Préfecture de Lola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Préfecture de Lola
Préfecture de Lola
Localisation de la préfecture de Lola
Administration
Pays Drapeau de la Guinée Guinée
Préfecture
Démographie
Population 124 000 hab. (2010)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 7° 48′ nord, 8° 32′ ouest
Superficie 394 000 ha = 3 940 km2

La préfecture de Lola est une subdivision administrative de la région de Nzérékoré, en Guinée. Le chef-lieu est la ville de Lola.

Elle est subdivisée en 8 sous-préfectures plus la commune urbaine: Lola-Centre, Bossou, Foumbadou, Gama, Guéassou, Kokota, Lainè, N'Zoo et Tounkarata[1],[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

La préfecture de Lola est limitée au nord par la préfecture de Beyla, au nord-ouest et à l'ouest par la préfecture de N'zérékoré, à l'est par la République de Côte d'ivoire et au sud par la République du Liberia.

Le relief de Lola est essentiellement dominé par les montagnes (dont le mont Nimba culminant à 1 752 m) entre Bossou et N'zoo, les collines et les plaines fluviales.

Lola a un climat sub-équatorial dans sa partie méridionale où il pleut prèsque toute l'année, ce climat devient semi aride au fur et à mesure que vous progressez dans sa partie septentrionale.

La forêt autrefois dense et luxuriante a cédé la place à la forêt claire et à la savane. Néanmoins, on rencontre quelques îlots de forêts au pied du mont Nimba, dans le district de gäh et diéré.

La préfecture de Lola est arrosée par les fleuves de cavally, de n'gouan, de férédougouba qui se jettent dans la mer en côte d'ivoire.

Démographie, économie et culture[modifier | modifier le code]

En 2017, la population de Lola est évaluée à 188 743 habitants[3], cette population est essentiellement jeune dont les moins de 15 ans sont plus de 50 % de la population. La commune urbaine a la forte concentration humaine. Les principaux groupes ethniques sont les kônô, guerzé, konianké, manô.

L'animisme, le christianisme et l'islam sont les religions dominantes. Cette population est fortement rattachée à la culture ancestrale (l'initiation à la forêt sacrée, l'excision).

L'économie de Lola repose sur l'agriculture dont 80 % de sa population sont des agriculteurs. Toutes les sous-préfectures ravitaillent la commune urbaine. Les principaux produits sont le riz, le fonio, le sorgho, le mil, le palmiste, l'arachide, le manioc, la patate, la banane, le café, le cacao, l'hévéaculture en expérimentation dans certains villages.

Dans cette préfecture, l'élevage porte sur les bovins, les ovins, les caprins, les porcins et la volaille.

Le commerce porte essentiellement sur les échanges des produits agricoles dans les marchés hebdomadaires, mais aussi l'exportation des produits vivriers dans les préfectures et pays limitrophes. Lola exporte le riz, la banane, l'huile rouge, le café, les tubercules.

Les voies de communication liant les différentes localités sont vétustes, les routes et pistes rurales sont presque impraticables en saison hivernale, l'accès dans certains villages est parfois complexe. Aussi, les routes qui relient la préfecture de Lola aux autres villes sont rares[4]. Les accidents mortels sont souvent constatés, certains village sont totalement coupés aux autres localités, ce qui ne favorise pas les agriculteurs à acheminer leur production.

La préfecture regorge beaucoup de sites touristiques qui sont inexploités. C'est le cas de l'acquerium naturel de gogota; la grotte de gbakoré; le pont de liane de gbötörö; le pont naturel sur le fleuve cavally; les fleurs carnivores et les crapauds géants du mont Nimba; les chimpanzés de Bossou…

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alidjou Moribadougou Sylla, « Lola : le RPG rafle six sous-préfectures sur huit et la commune urbaine », sur www.guineeplus.net, (consulté le 7 mars 2019).
  2. Annuaire Statistique 2016, Institut National de la Statistique, , 291 p. (lire en ligne), p. 23.
  3. « Population des divisions administratives de la Guinée de 2014 à 2025 », sur http://www.stat-guinee.org, Institut National de la Statistique (consulté le 7 mars 2019).
  4. « Guinée: un pont s’écroule et toute une préfecture coupée du reste du pays », sur www.guineeplus.net, (consulté le 7 mars 2019).