux Paris, J. Ferenczi et fils, « Le livre moderne illustré », 1930
    • Le Franc Marie, Grand-Louis, le revenant, illustrations de Louis William Graux, Paris, J. Ferenczi et fils, « Les cahiers illustrés », 1933
    • Le Franc Marie, Hélier, fils des bois, bois et dessins de Louis William Graux, Paris, J. Ferenczi et fils, « Le livre moderne illustré », 1935
    • Le Franc Marie, La rivière solitaire, bois originaux de Louis William Graux. Paris, J. Ferenczi et fils, Le livre moderne illustré 1938
    • Le Franc Marie, Pêcheurs de Gaspésie, bois originaux de Louis William Graux, Paris, J. Ferenczi et fils, « Le livre moderne illustré », 1938
    • Le Franc Marie, La randonnée passionnée, bois originaux de Louis William Graux, Paris, J. Ferenczi et fils, « Le livre moderne illustré », 1942
  • Horizons de France
    • Bullier Marie, Saint Jacob Pierre de, Quarre Pierre, Oursel Charles, Visages de la Bourgogne. Avec deux dessins hors-texte par Jean Moreau et des planches documentaires de Louis William Graux, Paris, Horizons de France, 1942.
    • Gaston Roupnel, La Bourgogne, types et coutumes, dessins originaux de Louis W.Graux, Paris, Horizons De France, 1936

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Étienne Huret, 2011, Le livre de demain de la librairie Arthème Fayard : étude bibliographique d’une collection illustrée par la gravure sur bois, 1923-1947. Éditions Tusson, Charente, 2011
  • Mahé, Raymond, 1931, Bibliographie des livres de luxe de 1900 à 1928 inclus (Paris, 1931)
  • Vian, Louis-René, 1991, Paquebots de légende. Décors de rêve. Préf. de François Bellec. Atelier Philippe Gentil
  • Vian, Louis-René, 1992, Arts décoratifs à bord des paquebots français, 1880/1960, Paris, Ed. Fonmare

Notes et références[modifier | modifier le code]