Psychologie populaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la psychologie image illustrant les médias en général
Cet article est une ébauche concernant la psychologie et les médias en général.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

On parle de « psychologie populaire » ou de psycho-pop (de l'anglais pop psychology) pour désigner, généralement avec une connotation négative, des concepts de psychologie humaine que l'on retrouve exposés dans des ouvrages ou des médias dits « grand public » sous couvert de théories et de pratiques qui ont éventuellement des bases scientifiques valides mais qui, en les simplifiant à l'extrême ou en les déformant, s'avèrent parfois plus proches de la pseudo-science que de la véritable vulgarisation scientifique.

L'expression « psychologie populaire » se rencontre également en français pour désigner la psychologie naïve (folk psychology en anglais), c'est-à-dire l'aptitude naturelle qu'ont les humains (et potentiellement d'autres espèces animales) à comprendre leurs congénères en termes psychologiques.

Psychologie populaire vs. psychologie scientifique[modifier | modifier le code]

Les thèmes de psychologie populaire les plus fréquents concernent :

Ces thèmes font souvent par ailleurs l'objet de travaux en psychologie scientifique, par exemple :

Des auteurs « populaires » comme Boris Cyrulnik, Jacques Salomé, John Bradshaw ou Hal et Sidra Stone (Le dialogue intérieur) se situent aux confins de cette catégorie. Ainsi, ces auteurs publient des ouvrages qui ne sont pas strictement scientifiques mais vont plus loin que la psychologie « de bas étage » et apportent au lecteurs des réflexions fournies et originales, expérimentées par leurs auteurs. Depuis Françoise Dolto, Carl Rogers et le courant de la psychologie humaniste, de nombreux ouvrages de psychologie modernes supposent un investissement d'un lecteur adulte, en recherche d'autonomie personnelle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]