Aller au contenu

Rétrograde (musique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Une ligne mélodique est dite par mouvement rétrograde (ou récurrente), lorsqu'elle se présente énoncée à l'envers, c'est-à-dire en lisant la mélodie de droite à gauche sur la partition, en prenant la mélodie d'origine à reculons dans le temps, partant de la dernière note pour retourner à la première – comme si un miroir était placé perpendiculairement à la portée. Le terme se dit en latin : cancrizan et en allemand : Krebsgang, que traduit l'expression française « à l'écrevisse », parfois utilisée.


\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {
     \remove "Time_signature_engraver"
  }
<<
  \relative c'' {
    \key c \major
    \time 6/1
    %\set Staff.midiInstrument = #"violin" 
    \override TupletBracket #'bracket-visibility = ##f 
    %\autoBeamOff

     %%%%%%%%%
     s4 g8^"Motif" c b c d4 s4 \bar "||" s2  d4^"Rétrograde" c8[ b c g] s4 \bar "|."

  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver" }
  }
  \midi {}
}

Description et exemples

[modifier | modifier le code]

C'est un procédé d'imitation utilisé en écriture polyphonique ou en musique sérielle. L'un des plus fameux exemples d'utilisation se trouve dans une composition « Ma fin est mon commencement » de Guillaume de Machaut[1], qui conclut la pièce en présentant par mouvement rétrograde les cinq premières mesures du morceau (le cantus et le triplum échangent leur partie)[2] :


\header {
  tagline = ##f
\version "2.16.2"
}

global = {
  \clef "treble_8"
  \key c \major
  \time 4/4
  \tempo 4 = 80
}

TriplumPart = \relative c' {
  \global
  \dynamicUp
  
  c1^"Cinq premières mesures" d4 e2 d4 | r8 c8 b a d c4 b8 | r8 c8 b a g2 | d'1
  \bar "||"
  \set Score.currentBarNumber = #36
  fis1^"Cinq dernières mesures" g4 e2 c4 | d8 e4 f8 e d e c | b a4 g a b8 c1
  \bar "|."
}

verse = \lyricmode {  }


CantusPart = \relative c' {
  \global

  c1 b8 a4 g a b8 c e d e f e4 d8 | c4 e2  g4 | fis1
  \bar "||"
  \set Score.currentBarNumber = #36
  d1 g,2 a8 b  c r8 | b8  c4 d8 a b c r8 | d4 e2 d4  c1

}

TenorPart = \relative c {
  \global
  \clef bass

  c1 g'8 c,4  c8 c4 g'4 c,2 g'8 a4 g8 c,1 d 
  \bar "||"
  \set Score.currentBarNumber = #36
  d1 c g'8 a4 g8  c,2 g'4 c, c8 c4 g'8 c,1

}

TriplumPart = \new Staff \with {
  instrumentName = "Triplum"
  midiInstrument = "orchestral harp"
} { \TriplumPart }
\addlyrics { \verse }

CantusPart = \new Staff \with {
  instrumentName = "Cantus"
  midiInstrument = "orchestral harp"
} \CantusPart

TenorPart = \new Staff \with {
  instrumentName = "Tn"
  midiInstrument = "orchestral harp"
} \TenorPart


\score {
  <<
    \TriplumPart
    \CantusPart
    \TenorPart
  >>
  \layout { \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver" } }
  \midi {
    \tempo 4=72
  }
}
Le rondeau « Ma fin est mon commencement » de Guillaume de Machaut
(début et fin de la partition).

Dans l'exemple suivant, Clementi génère les voix extrêmes l'une de l'autre :


\version "2.14.2"
\header {
  tagline = ##f
}
upper = \relative c''' {
  \clef treble 
  \key f \major
  \time 3/4
  \tempo 4 = 80
  %\autoBeamOff
  %\set Score.currentBarNumber = #36

    r4 r4  
    << { \[ a4\f g8 f e f g4~ g a bes~ bes d,2 a'4 a2 \] } \\ { s4 s2. d,4.\f d8 g4 cis, d e f8 g f e d c! } >>

}

lower = \relative c'' {
  \clef treble 
  \key f \major
  \time 3/4

   \[ a2 a4 d,2 bes'4~ bes a g~ g f8 e f g a4 \] d,8 e f fis
}

\score {
  \new PianoStaff <<
    % \set PianoStaff.instrumentName = #""
    \new Staff = "upper" \upper
    \new Staff = "lower" \lower
  >>
  \layout {
    \context {
      \Score
      \remove "Metronome_mark_engraver"
    }
  }
  \midi { }
}
Imitation par mouvement rétrograde à l'octave, parfaite.
Muzio Clementi, « Gradus ad Parnadum », étude no 54.

