Queen Adreena

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Queen Adreena
Description de cette image, également commentée ci-après
Queen Adreena sur scène en 2006.
Informations générales
Autre nom Queen Adreena
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Rock indépendant
Années actives 19992010
Labels Blanco y Negro, One Little Indian, Rough Trade, Imperial, Warner
Composition du groupe
Anciens membres Katie Jane Garside
Crispin Gray
Nomi Leonard
Pete Howard
Orson Wajih
Melanie Garside
Billy Freedom
Paul Jackson

Queen Adreena est un groupe de rock indépendant britannique, originaire de Londres, en Angleterre. Fondé sur les cendres du groupe Daisy Chainsaw, la chanteuse Katie Jane Garside et le guitariste Crispin Gray en forment le noyau dur.

Le groupe compte quatre albums studio entre 2000 et 2008, à commencer par celui à succès Taxidermy (2000). Le groupe signe avec Rough Trade Records pour un deuxième opus, Drink Me (2002), avant de se faire renvoyer par leur label, après lequuel ils signent au label indépendant One Little Indian.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et Taxidermy (1999–2001)[modifier | modifier le code]

Queenadreena est formé en 1999 après la prise de contact entre la guitariste Crispin Gray et KatieJane Garside, avec qui il a collaboré en 1989 dans le groupe Daisy Chainsaw[1]. Garside a quitté Daisy Chainsaw après deux ans dans le groupe, et envoyé au Lake District[2] où elle vivra dans le Rigg Beck, un endroit dans lequel se retirent les musiciens et artistes[3],[4]. De retour à Londres en 1998, Garside emménage à Belsize Park, où Gray vivait aussi, et le s deux décident de former un groupe[5].

Elles sont rejoints par le batteur Billy Freedom et le bassiste Orson Wajih[6] et publient leur premier album, Taxidermy, à la fin 2000, chez Blanco y Negro Records. Certains des morceaux de l'album, dont le bien nommé X-ing Off the Days, sont écrits par Gray durant les années suivant sa séparation avec Daisy Chainsaw[5]. Le NME attribue à l'album une critique positive[7].

En soutien à l'album, le groupe tourne à l'échelle nationale avec Nine Inch Nails[5], jouant aussi aux Reading and Leeds Festivals[8]. Après sa sortie, le groupe se rebaptise de Queen Adreena à QueenAdreena, et publiera d'autres albums sous ce nom[9]. À cette période, le groupe sort un split single, qui comprend une reprise de Jolene de Dolly Parton et Pretty Polly[10].

Changements de label (2002–2006)[modifier | modifier le code]

Garside jouant avec Queenadreena, à Dublin, en 2006.

Billy Freedom est remplacé en 2002 par le batteur Pete Howard, ancien membre du groupe The Clash. Le groupe signe avec Rough Trade pour leur deuxième opus, Drink Me[11]. Il comprend le single Pretty Like Drugs, qui attire l'attention de la presse rock. L'album est bien accueilli notamment par Drowned in Sound, qui lui attribue une note de 7 sur 10[12]. La publication française Les Inrockuptibles décrit l'album comme « gothique, sombre, et menaçant[13]. »

Rough Trade renvoie le groupe peu après la sortie de Drink Me, et Wajih le quitte lorsqu'il entame une tournée avec Garbage[5]. Janie Jarvis, ex-Radiator, se joint temporairement au groupe comme bassiste pour la tournée, avant de se faire remplacer par le bassiste de Daisy Chainsaw, Richard Adams[5]. Adams part peu après, et le groupe participe au Castle Donington Download Festival en 2003[5].

Le groupe signe avec One Little Indian Records en 2004, et sort The Butcher and the Butterfly qui fait participer la sœur de KatieJane, Melanie Garside, à la basse, qui partira peu de temps après avant de se faire remplacer par Paul Jackson (ne pas confondre avec le bassiste de fusion du même nom). Le 22 mars 2005, le groupe enregistre un album live à l'Institute of Contemporary Arts de Londres. L'album est publié en septembre sous le titre Live at the ICA.

Djin et séparation (2007–2010)[modifier | modifier le code]

En 2007, Queenadreena publie indépendamment Ride a Cock Horse, un album composé de leurs premières démos. D'autres changements de formation assistent à l'arrivée de Nomi Leonard à la basse, et plus tard à la mi-2008, le remplacement de Pete Howard à la batterie par Stephen Gilchrist.

Le 8 octobre 2008, Queenadreena sort son quatrième album, Djin, initialement et uniquement au Japon au label Imperial Records. L'album est finalement publié en septembre 2009 au Royaume-Uni, mais n'aura aucune publicité, le groupe étant à cette période en pause[14]. En 2010, le groupe cesse ses activités.

Membres[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

EP et singles[modifier | modifier le code]

  • 1999 : Cold Fish/Yesterday's Hymn, I Adore You/Weed et X-ing Off The Days/A Heavenly Surrender
  • 2002 : Pretty Like Drugs et F.M. Doll (Rough Trade Records)
  • 2005 : F.M. Doll (One Little Indian Records)

Autres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Larkin, Colin, The Virgin Encyclopedia of Nineties Music, Virgin, (ISBN 978-0-753-50427-7), p. 111
  2. (en) « Five Minutes With... KatieJane Garside », Sound Sphere Magazine, (consulté le 22 septembre 2016)
  3. (en) « Landmark Lakes House Destroyed By Fire Was 'Home' To Stars » [archive du ], Newsandstar.co.uk (consulté le 5 septembre 2014).
  4. (en) O'Brien, Lucy, « A way with the fairies », The Guardian, (consulté le 16 octobre 2013)
  5. a b c d e et f (en) « MusicMight :: Artists :: QUEENADREENA » [archive du ], Rock Detector, (consulté le 23 septembre 2016)
  6. (en) « Queenadreena Biography », MTV (consulté le 22 septembre 2016).
  7. « Taxidermy », NME (consulté le 22 septembre 2016).
  8. (en) « Reading Festival 2000 », Reading Festival (consulté le 20 septembre 2016).
  9. (en) Cameron, Liane, « I want to have a past », Drowned In Sound, (consulté le 16 octobre 2013).
  10. (en) Dan, Jen, « Interview with Ruby Throat », Delusions of Adequacy, (consulté le 20 septembre 2016).
  11. Young 2006, p. 184.
  12. (en) Anonymous, Adam, « Album Review: Queen Adreena - Drink Me », (consulté le 21 septembre 2016).
  13. « Queenadreena », Les inrockuptibles, Editions Indépendantes, vol. 385–9,‎ , p. 42–3.
  14. (en) Severa, Alan, « Djin - QueenAdreena », Allmusic, (consulté le 22 septembre 2016)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]