Pusher 2 : Du sang sur les mains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pusher II : Du sang sur les mains
Titre original Pusher II: With Blood on My Hands
Réalisation Nicolas Winding Refn
Scénario Nicolas Winding Refn
Acteurs principaux
Sociétés de production Nordisk Film
Magnolia Pictures
Pays d’origine Drapeau du Danemark Danemark
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Durée 100 minutes
Sortie 2004

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Pusher 2 : Du sang sur les mains est un film danois de 2004 par le cinéaste Nicolas Winding Refn. Il est le second film d'une trilogie consacrée au milieu du crime à Copenhague. Le film raconte l'histoire de Tonny, l'ami de Franck, héros de Pusher, premier film de la trilogie.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film débute un certain temps après la fin du premier film au moment où Tonny effectue son dernier jour de prison. Son co-détenu effectue un monologue sur lequel il demande à Tonny de dominer sa peur. Puis, il lui rappelle qu'il lui doit de l'argent, mais il choisit de ne pas se faire payer par respect pour son père, le Duc, un gangster vicieux. Le jour de sa libération, Tonny rend visite au garage de son père dans l but de trouver un emploi. Le Duc a un enfant plus jeune d'une femme différente et reçoit plutôt froidement Tonny. Mais après lui avoir demandé si il ne se droguait plus, il lui autorise à travailler pour lui en bas de l'échelle. Tonny vole une Ferrari F348 Spider pour impressionner son père, mais ce dernier ne veut pas du véhicule et réprimande son fils sans merci pour son manque de responsabilité.

Alors qu'il passe du temps avec son ami Ø, Tonny lui dit qu'il a un enfant avec une femme du quartier Charlotte, par ailleurs prostituée. Charlotte élève l'enfant seule et demande à Tonny de payer un pension alimentaire. Tonny lui fait la promesse sans s'engager de payer, mais bientôt elle commence à s'occuper de l'enfant. Tonny participe avec succès à un vol de voitures pour le compte du Duc, mais il est forcé de se mettre dans le coffre durant le fuite faute de places disponibles.

Tonny aide un voyou et proxénété, Kurt le Con à faire une transaction d'héroïne avec Milo, le parrain du trafic du premier film. Lorsqu'un des hommes de main de Milo arrive en retard, Kurt ,pris de panique, balance l'héroïne dans les toilettes. Kurt se retrouve sans argent et sans drogues pour pouvoir rembourser le prêt qu'il avait effectué pour la transaction. Kurt convainc Tonny de l'aider à acheter un pistolet et de lui tirer dans le bras pour convaincre les prêteurs de Kurt qu'il a été cambriolé. Alors qu'il rend visite à Charlotte et son fils, Tonny apprend à changer les couches de son fils. Ø le regarde et lui révèle qu'il va se marier avec sa petite amie Gry et qu'il va avoir un enfant.

A la réception de mariage de Ø, Le Duc porte un toast que son fils pense pour lui mais, en fait, il ignore Tonny. Tonny s’enivre et se met en colère lorsqu'il voit Charlotte négligé leur enfant tout en sniffant de la cocaïne dans la cuisine du club. Il insiste pour qu'elle prenne l'enfant chez elle, mais elle refuse en le réprimandant et en humiliant Tonny. Devenu fou, Tonny agresse Charlotte avant d'être séparé par plusieurs hommes. Réalisant qu'il a encore fauté, Tonny quitte la fête et va voir Kurt, qui est en survêtement à l'extérieur. Kurt convainc Tonny de mettre sens dessus dessous son appartement dans le but de conforter sa théorie. En retour, Kurt promet à Tonny d'arranger ses affaires avec Le Duc. Après que Kurt a attaqué une prostituée dans sa chambre, il demande à Tonny de l'achever et Tonny, ne pouvant s'y résoudre, s'enfuit. Kurt révèle que son débiteur est Le Duc et il a menti à Tonny en ne lui disant pas qu'il partage aussi ses dettes.

