Strette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sur les autres projets Wikimedia :

Dans la musique classique, la strette (de l'italien stretta, « étreinte, resserrement ») peut désigner : un procédé d'écriture en imitation ; une partie caractéristique du finale d'un opéra (ou d'une œuvre pour chœur) ; ou bien une indication d'accélération du tempo.

Contrepoint[modifier | modifier le code]

La strette apparaît dans une pièce contrapuntique et plus spécialement dans une section d'une fugue, au cours de laquelle les différentes voix entrent de manière rapprochée, sans attendre que le thème ait été entièrement exposé. C'est une sorte d'« aboutissement du travail thématique du sujet »[1] et il peut y avoir plusieurs strettes qui se présentent de plus en plus serrées.

La strette est dite « réelle » lorsque le sujet et sa réponse se superposent exactement et « libre » lorqu'elle dispose les entrées sur d'autres degrés ou ne respecte pas littéralement le thème[1].

D'un point de vue formel, il est fréquent qu'une strette précède la conclusion de la pièce musicale, c'est-à-dire dans la réexposition ou la coda.

La « strette magistrale » désigne la superposition du thème avec lui-même dans toutes les voix, comme dans l'exemple suivant, extrait du Clavier bien tempéré, Fugue en ut majeur du premier livre, BWV 846 :


\version "2.16.1"
\header {
  tagline = ##f

}
global = { \time 4/4 \key c \major \tempo 4 = 62   \set Score.currentBarNumber = #14 }

tenor = \relative c' {
  \voiceTwo
	r8 \[ c-"Thème et réponses en strette s'imbriquent" d e \stemUp f8. g32 f e8 a |
	\barNumberCheck #15
	d, g^~ g16 a g f e8 \] \stemDown e[fis g] ~ |
	g8[fis] gis[a] ~ a-"Strette dite magistrale : les quatre voix en imitation se superposent" \[ g! [a b] |
	c8. d32 c b8[e] a,[d] ~ d16 e d c \] |
	b8
}

soprane = \relative c' {
  \voiceOne
	s4 r r2 |
	\barNumberCheck #15
	r r8 \[ g' [a b] |
	c8. d32 c b8 \] \[ c [d e] f!8. g32 f |
	e8[a] d,[g] ~ g16 a g f e8 a \] |
	d,
}

alt = \relative c {
  \voiceOne
	s4 r8 \[ g' [a b] c8. d32 c |
	\barNumberCheck #15
	b8[ e a, d]~ \] d[g,] d'4 |
	c8[a] e'4 d8 r r4 |
	r8 \[ a [b cis] d8. e32 d c!8 f! |
	b, 
}

bass = \relative c {
  \voiceTwo
	s4 r r2 |
	\barNumberCheck #15
	r8 \[ g[a b] c8. d32 c b8 e |
	a, d ~ d16 e d c b8 \] bes a g |
	a fis' g e \[ d4 e8 f! |
	g8. 
}

\score {
  \new PianoStaff <<
    \new Staff <<
      \global
      \new Voice = "soprane" { \soprane }
      \new Voice = "tenor" { \tenor }
    >>
    \new Staff <<
      \global
      \clef "bass"
      \new Voice = "alt" { \alt }
      \new Voice = "bass" { \bass }
    >>
  >>

  \layout {
    \context {
      \Score
  %    \override SpacingSpanner
   %   #'common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1 8)
      \remove "Metronome_mark_engraver"
    }
  }
  \midi { }
}

Musique vocale[modifier | modifier le code]

À l'opéra ou dans la musique pour chœur, la strette désigne un passage caractéristique du finale constitué du retour des thèmes principaux dans un mouvement accéléré et en ordre serré[2], donnant l'impression d'un resserrement progressif des entrées, dans un accelerando du mouvement[1].

Indication de mouvement[modifier | modifier le code]

Comme dans le cas précédant, désigne une accélération du tempo voulue par le compositeur qui indique, par exemple, più stretto sur la partition.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Jacques Chailley, « Strette », dans Marc Vignal, Dictionnaire de la musique, Paris, Larousse, 1982, 1803 p. (ISBN 2-03-511303-2, OCLC 9281804), p. 1498.
  2. Encyclopédie de la musique (trad. de l'italien), Paris, Librairie générale française, coll. « Le Livre de poche/Pochothèque. Encyclopédies d'aujourd'hui », 1995, 1 142 p. (ISBN 2253053023, OCLC 491213341), p. 756.