Autre exemple dans la célèbre Sonate Hammerklavier de Beethoven où le thème de la fugue génère le contre-sujet :



\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {
     \remove "Time_signature_engraver"
  }
<<
  \relative c' {
    \key bes \major
    \time 3/4 
    \override TupletBracket #'bracket-visibility = ##f 
    %\autoBeamOff

     %%%%%%%%%
     f,8 r8 \afterGrace a'2\startTrillSpan { g16[( a] } bes4\stopTrillSpan r8 bes16 a g f ees d |
     g4 r8 g16 f ees d c bes | ees4 r8 ees16 d c d c bes
     

  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver" }
  }
  \midi {
    \tempo 4=138
  }
}



\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  \new Staff \with {
     \remove "Time_signature_engraver"
  }
<<
  \relative c' {
    \key d \major
    \time 3/4 
    \override TupletBracket #'bracket-visibility = ##f 
    %\autoBeamOff

     %%%%%%%%%
     b16 cis d cis d e r8 e4 | b16 cis d e fis g r8 g4 |
     d16 e fis g a b r8 b4 | \afterGrace ais2\startTrillSpan { gis16 ais } fis,8\stopTrillSpan r8

     % f,8 r8 \afterGrace a'2\startTrillSpan { g16[( a] } bes4\stopTrillSpan r8 bes16 a g f ees d |
     % g4 r8 g16 f ees d c bes | ees4 r8 ees16 d c d c bes
     

  }
>>
  \layout {
     \context { \Score \remove "Metronome_mark_engraver" }
  }
  \midi {
    \tempo 4=138
  }
}

Le terme de canon à l'écrevisse est un cas particulier qui désigne une composition savante qui présente une voix se superposant à sa récurrence, utilisé par exemple dans L'Offrande musicale de Bach.



\header {
  tagline = ##f
\version "2.16.2"
}

global = {
  \key c \minor
  \time 4/4
  \tempo ""
}

ViolonI = \relative c' {
  \global
  \dynamicUp
  
  c2 ees g aes b,! r4 g'4~ g fis2 f!4~ f e!2 ees4~ ees d des c b! g c f ees2 d c ees 
  g8 f g c g ees d ees | f g aes b! c ees, f g | aes d, ees f g f ees d | ees f g aes bes aes g f 
  g8 aes bes c des bes aes g | a! b! c d! ees c b a | b! c d ees f d g, d' | c d ees f ees d c b! | c4 g ees c  \bar "|."
   
}

ViolonII = \relative c' {
  \global

  c4 ees g c b!8 c d ees f ees d c d g, d' f ees d c b! a! b c ees d c b a g aes bes des c bes aes g 
  f8 g aes bes aes g f ees | d ees d g f ees d aes' | g f ees c' b! aes g f | ees d ees g c g f g |
  ees2 c d ees f4 c g b! c des d!  ees~ ees e!2 f4~ f fis2  g4~ g  r4 b,!2 aes' g  ees c 

}

ViolonIPart = \new Staff \with {
  instrumentName = "ViolonI"
  midiInstrument = "violin"
} { \ViolonI }

ViolonIIPart = \new Staff \with {
  instrumentName = "ViolonII"
  midiInstrument = "violin"
} \ViolonII

\score {
  <<
    \ViolonIPart
    \ViolonIIPart
  >>
  \layout { }
  \midi {
    \tempo 4=110
  }
}
« Canon 1, a 2 violini in unisono ».
Jean-Sébastien Bach, « L'Offrande musicale » BWV 1079.

La forme rétrograde est utilisée aussi combinée au procédé de renversement des intervalles mélodiques qui porte le nom de canons à l'écrevisse au miroir (Spielglkrebskanon), utilisé par exemple par Haydn dans le menuet (« Minuetto al Roverso ») et le trio de sa symphonie no 47.

manuscrit : Pluteus
Manuscrit Pluteus 29.1, Nusmido fo 150v (Bibliothèque Medicea-Laurenziana, Florence).

Le premier exemple de mouvement rétrograde se trouve dans le manuscrit Pluteus 29.1 conservé à la Bibliothèque Medicea-Laurenziana de Florence. Il contient des pièces copiées entre 1240 et 1255 à Paris et faisant partie du répertoire de l'École de Notre-Dame.

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. (en) William Drabkin, « Retrograde  », dans Grove Music Online, Oxford University Press, Inscription nécessaire
  2. Comme l'indique le texte du musicien lui-même :

    « Ma fin est mon commencement
    Et mon commencement ma fin
    Et teneure vraiement.
    Mes tiers chans trois seulement se retrograde
    Et einsi fin. »

Articles connexes

[modifier | modifier le code]