Recopolis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Recopolis
Arc de la basilique de Recopolis
Arc de la basilique de Recopolis
Localisation
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Région Castille-La Manche
Province Province de Guadalajara
Coordonnées 40° 19′ 14″ nord, 2° 53′ 37″ ouest
Superficie 30 hectares

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Recopolis
Recopolis
Histoire
Époque VIe – IXe siècle
Internet
Site web http://www.recopolis.com/

Recopolis ou Reccopolis (en espagnol : Recópolis) est un site archéologique espagnol situé près du village de Zorita de los Canes, dans la province de Guadalajara en Castille.

Le site, qui se trouve à vol d'oiseau à environ 90 km du centre de Madrid, se situe sur un plateau escarpé protégé par le Tage.

Présentation[modifier | modifier le code]

Recopolis, qui fut dans la péninsule Ibérique l'une des trois ou quatre villes nouvelles créées par les Wisigoths (avec Vitoria, Olite et peut-être Toro)[1], est fondée en 578 par le roi Léovigild (568–586), qui unifiera en partie la péninsule sous son autorité tout en portant le royaume wisigoth à son apogée. Léovigild fit bâtir cette cité baptisé Rec[ared]opolis (« Ville de Récarède » en grec) en l'honneur de son second fils Récarède, qui n'était pas censé lui succéder à cette date[2]. Selon Roger Collins, le nom de la cité viendrait plutôt de Rexopolis[3], formé du latin rex (« roi ») et du suffixe d'origine grecque -polis (« cité, ville »), et signifierait dans ce cas « Ville du Roi ». Cependant, l'historien arabe Ibn al-Athîr précise bien dans ses Annales du Maghreb et de l'Espagne que Léovigild (Lewîld) « bâtit, proche de Tolède, la ville de Recopolis (Rak'awbal), qu'il appela ainsi du nom de son fils [Rekarîd] », et qu'il « la fortifia et en agrandit les jardins »[4].

Le parc archéologique de Recopolis comprend notamment l'enceinte fortifiée de la ville, dont sont conservées plusieurs parties en pierres de taille d'environ 2 m d'épaisseur, et les ruines d'une église au plan en croix, d'un palais-basilique, et d'un aqueduc. Le palais de Recopolis s'étendait sur 130 m de long et 14 m de large[5].

Plusieurs monnaies wisigothes furent frappées à Recopolis ; elles portent notamment l'inscription RECCOPOLI. FECIT. (« fait à Recopolis »).

Au début du VIIIe siècle, Recopolis sera renommée Madinat Raqquba (ou madina Raqaubal[6]) par les conquérants arabes.

La ville sera abandonnée au cours du IXe siècle et redécouverte par les archéologues au XXe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Qui furent également les rares villes nouvelles fondées par les « Barbares » dans l'ancien Empire romain d'Occident.
  2. Son fils aîné, Herménégilde, était encore vivant.
  3. Peter Sarris, Empires of Faith: The Fall of Rome to the Rise of Islam, 500–700, OUP Oxford, 2011, p. 193 (extrait). (ISBN 0199261261)
  4. Ibn al-Athîr, Annales du Maghreb et de l'Espagne ("Conquête de l'Espagne").
  5. Patrice-Georges Rufino, Clovis contre Alaric : l'histoire de l'Empire wisigoth de Toulouse à Tolède, P.G. Rufino, 1996, p. 125. (ISBN 2951058500)
  6. (es) Basilio Pavón Maldonado, Tratado de arquitectura hispanomusulmana, Volume 4, Editorial CSIC - CSIC Press, 2009, p. 18 (extrait). (ISBN 8400087461)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources primaires[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]