Préfecture de Mali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Préfecture de Mali
Préfecture de Mali
Localisation de la préfecture de Mali.
Administration
Pays Drapeau de la Guinée Guinée
Préfet Colonel Pévé Zoumanigui
Démographie
Population 307 552 hab. (2016)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 12° 05′ nord, 12° 18′ ouest
Superficie 979 000 ha = 9 790 km2

La préfecture de Mali est une subdivision administrative de la Guinée dans la région de Labé, au nord du pays, à proximité de la frontière du Sénégal et du Mali. Son chef-lieu est la ville de Mali.

La préfecture de Mali a une superficie d'environ 9 700 km2 et est limitée au nord par le Sénégal, au nord-ouest par la préfecture de Koundara, à l'ouest par celle de Gaoual, au sud par celles de Labé et Lélouma et à l'est par celle de Koubia.

Subdivision administrative[modifier | modifier le code]

La préfecture de Mali est subdivisée en quatorze (14) sous-préfectures: Mali-Centre, Balaki, Donghol Sigon, Dougountouny, Fougou, Gayah, Hidayatou, Lébékéré, Madina Wora, Salambande, Téliré, Touba, Yembereng et Badougoula.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des administrateurs depuis 1958[modifier | modifier le code]

Bâtiment préfectoral.
Prénoms et nom Debut Fin
Sous Ahmed Sékou Touré (1958 - 1984)
01 Ibrahima Paye 1958 1959
02 Bella Doumbouya 1959 1962
03 Daye Diallo 1962 1964
04 Elhad Bemba Diakaby 1964 1965
05 Falilou Diallo 1965 1966
06 Tamba Kalass Traoré 1966 1967
07 Yoro Diarra 1967 1967
08 Sidiki Koulibaly 1968 1970
09 Mamadou Tounkara 1970 1970
10 Moussa Sandiana Camara 1971 1973
11 Karamoko Kouyaté 1973 1974
12 Mohamed Sakho 1974 1980
13 Elhad Mamadou Binani Diallo 1980 1982
14 Elhad Mamadou Aliou Diallo 1982 1984
Sous le général Lansana Conté (1984 - 2008)
15 Capitaine Souleymane Camara 3 avril 1984 novembre 1984
16 Capitaine Cécé Balamou novembre 1984 octobre 1985
17 Commandant Boubacar Diallo octobre 1985 septembre 1986
18 Capitaine Abdoul Salam Diallo septembre 1986 Decembre 1988
19 Abdoulaye Diouma Diallo Decembre 1988 1er Mai 1991
20 Oumar Tanou Sow 1er Mai 1991 avril 1993
21 Cmmandant Sékou Camara avril 1993 aout 1994
22 Isaac Doumbouya aout 1994 5 janvier 1996
23 Mamadouba Camara 5 janvier 1996 4 décembre 1996
24 Charles André Haba 4 décembre 1996 21 juillet 1998
25 Fodé Sylla 21 juillet 1998 26 janvier 2001
26 Mamadou Saliou Camara 26 janvier 2001 26 novembre 2004
27 Sékou Conté 26 novembre 2004 22 juin 2007
28 N'fansoumane Touré 22 juin 2007 24 decembre 2008
Sous la transition (2008 - 2010)
29 Capitaine Fahindo Nikavogui[1] 24 dembre 2008 mars 2011
Sous Alpha Condé (2010 a nos jours)
30 Elhad Harouna Souaré Mars 2011 12 septembre 2020[2]
31 Mohamed Deen Camara 12 septembre 2020 5 septembre 2021
32 Colonel Pévé Zoumanigui 5 septembre 2021 En cours

Géographie[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Village aux environs de Téliré.

Le relief de la préfecture se divise en deux zones :

  • la zone du plateau, en haute altitude (de 1 200 à 1 500 mètres) accidenté, avec un sol gravillonneux avec présence de « bowé » et d'une dégradation avancée ;
  • la zone couverte caractérisée par un relief de plaines et de bas-fonds variant entre 500 et 700 m d'altitude, peu accidenté et avec un sol argilo-sablonneux lessivé.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est caractérisé par l'alternance de deux saisons distinctes, la saison des pluies qui s'étend de mai à octobre, et la saison sèche de novembre à avril. La température moyenne varie entre 16,3 °C et 21,1 °C. Parfois on enregistre des températures journalières de 30 °C. Un brouillard épais devenu légendaire par son opacité apporte sa note saisonnière.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Pont sur la route de Mali - Labé
Distance entre les communes rurales et la commune urbaine de Mali.

La commune urbaine compte vingt-et-un quartiers et districts : Mali I, Mali II, Mali III, Mali Mosqué, Kortomere, Dognol Amoroyabhé, Laytyehel, Bhoundou honlande, Mali missidé, N'dantayii, Koumba, Teinsira, Bara, Wanwan, Horé fello yandi, Lakouya, Bhohé, Sopaari, Bogoma, Dognol Kosso, Berebere.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

La population a été estimée à 242 280 habitants en 2005, dont 55 % de femmes, soit 28 habitants par km2.

