Référendum brésilien sur l'interdiction du commerce des armes et des munitions

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le référendum brésilien sur l'interdiction du commerce des armes et des munitions est un référendum national concernant le contrôle des armes à feu qui s'est tenu le au Brésil.

Description[modifier | modifier le code]

Le référendum avait pour but de valider l'article 35 de la loi brésilienne sur le désarmement (pt), qui prévoyait l'interdiction de la vente d'armes à feu et de munitions aux civils sur l'ensemble du territoire national[1],[2]. La loi sur le désarmement (pt) (Estatuto do Desarmamento en portugais) est la loi fédérale n° 10826, adoptée par le Congrès le 22 décembre 2003 (pt), durcissant la législation concernant l'enregistrement, le port et le commerce des armes à feu au Brésil[1],[2]. Elle comporte une série de mesures visant à contrôler la vente et la détention d'armes à feu, et à interdire le port d'arme pour tous à l'exception des forces de l'ordre[2].

Alors que les sondages prévoyaient une victoire du « oui »[1], soit la validation de l'interdiction, c'est le « non » qui l'emporte avec un total de 63,94 % des voix[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Laurence de Raphelis-Soissan, « Citoyens, rendez les armes ! », Les Brasileiros, 9 juillet 2011.
  2. a b et c La Traçabilité des munitions, Rapport du Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité, 2008/2009, page 19.