Tonny rend visite à son père pour se réconcilier avec et pour rembourser ses dettes. Tonny se rend volontaire pour intimider l'ex-femme du Duke, Jeannette, qui tente d'obtenir une pension alimentaire pour son jeune demi-frère et pour la forcer à abandonner. Le Duc insiste pour que Tonny la tue et il accepte. Tonny rend visite à Jeannette sur son lieu de travail, le bordel de Kurt. Mais une fois sur place il ne peut se résoudre à la tuer. Tonny retourne voir son père et il lui annonce son échec. Le Duc commence à l'insulter, à le renier comme fils et lui crache au visage. Tonny disjoncte et poignarde à mort Le Duc. Il s'enfuit et se rend chez Ø et trouve Gry et Charlotte en train de se défoncer. Elles se moquent de Tonny, puis elles quittent l'appartement en laissant le bébé seul. Tonny prend son enfant et s'enfuit de la ville en bus. Le film se termine sur un plan rapproché du tatouage à l'arrière de la tête de Tony où il est écrit "Respect".

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Le premier Pusher a été un succés commercial et critique et Refn n'avait pas planifié de suite. Cependant, après la sortie de plusieurs films, la société de Refn est endettée à hauteur de 1 millions $. Bien qu'il soit effrayé à l'idée de ne pas renouveler ou de ternir son plus grand succès à cette époque, Refn décide de réaliser deux suites et de créer une trilogie Pusher. Refn décide de faire de Tonny, déjà présent dans le premier film, le personnage principal dans la suite. Mads Mikkelsen est devenu la plus grande star du Danemark, déjà en 2004, et il accepte le rôle principal du film. Comme dans le premier film, Refn a consulté de vrais voyous et a auditionné de nombreux acteurs non-professionnels pour avoir un portrait le plus authentique du monde criminel de Copenhague, aussi authentique et non glamour que possible. Le personnage de Kurt le Con est créé pour Kurt Nielsen, qui était un vrai gangster surnommé « Le Con » que Refn avait rencontré à une réunion des Narcotiques Anonymes alors qu'il effectuait des recherches pour le scénario de Pusher 3.

En écrivant son scénario, Refn s'inspire de sa propre relation avec son père et de sa situation de père lui-même et de l'insécurité émotionnelle qui en découle. Le personnage de Tonny veut désespérément être respecté et aimé de son père, mais il est constamment humilié. Refn décrit son scénario comme ayant une structure non-traditionnelle et épisodique. Tous les épisodes de l'histoire se terminent par l'humiliation de Tonny.

Le second Pusher est un succès critique et cumule 100% sur le site Rotten Tomatoes.

Pour résumer la trilogie Pusher, le réalisateur Nicolas Winding Refn a établi trois règles :

  • 1 : plutôt que des films sur le crime, ce sont des films sur des gens dans un environnement criminel[1].
  • 2 : chaque film est raconté du point de vue du personnage principal, à travers ses yeux et ses oreilles. En l'occurrence dans Pusher 2, c'est à travers le personnage de Tonny[1].
  • 3 : chacun est conscient que celui qui vit par l'épée mourra par l'épée. Il utilise ces trois ingrédients dans les trois films[1].

Bande-Son Originale[modifier | modifier le code]

No Titre Groupe Durée
1. Theme from Pusher II The Bleeder Group 1:38
2. Saturday Night Hyperlove 3:52
3. Fly Away DJ Nic 3:35
4. Skinsong A Rex 4:04
5. Underworld 2 Lovelight 4:28
6. Tonny’s Theme The Bleeder Group 0:57
7. The Voice of the Rumspringa Thruth Goddess Mormon’s Revenge 5:05
8. My Firsl Kill Loopy 4:05
9. Sad Disco Keli Hlodversson 3:35
10. Du Har Chancen Monstah 4:09
11. Did You Feel Low A Rex 6:07
12. Amber Green Re-Revisited Massive Return The Bleeder Group 5:14
13. Tarok Lovelight 6:16
14. The Acoustics of Crime Peter Peter and Kyed 1:56
15. With Blood On My Hands The Bleeder Group 7:49
16. With Blood On My Hands (UK Version) The Bleeder Group 5:27

La trilogie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]