En 2016, la préfecture comptait 307 552 habitants[3].

Elle est composée de Sarakolés, Djallonkés, Diakankés et Peuhls encore appelés « Tangués ». Les anciennes populations furent les Djallonkés, rejoints par les éleveurs peuhls non islamisés. Avec l'avènement de l'islam, cette zone n'a pas échappé à la vague d'immigrants peuhls qui se sont installés dans le but d'étendre l'influence de l'islam. Actuellement, les peuls répresnetent prêt de 90 % de sa population ; on y trouve des concentrations de Djallonkés surtout dans la partie est de les préfectures (sous-préfecture de yembering, Balaki et Sigon). Il existe aussi des poches de Diakankés réparties inégalement sur le territoire de la préfecture. Par ailleurs, il faut noter que la petite concentration de Sarakolés dans le district de Badougoula (sous-préfecture de Dougountouny, cette même communauté est rencontrée à yembering) dans le district du centre existe dans son originalité malgré son entourage. La langue la plus couramment parlée est le Pular.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le collège de Mali.

Très appréciée par le passé au point d'être considérée comme la préfecture ayant le plus grand nombre d'intellectuelle du pays, l'édiction dans la préfecture de Mali-yembering est aujourd'hui à l'image de celle de tout le pays: vétusté et rareté des infrastructures, faible niveau des enseignements et le désintéressement des élèves.

Les établissements d'enseignement sont localisés dans les préfectures et sous-préfectures. Les zones rurales en sont dépourvues. 80 % des enfants sont analphabètes. Pour pallier cela, il existe quelques Centres d'Appui à l'Autopromotion Féminine (CAAF), qui s'engagent, entre autres, dans la promotion des femmes dans les métiers comme le tissage, la couture et la teinture. On note aussi l'existence des Centres NAFA (« écoles de seconde chance ») dans les sous-préfectures de Donghel Sigon, Madina Wora, Téliré et Yembéring ainsi que dans la commune urbaine de Mali.

Maison des jeunes de Mali.jpg

Économie[modifier | modifier le code]

Malgré son potentiel touristique, les activités autour du Mont Loura, avec la célèbre formation rocheuse de la Dame de Mali, du nom de la préfecture, mais connue également sous le nom de la Dame du Mont Loura, restent essentiellement agro-pastorales. Avec une population rurale de 85 %, les principales activités économiques sont l'élevage, l'agriculture, l'artisanat et le petit commerce.

La préfecture de Mali dispose d'une station de radio généraliste publique appelée radio rurale de Mali créée en 2008. Elle est la principale source d'informations pour la préfecture, la radio rurale constitue le meilleur moyen d'informer les zones rurales car elle constitue la « voix des sans voix » en raison du taux élevé d'analphabétisme en Guinée. La radio rurale de Guinée (en abrégé RRG) a pour mission, la mise en œuvre de la politique du Département de la Communication en matière d'information en direction du monde rural.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Agriculture à Mali centre.jpg

L'agriculture comprend la culture du riz, manioc, fonio, arachide, coton, patate, le haricot, la tomate, le taro et la banane. La pomme de terre figure surtout dans la commune urbaine. Il est important de signaler que les plantations d'arbres fruitiers sont assez importantes dans les sous-préfectures de Yembéring (le jardin d'Elhadj Pendjor, Oumar Khaloga ou feu Elhadj Mamadou Hansanghèrè), Donghel Sigon, Dougountouny et Fougou.

Le cheptel de la préfecture se compose de bovins, ovins, caprins et volaille. Malgré la sédentarisation et les opportunités naturelle, l'élevage pratiqué est extensif, et le tatouage est généralement appliqué pour l'identification des bœufs, ceci en vue d'empêcher le vol du bétail.

Artisanat et industrie[modifier | modifier le code]

Pour ce qui concerne l'artisanat, entre 15 et 20 % de la population se trouve dans ce secteur. La cordonnerie, le tissage, la teinture à l'indigo des pagnes en cotonnade et bazin blanc, la menuiserie, la poterie et la forge sont les métiers les plus répandus.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les principaux sites touristiques de la préfecture de Mali sont les suivants :

