Aller au contenu

Primrose Bordier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Primrose Bordier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Conjoint

Primrose Bordier est une styliste française, une coloriste, née le [1] et morte le [2],[3] à Paris. Elle a influencé, tout au long de sa carrière, l’image de grandes entreprises comme Descamps, Le Jacquard Français dès 1978, Esteban, Lotus, ou Weiss et reste connue pour avoir imposé la couleur dans le linge de maison.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir fait ses armes chez Cosserat, Boussac, ou encore Prisunic, elle devient styliste du grand magasin le Printemps aux côtés de Maïmé Arnodin. En 1962, Primrose Bordier ouvre en 1962 son propre bureau de conseil et de style, « Couleurs Dessins et Modèles »[4].

Dans les années 1970, elle fait partie des nouvelles stylistes qui veulent bousculer la décoration : elle invente les coordonnés[réf. souhaitée] et introduit la couleur dans le linge de maison, qui, à l’époque se cantonnait au blanc et aux couleurs pastel. La notoriété de Primrose Bordier et son style s’imposent en France et à l’étranger.

Son bureau est spécialisé dans la création de collections pour le linge de lit et de toilette, le linge de table et d’office, les arts de la table, les senteurs et parfums d’intérieurs, les papiers peints, les packaging, les objets de décoration….

En 1976, elle est décorée de la légion d’honneur par Françoise Giroud. Elle est la première femme du monde du design à recevoir la légion d'honneur[5].

En 1995, avant sa mort, elle lègue sa société à deux de ses plus proches collaboratrices, Catherine Braghetti et Patricia de Charsonville. Ces dernières poursuivent son travail jusqu’en , date à laquelle elles passent la main et transmettent leurs clients à Christine Gloaguen qui perpétue le style Primrose Bordier sous une nouvelle enseigne , « A Point Un »[6].

Elle était mariée avec Charles Gombault, journaliste et ancien directeur du quotidien France-Soir[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Emmanuelle Rosenzweig et Catherine Soulingeas, La vie des grands disparus de l'année 1995, FeniXX réédition numérique, (ISBN 978-2-402-29048-7, lire en ligne)
  2. P.C., « Primrose Bordier s'en va, ses couleurs restent. », sur liberation.fr,
  3. (en) « Primrose Bordier, Linens Designer, 66 », sur nytimes.com,
  4. Le Monde Diplomatique, 1995, France, French (lire en ligne)
  5. (en-US) « Primrose Bordier, Linens Designer, 66 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  6. « Christine Gloaguen / Éternelle rêveuse », sur lejsd.com,
  7. Daniel Morgaine, L'un d'entre eux, Jean Picollec, (ISBN 978-2-86477-516-4, lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ginette Sainderichin, Primrose Bordier, H. M. editions, Paris, 1991.
  • Dans la collection dirigée par Georges et Rosamond Bernier, Un hôtel particulier d'Auteuil revu et corrigé en 1967 (« L'Oeil du décorateur -les plus belles maisons d'Europe : Tradition et anticipation », tome II - 1968 - pp. 114 à 117, photographies de Marc Lavrillier).

Liens externes[modifier | modifier le code]