  • Le Mont Loura : à 7 km au nord de la ville se dresse ce mont, flanqué de l'historique et mystérieuse « Dame de Mali ». De ce sommet, le plus élevé de la Moyenne Guinée, la vue embrasse les vallées qui s'étendent jusqu'à la nappe blanche du cours de la Gambie et les plaines uniformes du Sénégal oriental. À côté de la jolie Dame de Mali (« Néné Fouta ») se dresse aussi un peu plus bas le Sage de Mali, qui s'est démasqué il y a quelques années seulement. En faisant face à l'est, il prie pour le bonheur de la région et du pays.
  • Pellel : à 70 km de Labé et à 8 km de la sous-préfecture de Yembéring, ce site offre un panorama du fond de la vallée, du Mont Sondomoli (1 000 m) et des baobabs grands et petits qui surplombent une végétation verdoyante.
  • La grotte de Ouyouka : située dans la sous-préfecture de Balaki à 150 km du chef-lieu de la préfecture, cette grotte servait de refuge aux Djallonkés lors des « guerres saintes ». De très grosses abeilles domestiquées habitant la grotte défendaient les occupants. Il semble que les conquérants peuhls y avaient abandonné la tabala de Alpha Aguibou, grand chef religieux d'alors.
  • Grotte Mosquée de Madina Kouta : située dans la sous-préfecture de Lébékéré, cette grotte pittoresque et renommée se trouve au bord de la Kanta, affluent de la Gambie. C'est un lieu de prière très sacré pour les Diakankés. Elle a été longtemps gardée par les sages de cette zone. L'intérieur qui ressemble à un grand salon plafonné peut abriter plus de 200 personnes.
  • Les chutes de Tantou : situées à 15 km du centre-ville de Mali, dans le district de Hölo, sous-préfecture de Gayah, ces chutes qui s'observent aisément entre Gayah et Kaouma tombent successivement en plusieurs cascades et à de grandes hauteurs.
  • Le haut fourneau de Gayah : construit depuis plus de deux siècles, il est situé à 26 km de la ville de Mali dans la sous-préfecture de Gayah.
  • Le perchoir (ou pic) de Péténalé : perché au sommet à 1 450 m, on aperçoit tout le bas-fond et, au loin, le parc national de Niokolokoba au Sénégal oriental. Il est situé à 7 km de la ville de Mali, dans le district de Koumba, commune urbaine. À l'occasion des grandes fêtes, les jeunes de la ville et des districts environnants s'y rendent pour se récréer toute la journée.
  • Les puits de Bowal Paari : dans la sous-préfecture de Lébékéré, à 42 km de la ville de Mali, se trouvent des puits datant des premiers occupants de l'endroit.

Parmi les autres sites touristiques intéressants de la préfecture se trouvent les suivants :

  • La forêt classée de Balaki (S/P Balaki) ;
  • La montagne de Konéya (S/P Balaki) ;
  • La montagne de Maago (S/P Balaki) ;
  • La source de Yambatakhoundé (S/P Balaki) ;
  • Les roches de Bamba Fandjé (S/P Balaki) ;
  • La chute de Guerméya (CU Mali) ;
  • La chute de Pètè Nallè (CU Mali) ;
  • Le Mont Péténalé (S/P 1 450 m) (CU Mali) ;
  • La grotte de Bowal à Kankouma (CU Mali) ;
  • La rivière de Gillo-Somba (CU Mali) ;
  • La grotte de Woundoukollet TP (CU Mali) ;
  • La grotte de Yayégui au campement TP (CU Mali) ;
  • Le Mont Lansa (S/P 1 200 m) (CU Mali) ;
  • La cascade du fleuve Gambie (CU Mali) ;
  • La chute de N'Gulou (CU Mali) ;
  • La grotte souterraine (CU Mali) ;
  • Le village des teinturiers (CU Mali) ;
  • Le village des artisans tisserands (S/P Gaya) ;
  • La grotte de Kenseya (S/P Hidayatou) ;
  • La mare sacrée de Namboura (S/P Lébékéré) ;
  • Les puits creusés par Kolly Tenguéla (S/P Lébékéré) ;
  • Le Mont Gnirè Daaly (S/P « montagne-dent ») (S/P Madina Wora) ;
  • La grotte de Mali-Missidè (S/P Madina Wora) ;
  • La chute de Lingue (S/P Salambandé) ;
  • La chute de Tantou (S/P Salambandé) ;
  • La grotte de Fello Tamikoun (S/P Salambandé) ;
  • La grotte ou observatoire de Simbou (S/P Salambandé) ;
  • La grotte de Dyndyida (S/P Yembéring) ;
  • Le Mont Somdomoly (S/P 1 000 m) (S/P Yembéring) ;
  • La chute de Bara ;
  • Le village des artisans de Togué ;
  • La chute de Mali-Missidè ;
  • La cascade de Warnany ;
  • La grotte de Kankouma ;
  • La mare sacrée de Diemakaly ;
  • Les berges de la Koela et de la Gambie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. « Civils et militaires célèbrent le cinquantenaire sous le signe de l'intégration », sur archives.aps.sn (consulté le )
  2. « Le préfet de Lélouma muté à Mali, celui de Mali va à Lélouma (Décret) - Guinee114 », (consulté le )
  3. République de Guinée, Institut national de la statistique, Annuaire statistique 2016, p. 55 [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Préfecture de Mali, Rapport économique et social (2004-2005), , 22 p., [lire en ligne]

Liens externes[modifier | modifier le code]